L’éducation chez l’enfant

Instruire un enfant, c’est de lui permettre de développer son caractère tout en l’aidant à en définir les contours réels et non astralisés.

Ainsi, l’enfant a besoin d’un encadrement et d’une discipline intelligente afin de développer sa vision objective et créative. Il a besoin de comprendre l’intelligence derrière les formes d’encadrement afin de ne pas se sentir rabroué par ses propres parents, c’est-à-dire que les parents ont comme responsabilité de partager leur conscience et leur intelligence avec leur enfant de manière à ce que ce dernier puisse apprendre à élargir son point de vue, initialement astralisé et enfantin, vers un point de vue réel et intelligent.

L’enfant qui ne bénéficie pas d’un encadrement intelligent à l’intérieur de la discipline ne comprendra pas l’assise des parents, donc l’intelligence réelle des parents, et pourra ainsi développera des mécanismes de révolte, de manipulation ou de résignation – attitudes qui devront être dépassées ultérieurement afin de leur permettre de toucher à leur identité réelle. Un enfant qui atteint la puberté et qui n’a pas profité d’un encadrement intelligent se retournera souvent vers ses parents avec une attitude astralisée démontrant clairement son incompréhension des lois de la vie ; les parents sont ainsi responsables du manque d’intelligence de leurs propres enfants… mais un parent ne peut transmettre une intelligence qu’il n’a pas lui-même acquise par expérience et intégration réelles.

La première clé chez le parent demeure donc sa propre intégration face aux formes événementielles de sa vie. L’éducation de son enfant devient donc une extension de sa propre intelligence. Le parent devient ainsi capable de partager sa conscience avec son enfant, de manière à lui enseigner graduellement la façon de se protéger de toute forme d’astralisation. Il réussit à lui faire sentir l’équilibre du noyau familial dans lequel l’enfant doit être libre mais où aucun empiétement ne se fait sentir sur l’espace éducatif parental. Tout empiétement dans l’espace éducatif parental permet une forme d’envahissement astral de la part de l’enfant, ce qui n’est pas intelligent car ceci ne sert ni le parent, ni l’enfant.

Une discipline trop rigoureuse, c’est-à-dire une discipline qui empêche à l’enfant de vivre du plaisir, est foncièrement néfaste pour l’enfant, qui ressentira le besoin de relaxer, de se sentir libre, et ceci est une autre porte à une révolte éventuelle à la puberté. La discipline doit toujours être intelligente et explicable à l’enfant ; il faut donc expliquer les choses à l’enfant en le traitent comme un petit adulte… qui un jour deviendra grand. Les explications données bâtiront une confiance et une sécurité chez l’enfant, paramètres qui deviendront une assise à sa propre conscience évolutive.

Une appropriation des pensées astrales ne peut mener qu’à des actions « erronées », c’est-à-dire basées sur la loi de l’expérience planétaire et karmique. L’apprentissage des limites entre son caractère réel et une personnalité astralisée lui permettra de vivre des expériences dans lesquelles il pourra discerner de par lui-même du réel derrière l’apparence des formes.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE