L’esprit et l’homme

L’esprit est l’essence de l’homme ; c’est lui qui fait battre son cœur et qui le maintient en vie. Il ne peut être troublé car il est intelligence pure.

Durant la période involutive, l’esprit a dirigé et contrôlé la vie de l’être humain en passant par le plan astral de la conscience humaine animalisée afin de préparer une plateforme mentale supérieure propice à l’évolution de sa conscience. C’est donc à travers l’esprit et sa projection dans le plan astral que les événements se créent dans le quotidien de l’humain.

Durant la période évolutive, l’esprit et l’homme nouveau exercent une communication télépathique bidirectionnelle – donc l’homme occupe pleinement l’espace de sa conscience unifiée. Il est ainsi apte à faire la différence entre son intelligence réelle et les interférences qui, non identifiées, l’amèneraient à vivre la subjectivité de l’homme involutif – donc à vivre de l’expérience planétaire et karmique.

La domination et la manipulation provenant des différents plans n’affectent plus la centricité de l’homme nouveau puisque ce dernier voit instantanément le mensonge derrière la pensée subjective. Cet homme parfaitement intégré dans ses principes ne pense plus les pensées qu’il reçoit dans son mental car la structure de son mental a été modifiée avec le temps, au travers les expériences qu’il a traversées durant son initiation. Il reçoit donc les pensées au niveau de son mental supérieur, ce qui veut dire qu’il traite les pensées reçues comme une communication qui vient vers lui et non comme des pensées qui proviennent de lui. Ce saut en hauteur lui permet de vivre sa vie de manière à danser sur la musique de l’esprit, donc de vivre en unisson avec son esprit, plutôt que de contester les événements que son esprit lui crée pour l’éveiller. Tout événement devient donc un tremplin vers la création de nouveaux circuits dans son mental supérieur, plutôt que de devenir un autre moment où il tombera dans le piège de l’interprétation psychologique.

La période involutive rime donc avec l’humain qui subit le silence de son intelligence réelle, car cette dernière ne peut l’instruire directement, mais seulement indirectement au travers de longues expériences karmiques.

L’homme intégral, fusionné sur ses différents plans de conscience, unifié dans ses principes, contrôle donc parfaitement « sa » vie – mais ne cherche pas à contrôler subjectivement « la » vie. Il a réalisé que la seule voie réelle est celle qui l'unit à son intérêt vital, c'est-à-dire la fusion (ou lien vital) avec son esprit, son être réel. Cet homme nouveau donne une direction réelle à sa vie, et ceci est basé sur son besoin réel d’individualité et non sur des valeurs provenant de l’extérieur de lui-même.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE