Le gouvernement invisible

Le thème du gouvernement invisible qui est abordé ici n’a rien à voir avec la structure gouvernementale établie sur le plan physique de la terre, ni avec des structures gouvernementales mondiales et secrètes qui régisent la politique terrestre actuelle, ni avec le Big Brother, les Illuminatis ou les hommes gris. Un gouvernement caché qui agit dans l’ombre fait partie des formes qui distrait la masse d’un sujet beaucoup plus important, c’est-à-dire la liberté réelle de l’individu en contact avec sa contre-partie universelle. Un gouvernement mondial relié à une politique corrompue fait partie de la recherche de pouvoir de certains egos, tandis que le pouvoir réel ne se situe pas dans la politique mondiale terrestre actuelle mais dans l’individu ayant maîtrisé la parole vibratoire et capable de descendre une lumière réelle sur le plan terrestre.

La corruption et la propagande dont décrient certains individus face à la politique actuelle n’est que la pointe de l’iceberg, donc la manifestation matérielle, d’un phénomène de domination beaucoup plus occulte et qui est directement lié à la manipulation de l’individu via une télépathie mentale interprétée comme une réflexion personnelle. Derrière ceci se cache le secret de l’incarnation humaine, donc la déscente de l’homme dans le plan egoique de la matière.

Jadis, l’homme a été coupé de sa source et mis en quarantaine, c’est-à-dire qu’il a été coupé de son intelligence réelle. Il a cessé d’avoir accès aux circuits universels et son contact avec le gouvernment ivisible s’est rompu, c’est-à-dire que sa capacité de communiquer télépathiquement avec des intelligences a été coupée. Ceci a été nécessaire afin de créer un ego et des corps subtils adaptés à la densité de la matière, mais le coût à payer par l’homme a été de vivre vie involutive et expérimentale de longue haleine, dominée par des intelligences du plan astral qui avaient comme mandat de développer le mental réflexif chez l’homme, c’est-à-dire le développement des structures mémorielles de son âme. Ce mental réflexif a rendu l’homme dépendant du plan astral qui régissait totalement sa vie, à un point où l’homme s’est mis à penser qu’il pensait, d’où la naissance de son illusion du libre arbitre.

L’homme de l’involution s’est confondu avec sa vie subjective et expérimentale, car sa pensée réfléchie l’a emprisonné dans ce mode de vie psychologique et aliéné. Il a vécu comme il a pu au travers les différents événements… en gardant en lui un certain mal-être et une impression vague face à son appartenance à quelque chose de plus grand. C’est ici que les religions, les croyances, les sectes et la spiritualité lui ont servi afin de se sécuriser dans un système dont les lois lui étaient voilées.

La période actuelle dans l’évolution humaine permet à ceux et celles qui sont réellement prêts de franchir le voile du mensonge imposé à leur conscience et ainsi, dépasser le mur de l’illusion. C’est ici que l’on assistera à la naissance de surhommes, c’est-à-dire d’individus dont le fonctionnement mental sera basé sur la télépathie consciente et réelle. Cet être sera en contact avec le gouvernement ivisible, ce qui permettra une remise d’ordre au niveau social et évolutif.

Ainsi, tant et aussi longtemps que le regard de l’homme sera posé sur la polarité émanant des injustices sociales, son regard sera distrait de son intérêt vital et de son lien avec le gouvernement invisible. Il restera ainsi assujetti à sa vision limitée du bien et du mal, sans avoir les outils pour dépasser le voile de la subjectivité propre à la période de l’involution humaine.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE