Le besoin de l’ego de vivre des sensations fortes

Le besoin de l’ego de vivre des sensations fortes

Un individu qui désire vivre des sensations fortes, des événements trempant dans l’adrénaline, ou qui a besoin de pousser les événements jusqu’au bout, devra apprendre à bien regarder sa vie et ce, de manière honnête et authentique.

Le besoin constant d’adrénaline au travers des expériences dangereuses est le reflet du besoin de l’être de se densifier dans la forme, c’est-à-dire de vivre l’expérience de la forme de manière à se sentir en vie, ou électrifié, donc à se donner l’impression d’une existence qui vaut la peine d’être vécue.

L’adrénaline ainsi déclenchée devient donc un appui temporaire pour l’humain qui fait une lecture de la vie au travers la valeur qu’il attribue à la forme, et qui subit l’illusion de devoir se dépasser afin d’atteindre un état de puissance interne face à la forme. Cet état de la psychologie humaine est en dehors du réel de l’homme, donc éphémère et transitoire. Ce regard permet alors de réaliser à quel point l’humain vit un état de petitesse à l’intérieur de sa conscience… L’homme qui est grand en esprit n’a pas le désir de se sentir grand…

L’illusion d’un pouvoir sur l’événement devra être remplacée par un pouvoir réel sur la forme, c’est-à-dire que l’être devra apprendre à voir au-delà de la subjectivité de la forme afin de faire une lecture précise, objective et multidimensionnelle cette forme. Ceci est la puissance réelle de l’homme nouveau. Cette nouvelle capacité de lecture lui permettra de dépasser ses anciens schémas karmiques puisqu’il accédera à une créativité dépassant les anciennes limites correctionnelles de son âme. Ainsi, lorsqu’il recevra des impulsions dans son mental inférieur, il pourra utiliser ces dernières afin de se projeter créativement dans la matière –plutôt qu’en faire l’expérience dans la coloration, dans l’interprétation subjective de la vie, et dans le besoin d’adrénaline !

L’être intégral ne vivra pas le désir de se dépasser par l’entremise d’une forme afin de se sentir en vie, ou pour ressentir la vie ; il n’aura pas besoin de cet appui afin de se sentir vivant puisque la vie coule déjà en lui. Autrement dit, il aura déjà en lui la capacité de lire objectivement sa vie et de se projeter créativement et ce, en dehors des interprétations subjectives et limitatives de la forme. La lecture qu’il fait de sa vie est claire puisqu’il y voit les jeux de son esprit et n’est plus piégé par la psychologie existentielle qui découlait de sa capacité d’observation restreinte. Ainsi, la descente de son énergie intrinsèque dans ses principes inférieurs a libre cours et ce, sans besoin de vivre le phénomène de réfraction correctionnelle au niveau de son âme.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE