La fin du temps planétaire

La fin du temps planétaire

Nous entendons souvent parler de la fin des temps ; ici, nous allons regarder son aspect réel, non teinté par la subjectivité humaine, non teinté d’opinions personnelles. Cet aspect est la fin du temps planétaire, c’est-à-dire la fin des temps psychologiques involutifs humains.

La fin du temps planétaire ne signifie pas la fin du temps créatif de l’esprit, bien au contraire ! Le déclin de la force du temps planétaire sur la conscience humaine est inversement proportionnel à l’expression créative de l’esprit au travers les centres inférieurs de l’être. La fin du temps planétaire coïncide donc avec une phase ascendante reliée à l’expression de plus en plus profonde du temps de l’esprit dans la matière. Ce nouveau temps concorde avec l’évolution créative de l’individu, et est manifesté au travers le fonctionnement harmonique de ses différents corps subtils. De cette harmonie résulte en un vortex créatif, d’où se manifeste la parole réelle de l’être.

Le temps nouveau, celui qui remplacera le temps planétaire humain, est donc le temps de l’être individué – être absolu au niveau de ses principes inférieurs et supérieurs. Dans un même élan, nous pouvons dire que le temps de l’esprit n’est pas palpable par l’ego qui vit dans sa personnalité et qui vibre à l’intérieur des poupées russes de son âme. Le temps nouveau n’a rien à voir avec le temps de la personnalité, le temps impatient, le temps espéré, le temps qui est trop long, le temps qui est trop court, le temps qui n’arrive pas – donc il n’a rien à voir avec le temps planétaire.

Le temps nouveau est en devenir et ce temps appartient à l’évolution de l’être appartenant à ce qu’on appelle l’ère du Verseau de la Terre. D’autres diront que cet être nouveau fait partie de la sixième race racine. D’autres parleront d’évolution jupitérienne. Tous ces mots définissent un même aspect de la même chose, c’est-à-dire que l’être nouveau deviendra intégral dans ses principes humains et cosmiques. Ceci veut dire que la subjectivité humaine disparaîtra graduellement, au travers le principe de la volonté, afin de laisser place à un nouveau centre mental, libre des mémoires de l’âme et du velours émotionnel lié à la forme. Ce centre mental, dit supérieur, est donc libre du temps planétaire et fonctionne créativement, au-delà du caractère karmique des formes.

L’accélération psychologique du temps humain correspond à l’accélération du temps de l’esprit qui met en place les structures nécessaires au passage d’une évolution à une autre. Cette évolution prendra place dans chaque individu capable de soutenir un tel changement vibratoire dans ses centres. Les êtres les plus sensibles seront les premiers à ressentir les effets d’un tel champ magnétique. L’individu sensible devra un jour dépasser son centre de perception involutif et spirituel s’il veut se protéger des influences astrales baignant à l’intérieur de sa conscience. Il devra faire rupture avec ses anciens schémas perceptifs s’il veut toucher à l’absolu de sa conscience.

De nombreux individus se feront retarder par l’illusion de la protection astrale à l’intérieur de leur conscience. Ceci veut dire qu’ils vivront l’impression que leurs méditations, ou que leurs compétences spirituelles, leur serviront durant leur nouvelle évolution. Ceci est une erreur de perception grave puisqu’ils demeureront ainsi assujettis à des forces astrales, souvent très belles et puissantes… mais ils demeureront tout de même assujettis, donc diminués dans leur conscience ! Ils résideront dans la demeure de leur astralité, ce qui les empêchera de vivre pleinement leur individualité face à eux-mêmes. Le pouls de leur vie sera animique, occulte, ou ésotérique – plutôt que d’être l’extension directe de leur esprit dans la forme.

Le temps planétaire est donc le temps de celui qui est petit dans sa conscience – et ce, même s’il se sent grand – car il est dominé par les forces et les formes que son esprit utilise afin de s’unifier à lui. L’être est coincé par la valeur psychologique qu’il accole aux pensées, et aux formes, car il croit que c’est lui qui pense. La fin du temps planétaire se produira à partir du moment où l’individu connaîtra l’origine de sa pensée.

Le temps nouveau est le temps de l’être intégral en conscience – celui qui aura la force intérieure de ne plus se laisser assujettir par le contenu mémoriel relié au temps planétaire.

À vous de savoir quel est votre temps.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE