La domination de la femme par les plans occultes

La domination de la femme par les plans occultes

Depuis des millénaires, nous observons que la femme subit une forme ou une autre de domination dans sa vie. Parfois subtile, parfois de manière totalement englobante au niveau de sa psyché ; la femme en a vu de toutes les couleurs.

Au niveau des plans d’intelligence, si nous regardons la genèse de la femme, cette dernière a été programmée de manière à vivre une forme ou autre de soumission face aux plans. Son karma d’amour, c’est-à-dire son besoin d’aimer l’autre afin de se sécuriser dans la manifestation de son être non amené à sa complétude face au réel, l’a amené à un état de vie dans lequel elle a même été prête à accepter – volontairement ou non – la domination de sa personne. Ceci était, en quelque sorte, le prix à payer pour vivre sa vie « normalement », donc selon les normes sociales établies par l’homme.

Une femme qui ne dit mot devant un abus de pouvoir occulte sur son être accepte, par défaut, de subir cette domination – et ceci est dû à son ignorance face à la grandeur réelle de sa vie, donc de son pouvoir véritable dans le cosmos. Autrement dit, elle consent alors à continuer à vivre cette domination, et demeure ainsi assujettie à différents plans qui s’imposent sur sa conscience. Cette situation perdurera jusqu’à ce qu’elle ait la capacité vibratoire de faire surgir la haine contre tout ce qui tente de limiter sa liberté créative, sa parole, son verbe – donc l’harmonie de sa vie réelle.

Un jour, la femme sciente de la vie parviendra à intégrer l’intelligence derrière les formes événementielles qu’elle traversera. Autrement dit, elle verra comment les plans de sa conscience utiliseront tout en leur pouvoir afin de la dominer – et ceci, afin qu’elle réussisse à sortir – seule avec elle-même – de son karma de soumission face à eux. La femme, ainsi mise au pied du mur, et dépassant ce pied du mur, entrera alors dans la science de sa propre vie de par sa volonté et de par sa haine devant toute forme d’abus des plans sur sa conscience. Aucun plan ne fera de cadeau à la femme, dans la mesure où elle devra elle-même arracher le pouvoir des plans ayant ascendance sur elle afin de faire exploser les structures subordonnant sa conscience, ce qui deviendra pour elle son pouvoir d’entrer dans un plan d’expansion réel et créatif de son être. Toute forme d’abus des plans sur elle deviendra ainsi la force de propulsion de sa haine afin qu’elle se libère des schémas involutifs qui l’ont toujours retenue dans sa capacité à être libre à l’intérieur de sa conscience. Ceci sera une manifestation absolue de son amour réel et total pour elle-même et pour sa vie.

Une femme qui n’est plus dominable par les plans ne peut évidemment plus être névrosée – donc avoir les émotions sans-dessus-dessous – car la névrose est l’effet direct de la soumission de la femme devant le plan astralisé de sa conscience, c’est-à-dire de la domination du plan astral sur sa vie. Le jour où sa colère sera à la hauteur de son besoin de liberté réelle dans sa vie, sa capacité créative prendra jour de manière à l’extraire des griffes de la soumission. Son objectivité froide ainsi que sa volonté de ne plus accepter aucune domination de pouvoir occulte sur sa conscience seront la porte vers sa vie nouvelle, car elle verra le jeu des forces sur sa vie. Ce jeu a l’intelligence de la supporter dans son passage évolutif, mais elle ne sera jamais assujettie à cette intelligence car tout assujettissement est une forme de domination sur sa conscience, donc un voile qui l’empêche d’être réelle dans sa vie.

Ainsi, tout abus, toute manipulation, toute domination, sera perçue par la femme nouvelle comme un outrage à sa vie réelle, car elle connaîtra sa force intrinsèque, et aura suffisamment de haine afin de préserver sa force créative intégrale. Elle ne blâmera pas l’homme comme tel pour ses abus envers elle, mais elle fracassera par son verbe tous les plans qui ont dominé l’homme afin de mieux la dominer.

De par la force de sa haine contre l’invisible, ainsi qu’au travers son discernement froid et sa lucidité, elle sortira ainsi de l’assujettissement du double qui cherchera toujours à pousser ses limites plus loin afin de la propulser davantage dans son identité absolue. La haine de la femme devant toute forme de domination sera ainsi sans bornes, ce qui lui permettra d’entrer dans une force personnelle absolue, totale. C’est alors qu’elle exigera le bien-être et l’harmonie dans sa vie, puisqu’elle aura pris pouvoir sur la direction qu’elle a besoin afin de vivre une vie à la mesure de son être.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE