Le complexe d’infériorité

Un ego qui se sent petit devant la vie développe un complexe d’infériorité. Puisqu’il ne comprend pas l’intelligence des formes qu’il vit, il se sent défavorisé et assujetti à vivre une vie qui ne lui convient pas. N’étant pas capable d’établir un rapport de force intelligent et créatif face à l’Invisible pour chercher à comprendre ce qu’il vit, il réfléchit ses pensées – ce qui le pousse à se positionner en tant que victime. Il se fait donc piéger par des pensées qui l’induisent en erreur. Il se crée alors un repli dans son ego, et il se referme sur sa capacité à rayonner de manière authentique. Il devient alors très facile pour lui de se blâmer ou de blâmer autrui, car cela lui évite d’avoir à supporter le réel de qui il est et ce qu’il vit. Certes, il est plus facile pour lui de trouver un coupable que de commencer à faire une gestion intelligente de ses pensées et de contester celles qui ne résonnent pas la vibration d’un respect absolu de qui il est et de qui est l’autre.

Son besoin de croire ses pensées subjectives l’amène à continuellement court-circuiter l’énergie de son esprit et de son Esprit universel – énergies qui tentent de pénétrer son ego. Il ne parvient donc pas à intégrer la lumière qui provient de ses origines cosmiques. Cette lumière prépersonnelle ne pouvant pas être intégrée dans ses corps, elle se diffracte et sert à bâtir le mensonge inhérent à sa personnalité subjective, c’est-à-dire ses masques qui lui évitent d’avoir à réellement se regarder. Il bâtit sa propre prison.

L’ego qui se sent petit devant la vie diffracte tellement son énergie que, tôt ou tard, il se crée un déficit d’énergie vitale en lui. Cela peut l’amener à vivre une dépression, ou il peut commencer à avoir besoin de s’abreuver du regard et de l’énergie des autres pour subvenir à ses besoins énergétiques. Brièvement, il se crée des mécanismes de compensation qui sont la conséquence de ses déséquilibres internes. Cela explique l’état de victime dans lequel se mettent certains egos pour attirer l’attention. Ces derniers peuvent se placer dans des situations dans lesquelles les autres doivent plier l’échine et les servir pour ne pas subir leurs crises ou leurs comportements de manipulation. Ou alors, ils attendriront les gens par manipulation sentimentale. Les personnes les plus généreuses et lumineuses sont particulièrement ciblées par ce type d’ego, car elles sont rapidement identifiées comme étant de bonnes batteries pour nourrir les corps aigris de ces êtres incapables de s’auto-suffire dans leurs énergies.

Un autre mécanisme de défense de l’ego qui vit avec un complexe d’infériorité est celui de se glorifier face à l’autre. Il usera de ruse et jouera avec les mots pour induire en erreur et pour se montrer plus grand, plus riche et plus intelligent que les autres. Il peut même aller jusqu’à juger et réduire certaines personnes pour avoir l’impression d’élever son statut ou sa puissance face à autrui. Il devient maître de l’adversité, du conflit et de la polarité. L’intimidation et l’imposition de sa façon d’être et de penser font alors partie de ses stratégies pour soumettre les autres à qui il est. En outre, il se convainc lui-même du bien-fondé de sa façon d’être et d’agir. Lorsqu’il réussit son coup, il arbore une fierté, le menton bien haut. Il ne manque pas une occasion de montrer qu’il est en contrôle de la situation. Toutefois, il ne contrôle rien : il est plutôt victime des forces descendantes qui utilisent sa faiblesse psychique pour lui transférer leur haine, pour le dominer et pour dominer autrui. Ceux qui ne reconnaissent pas ce jeu deviennent les jetons de la stratégie occulte qui se joue dans cet ego vampirique. Ce dernier se nourrit des énergies des autres pour maintenir son empire illusoire – empire qui fait partie du mensonge cosmique des forces descendantes sur la Terre.

Pour s’en sortir, l’ego qui a un complexe d’infériorité doit commencer à réaliser que toute tension ou situation qui lui donne l’impression d’être faible ou petit devant la vie doit lui servir à créer un rapport de force avec l’Invisible. Cela signifie qu’il doit utiliser son pouvoir de contestation ainsi que l’énergie de sa colère pour exprimer à son esprit qu’il mérite d’être bien dans son quotidien. Par la suite, il doit obliger qu’on lui explique pourquoi les événements ne correspondent pas à sa vision des choses. Peut-être que la réponse ne viendra pas immédiatement, mais en attendant d’avoir établi une communication bidirectionnelle avec l’énergie de son esprit, il doit savoir que même si les événements ne vont pas comme il le souhaiterait, ces derniers doivent servir de leviers pour établir son rapport de force avec l’Invisible. C’est ce processus répétitif qui lui permet de créer son double éthérique et aussi d’immortaliser sa conscience. Avec le temps, la valeur qu’il donnait aux formes qui lui induisaient un complexe d’infériorité s’amenuise, ce qui permet aux énergies cosmiques de le pénétrer de plus en plus. Ce faisant, l’ego bâtit et dynamise son nouveau corps éthérique (son double), qui devient sa nouvelle forteresse psychique. Ce corps lui permet de graduellement cesser de subir l’illusion des formes et de vivre dans le réel de la vie. Ce réel, c’est la capacité de la conscience de la personne de toujours prendre de l’expansion psychique, et ce, peu importe l’événementiel qui est traversé. La nuance importante à préciser, c’est que ce processus ne se fait jamais au détriment d’autrui et ne glorifie jamais l’ego.

— Sandra Vimont, 2 février 2018


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE