Qu’est-ce la morontialité ?

Salut Sandra,

Je découvre le sujet du supramental depuis peu mais je me reconnais dans le terme de psychologie évolutive car je travail en moi et sur mon évolution depuis un bon 15 ans par la psychologie que ' j'apprends sur le tas ' comme on dit souvent et par mes expériences personnelles bien entendu, comme bien des gens en fait.

Je me dis souvent que tout est déjà dit et écrit, qu'il ne suffit que de la patience, de la perspicacité et du courage pour aller au fond de soi pour créer l'équilibre et vivre en harmonie.

J'ai trouvé ton site hier car je voulais me renseigner sur le terme « temps planétaire » que j'ai utilisé dans une conversation et je voulais comparer le sens de ce terme avec l'idée que j'avais sur ce terme.

Je trouve que ton site est intéressant et excellent. Ça vibre avec moi. Tellement que je réinterpréterais dans mes mots et ma vison certains de tes textes, comme celui de la femme et l'évolution supramentale, qui me donne plein d'idées.

Je te contacte maintenant au sujet d'un mot que je viens de lire et qui me semble ne pas avoir d'étymologie connue, alors peut-être que tu pourras m'en dire plus et m'en apprendre.

Morontialité.

J'ai cherché et j'ai trouvé, morontiel, morontia. Ça ne m'informe pas sur l'origine de ce mot et sa signification. Certains disent que c'est un vaste niveau intermédiaire entre le matériel et le spirituel et d'autres que le morontiel représente la conscience absolue intégrée, que l'intellect humain ne peut comprendre la réalité du terme morontiel. Que c'est un terme qui demande beaucoup de compréhension et surtout beaucoup de patience, afin d'en saisir vibratoirement son utilité au niveau mental et neuronique du cerveau.

Je suis nouveau sur le sujet du supramental comme je t'ai dis, je comprends l'importance de ressentir la vibration du sens d'un mot ou d'un terme pour une compréhension intégrale, je n'essaie pas de sauter les étapes mais pour le moment je commence toujours par en connaître l’étymologie, il m'apparaît qu'ici c'est assez ardue. J'aimerais connaître l'origine de ce mot si tu peux m'aider avec tes précisions et ton point de vue arrêté.

Merci Sandra de ton attention et pour ton temps si tu veux me répondre.

Erik (Québec)




Bonjour Erik,

Effectivement, la conscientisation se vit par expérience. C’est comme faire de la bicyclette ; on apprend en pédalant, et non en intellectualisant le concept de la bicyclette. Mais je suis aussi d’accord concernant le fait que de comprendre des termes aide à créer une assise pour l’intellect, qui a besoin d’un référent afin de se situer rationnellement, logiquement.

Ce qui est plus ardu avec le concept de la morontialité, c’est que ce n’est pas un concept physique et rationnel saisissable par l’intellect. C’est un mot qui réfère à quelque chose d’inconnu à l’humain. Expliquer la morontialité, c’est comme essayer d’expliquer ce qu’est de l’eau à un individu qui n’en a jamais vu, ni touché. On parlera alors de la fluidité de l’eau, de sa température, de ses différents états (liquide, solide ou gazeux), etc. Mais la personne comprendrait-elle vraiment ce qu’est de l’eau ? Sa vision sera-t-elle faussée ? Ses concepts limiteront-ils sa vision ? Voilà donc le défi…

Toutes les connaissances ainsi que toutes les mémoires accumulées fonctionnent de la même façon depuis les millénaires. Elles ne font qu’évoluer en apparence, mais leur fonction demeure la même ; cette fonction est de tranquillement faire évoluer l’homme afin de l’amener à une intégralité de conscience. Mais quand on dépasse le niveau de fonctionnement subjectif relié à la forme mémorielle, qu’il se produit des moments d’éveil intelligencés, que se passe-t-il ? Il se produit un changement au niveau des composantes de l’homme ; il se produit une unification de plus en plus grande entre l’énergie intrinsèque de l’homme, c’est-à-dire son esprit, avec son ego. Cette énergie a de moins en moins besoin de traverser le plan astral par diffraction afin d’ajuster l’ego… et si elle le fait, l’ego en prend conscience de manière instantanée.

C’est à ce stade que l’on peut dire que du nouveau est dit et écrit, car ce qui est manifesté par l’homme intelligencé ne fait plus partie des anciennes structures de l’homme, et ne peut pas être compris par ces anciennes structures. Celui qui reçoit ces paroles ou ces écrits interprétera ce qui arrive vers lui selon ses anciennes structures mémorielles, intellectuelles, spirituelles... et il sera certain d’avoir « saisi la vibration », mais il aura plutôt saisi ce que son mental est capable de supporter, et non le réel derrière les mots. C’est comme l’enfant qui voudrait comprendre la conscience de l’adulte ; c’est impossible. Il doit se donner du temps, des années d’expériences et d’intégration… afin de dépasser l’illusion qui l’habite inconsciemment.

L’être en voie de conscientisation doit savoir que la transition entre les deux états est graduelle, se fait durant des années, et les instants d’éveil s’accumuleront au fil des expériences traversées. Toute personne trop pressée, qui a l’impression de tout comprendre, est victime de son propre empressement car elle limitera ainsi sa capacité d’expansion de conscience en spiritualisant la forme. Il se produit une sorte de transfert d’énergie d’une forme à une autre, mais aucune réalité n’est intégrée puisque ses anciens mécanismes mentaux n’ont pas changé. La spiritualité change et évolue, mais ce n’est qu’une forme polarisée qui désinforme l’être – et ce dernier devra un jour en percer l’illusion.

Les instants d’éveil réels, où l’être développera une capacité d’observation multidimensionnelle, lui permettront de créer une nouvelle plateforme qui lui permettra, ultérieurement, de saisir vibratoirement ce qu’est la morontialité. Il pourra ainsi en vivre l’expérience. Car au-delà du mot – ce mot aurait pu être n’importe lequel ! — il y a une réalité non saisissable par les moyens actuels de l’homme. Et toute interprétation intellectuelle devient incomplète et inexacte. Comme pour le concept de l’eau mentionné ci-haut…

Les différentes personnes qui ont défini le mot « morontiel », ou « morontialité », l’ont fait avec leurs moyens, et avec leurs mots. Leurs mots ont une signification, mais aussi une vibration. Dix personnes pourraient définir le concept de la morontialité différemment, et avec d’apparentes contradictions pour l’ego non averti, mais se rejoindre au niveau du l’état vibratoire de leur parole. Tout comme d’autres pourraient définir la morontialité avec une vision subjective et colorée de la réalité, et ce, par manque d’expérience et d’intégration.

Je pourrais donc définir le terme « morontiel » dans un livre complet, sans que les lecteurs aient tous la même compréhension vis-à-vis ce mot, car ceci dépend du niveau de conscience de chacun, et de leur capacité à vibrer au réel de leur conscience. Voilà pourquoi il est important que les êtres qui saisissent réellement l’énergie que porte ce mot continuent à parler et à écrire, encore et encore, afin que les humains intéressés par l’évolution de leur conscience puissent se créer – graduellement – l’espace mental nécessaire au développement d’une plateforme permettant de saisir leur réalité intrinsèque, donc la réalité de ce terme. La compréhension intégrale de ce mot demeure vibratoire, ce qui veut dire que cet état doit être vécu par l’être en question, et non simplement intellectualisé, afin d’en avoir une vision absolue et complète.

Le terme « morontiel » est donc accolé à l’individu qui a dépassé la vision polarisée des formes grâce au développement d’une capacité d’observation multidimensionnelle. Ce dernier neutralise parfaitement toute souffrance psychologique, qui auparavant était le résultat de la valeur qu’il donnait à l’interprétation polarisée de sa programmation animique. La dépolarisation de son existence se fait au travers la compréhension des mécanismes intrinsèques qui sous-tendent son être. Un homme dont la conscience est morontialisée sera aussi qualifié d’homme-esprit. Ceci veut dire que l’énergie de l’esprit se manifeste sans coloration au travers l’ego de l’homme. L’ego et l’esprit forment donc un tout continu, où le premier est la continuité du deuxième. Le corps de l’homme devient le réceptacle parfait pour l’esprit. C’est comme dire que l’humain est arrivé à maturité dans ses corps, et sa conscience est absolue, c’est-à-dire qu’elle a la capacité d’aller chercher toutes les informations dont elle a besoin afin de parfaire son évolution. L’évolution ne cesse pas avec la morontialité, mais elle prend de l’expansion.

Une conscience morontialisée rime avec le fait que la programmation de l’âme ne sert plus à l’ajustement des corps subtils de l’homme au travers l’expérience polarisée de la forme – mais sert plutôt d’appui à la manifestation créative de l’homme dans la matière. L’homme intégral ne retournera pas dans le monde astral lors de sa mort physique, puisque ce plan ne correspondra plus à sa nouvelle évolution éthérique ; l’homme aura un taux vibratoire qui dépassera la limitation de ce plan, d’où sa vision claire du fonctionnement de ce dernier. L’homme intégral, morontialisé dans sa conscience, aura la capacité de voyager dans les différents plans de sa conscience, sans vivre d’aberration psychologique dans son mental. C’est l’esprit qui contrôlera la matière ici, mais non comme le voit ou le souhaiterait l’ego de l’involution. C’est au-travers l’énergie de l’intelligence réelle que de nouvelles possibilités matérielles, créatives et évolutives se manifesteront, et non à travers une vision spirituelle de la forme, aussi envoûtante soit-elle.

La morontialité n’a donc rien à voir avec la spiritualité, dans le sens « new âge » du terme. Elle a tout à voir avec la spiritualité si ce terme réfère à l’énergie de l’esprit qui prend siège dans l’ego, d’où la création subséquente d’un être intégral et absolu dans sa manifestation. Cet individu entre graduellement à l'intérieur d'une créativité réelle et parfaitement adaptée à son évolution.

Tu saisiras ainsi, au travers ces descriptions, que la morontialité est une réalité intouchable intellectuellement, mais facilement interprétable par ce dernier ! C’est pourquoi c’est important de continuer à toucher à une certaine instruction afin de réussir à réellement intégrer les lois de ton psychisme humain, et ce, sans déformation.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE