Les cinq clés de la psychologie évolutionnaire

Bonjour Sandra !

Je vis une situation récurrente au niveau professionnel, je n’ai jamais réussi à trouver une profession qui me satisfasse, je n’arrive pas a identifier mes talents, ce qui me ramène a mes programmations d’enfance d’un père dévalorisant. Je fuis les situations professionnelles difficiles, n’ayant pas la solidité pour les supporter. J’ai fait la coupure psychologique avec le père, mais je sens un vide, un manque dans mon modèle masculin. J’ai passé 7 ans dans mon dernier emploi, j’ai persisté jusqu'à m’épuiser, j’en ressens encore les effets (baisse de pression sanguine). Comment parvenir à me bâtir une colonne vertébrale afin de me solidifier dans la matière en ravivant ma flamme ?

P.S J’ai bien aimé ton passage un peu court à l’émission de Néo.

Merci !
Christian (Québec)




Bonjour Christian,

Voici cinq clés qui t’aideront, au fil des expériences que tu traverseras, à neutraliser les conditions psychologiques qui te minent. Tu réaliseras que c’est toujours ton ego que tu devras ajuster ; ton intelligence intrinsèque, de son côté, est toujours parfaite dans sa manifestation ! Les événements que tu vis et les pensées qui arrivent vers toi sont ainsi parfaitement adaptés à l’évolution de ta conscience. Réaliser ceci dans ses fondements n’est pas toujours facile quand on vibre la vie subjectivement – donc à partir de notre personnalité – car les événements et les pensées créent de la souffrance qui est parfois difficile à supporter pour l’ego… Et c’est pourquoi tu intégreras ton énergie-source de manière graduelle, une expérience à la fois, sans sauter d’étapes.

Il serait intéressant que tu imprimes les cinq clés et que tu les relises souvent – et encore plus quand tu vis des situations difficiles – car une intégration réelle prend plusieurs années (les raccourcis n’existent pas ; ils font partie des illusions de l’ego). Le choc événementiel et l’étude de l’expérience à travers ton quotidien deviendra ta nouvelle clé de parcours, le levier vers ta nouvelle conscience multidimensionnelle.

Il est à noter que pour intégrer les cinq clés, et ainsi les rendre utile à l’homme, le contenu doit être vibré, c’est-à-dire qu’il doit être saisi dans son essence, et non utilisé comme une impression réflexive dans le mental inférieur humain. L’intellect n’est pas outillé pour absorber ce qui est dit ici, et c’est pourquoi une nouvelle plateforme pour recevoir l’énergie vibratoire doit être créée, et ce, graduellement, avec le temps… le temps de l’esprit.

Voici les cinq clés de la psychologie évolutionnaire :

(1) Apprendre à utiliser ta sensibilité devant la forme afin de développer ta capacité d’observation objective et multidimensionnelle, plutôt que d’en subir les revers psychologiques. C’est ainsi que tu apprendras à te définir avec de plus en plus de finesse au travers ta créativité réelle, hors des limites de la forme.

(2) Ne pas prendre tes pensées personnellement, ou subjectivement, d’où le développement d’une objectivité grandissante face à elles. Ceci implique de savoir que tes pensées proviennent de différents plans invisibles et que toi, tu as la capacité de regarder avec lucidité ces pensées qui s’impriment dans ton mental, et ainsi de rejeter ou neutraliser ce qui ne convient pas à ta conscience.

(3) Savoir que ton émotivité (doute, confusion, crainte, peur, insécurité, petitesse, culpabilité, pitié, désenchantement, insatisfaction, etc.) est reliée à une forme-pensée déclenchée par un événement, et ceci est le résultat de ton manque de vision objective et intégrale face à la forme. Ce manque de clarté est causé par un ego mal ajusté au réel, d’où le besoin de réfléchir une forme plutôt qu’en déchirer les fondements involutifs.

(4) Savoir que ta programmation d’âme, d’où découle les événements que tu vis, a servi à ton incarnation – à ta densification – dans la matière. Aujourd’hui, cette programmation continue à perfectionner ton ego au travers l’expérience de la forme, et tu dois maintenant te servir de cette programmation mémorielle afin de dépasser l’illusion psychologique de la forme. C’est en observant et en intégrant le jeu de l’esprit au travers des formes que tu accéderas à une conscience de plus en plus absolue, capable d’absorber l’énergie réelle derrière la forme. C’est ici que se crée une nouvelle plateforme évolutive, étherique, afin de soutenir ta conscience dans son expansion nouvelle.

(5) Saisir que les événements récurrents dans ta vie sont le résultat de la non-intégration de l’énergie qui met en place ces formes événementielles. Ceci démontre que l’ego est incapable de dépasser le voile de sa psychologie existentielle.

Pour résumer différemment ce que tu apportes dans ton courriel… Tu parles, en premier lieu, d’une situation récurrente au niveau professionnel, où tu vis une insatisfaction. Tu fais ensuite un parallèle avec un père dévalorisant, et où toi, aujourd’hui, tu manques de force, de confiance, et tu sens un vide, un manque à l’intérieur de toi. Tu t’entêtes contre des formes de souffrances et essaie de t’en sortir en forçant dans la forme, en t’épuisant. Tu vis donc une psychologie subjective, mais tu te sens prêt à faire le saut vers une autre façon d’approcher ta vie, car ta souffrance est difficile à supporter. D’accord, allons-y.

Que veut dire allons-y… concrètement ? Je vais te donner un exemple un utilisant les propos que tu apportes. Ça reste un exemple, car je ne suis pas dans ta conscience ; tu devras donc prendre le temps d’étudier tout ce que tu vis par rapport aux
cinq clés.

D’où vient ton insatisfaction ? C’est ton émotivité ainsi que tes désirs égoïques non comblés qui démarrent ce programme animique dans ta conscience. Tu veux quelque chose, tu veux aboutir à un état dans la forme (un travail que tu aimes), mais tu forces subjectivement pour y parvenir. Tu vis l’illusion qu’en forçant la forme, que tu auras un meilleur résultat. Tu vis de l’illusion que tu contrôles les forces de la vie par tes actions subjectives face à la forme. Comment sortir de cette illusion ? Tout le jeu est là.

Tu poses donc les actions nécessaires pour avoir un travail qui te convient, et ce, sans t’appuyer sur des peurs, des craintes, ou quoi que ce soit de ce registre. Tu ne forces pas, ne t’entêtes pas, mais tu avances sans broncher, avec intelligence. Tu pourrais trouver cet emploi tout de suite ou dans 10 ans, et ceci n’est pas de ton ressort à toi. Si tu te décourages, tu te fais prendre encore une fois par ton programme astral. Tu dois savoir que ta pensée est là pour te tester, et que c’est à toi de mettre un frein à ce qui ne te convient pas dans ton mental. Le 10 ans que ça pourrait te prendre pour arriver à ton but, c’est un 10 ans d’épuration où ta conscience en tire bénéfice. Peut-être que les 10 ans deviendront 5 ans, si l’intégration est mure. Tu vois…
Ce but te servira à faire le ménage de ta conscience subjective, et c’est quand elle sera épurée que tu sentiras une satisfaction réelle, et que ta vie prendra une autre tournure. Ta satisfaction sera de plus en plus dans le domaine de ta conscience, de ta personne, de ta force réelle, et de moins en moins dans l’illusion de la forme.

Pour arriver à un état de satisfaction permanente, ce n’est pas par des moyens psychologiques que tu y arriveras. Sinon, il te restera toujours un vide intérieur, un vide qui fait partie de l’illusion à laquelle tu attaches trop de valeur émotive. Tu dois savoir que tes pensées doivent être utilisées pour te conscientiser, tu dois donc les dépasser par intelligence, et non y réagir subjectivement.

Si tes pensées disent « je n’y arriverai pas, c’est trop », tu pourrais voir que tu forces trop psychologiquement, et tu pourrais réajuster ton tir en forçant moins, en laissant aller un peu… car tu ne contrôles pas la tournure des événements. Si tes pensées disent « je sens un vide », tu pourrais voir que tu te sens vide car ta vie est trop psychologique, que tu manques d’identité réelle. Le prétexte du père n’est qu’un prétexte intellectuel, donc une forme, afin que tu prennes conscience de ton vide d’identité. Et en prenant conscience du vide, ça te donne l’élan pour réorienter ta vie plutôt que de rester sur la souffrance du vide et essayer de la psychologiser. Et si la pensée revient sans cesse, tu verras que ton programme d’âme est persistant, qu’il est fort, afin que tu cesses de vibrer et de croire que tu as un manque ou un vide. Le vide psychologique est une illusion, mais semble bien réel pour celui qui y croit… Donc, « je me sens vide » devient, une fois vu et conscientisé, « je vois que je dois intégrer mon énergie, cesser de vibrer astralement à ce qui me fait souffrir, et prendre action dans ce sens ». Donc, l’histoire du père dévalorisant prend fin instantanément…

Ce type d’événement doit te permettre d’utiliser l’énergie ressentie comme un tremplin à ta conscientisation. Tu apprendras à identifier la valeur subjective que tu donnais à ce type d’événementiel, et aux pensées qui l’accompagnait. Quand tu ne croies plus les pensées qui arrivent vers toi, tu peux alors en utiliser l’énergie afin de t’aider à dépasser cette valeur, et tu pourras donc cesser de souffrir de cette forme ! Il y a donc une sorte de lutte entre ta conscience et les pensées qui viennent vers toi ; tu ne dois pas les subir, mais les utiliser créativement afin de faire un saut en hauteur vers un nouveau plan de conscience. Pas pour spiritualiser, ni pour positiver. Utiliser la pensée pour s’en libérer ! Comprendre les fondements psychologiques des pensées permet de comprendre les mécanismes de notre programme, mais ça doit être fait pour avoir la paix, pas pour ruminer des souffrances pendant des années… sinon, on est dans de le labyrinthe de la psychologie involutive, dans les mémoires, dans
la philosophie !

Au besoin, laisse passer, ou envoie paître les pensées envahissantes qui reviennent sans cesse. Met un terme à ton contrat avec elles, permets-toi de lutter contre elles à l’aide de ton intelligence qui émerge.

Ta valeur ne doit plus être mesurée par rapport aux formes événementielles dans ta vie, point final. Ton identité et ta force réelle émergeront de ta vision plus large, de la compréhension des jeux événementiels qui occupent ton espace mental au quotidien. Commence à lutter contre les aberrations astrales dans ton mental, plutôt que de forcer subjectivement contre la vie. Et c’est là qu’une transition prendra place, graduellement.

Le désespoir ou l’impatience vécus durant la transition ne sont que le reflet d’un trop grand désir, un trop grand espoir, de changer égoïquement la forme, et ce, dans un temps propre aux attentes subjectives de l’ego.

Au plaisir, et bonne route !

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE