La valeur subjective accolée à la forme


Bonjour Sandra,

Comment peut on créer son destin quand nous n’avons plus aucun intérêt dans la vie.
Aussi, pourrais tu me donner un exemple d’une action créative.
Quand nous sommes dans le réel, de quelle facon pouvons nous créer ?

Merci,
Lorraine (Québec)



Bonjour Lorraine,

L’individu inconscient qui appuie sa vie sur la valeur qu’il accole aux formes réussira à maintenir son intérêt face à la vie et ce, tant et aussi longtemps que ces formes le serviront bien. À ce titre, l’individu naviguera ainsi dans la vie en passant d’une forme à une autre, dans une société où la consommation des formes jetables vient constamment lui servir d’appui à son manque de vision réelle face à ce qu’il est.

Avec la descente de nouvelles énergies reliées à ce qu’on appelle l’ère du Verseau, certains individus plus sensibles que les autres sentiront que les formes qui les nourrissaient si bien auparavant sont devenues vides de sens. Dès lors, ces individus peuvent devenir déphasés si personne ne leur explique le réel de ce qu’ils vivent. Ils sentent que leur vie n’a pas de direction claire, qu’ils perdent leur élan face à la vie, donc qu’ils n’ont plus d’intérêt face à la vie, car les intérêts animiques de l’ego sont arrivés à saturation.

Ce moment charnière est d’une importance capitale dans la vie de l’individu, car ce point de friction créé par l’esprit pour entrer dans l’ego devient l’endroit où les chemins se séparent : soit que l’individu reste dans ses anciens schémas de vie, ou bien il se réinvente en tant qu’ego afin de toucher à une expansion de sa conscience face à son lien avec la forme qui va au-delà de la mémoire de l’âme.

L’individu qui se réinvente, c’est donc celui qui acquiert la lucidité d’esprit pour voir que l’ego involutif doit faire un saut vibratoire sans précédent afin de dépasser le point de friction entre lui-même et la mémoire de son âme qui le retient dans le passé de la vie. Ceci permettra à l’individu de transcender la forme – c’est-à-dire de voir que la forme ne l’a jamais réellement servi au niveau de son intelligence du mouvement de la vie, mais qu’elle a plutôt fondé en lui une forme de croyance en la forme. Cette croyance l’a l’hypnotisé et l’a poussé à donner une ou des valeurs subjectives à la forme.

Ainsi, un individu qui perd intérêt dans la vie, donc dans les formes de la vie, devra un jour s’approprier dans sa vie le réel – soit que la direction de vie qu’il se donne devra reposer dans sa capacité de faire une lecture claire, froide et objective de la forme et ce, au-delà de toutes les impressions qui ont été imprimées dans son mental par la mémoire de l’âme concernée. Cette lecture lucide est à la base de la nouvelle expansion de l’Homme, soit sa capacité à se réinventer à chaque instant de sa vie, parce qu’il enlève de la mémoire à sa programmation.

L’Homme qui se réinvente constamment au travers sa lecture objective des formes sera dans ce que certains individus peuvent appeler l’action créative. Mais il faut savoir que l’action créative sera toujours une parenthèse utilisée par l’ego inconscient pour se dire scient. Ainsi, quand nous parlons de transcender la forme, l’Homme n’a d’autre choix que d’être dans la manifestation sciente de son devenir. C’est alors qu’il s’actualise dans sa parole et ce, au travers sa capacité de mettre de la lumière sur la structure atomique de la forme qui doit nouvellement le servir (donc à quoi sert la forme au niveau de sa manifestation réelle), plutôt que de vivre au travers les forces de son âme qui lui imposent les paramètres d’une conscience réfléchie face à la forme. En ce sens, un exemple du pouvoir scient de la parole serait le fait d’étudier la forme dans tous les aspects où elle déjoue l’ego.

L’Homme qui a dépassé la valeur subjective accolée à la forme a nécessairement une direction de vie réelle, car il sait que la forme est le vecteur utilisé par les plans invisibles afin de lui permettre d’étudier davantage la vie. Cette étude étendra sa vision du réel, et de par son exploration de différents plans de vie, elle lui permettra de dénoncer les paramètres involutifs du système actuel – d’où la capacité de l’ego à ne pas être assujetti à aucune force de vie qui le pousserait à vouloir être créatif. En ce sens, un ego scient est déjà créatif, parce qu’il ne donne pas de valeur subjective à la forme. De par ce regard, l’Homme s’autorise à vivre sa vie selon une seule et unique constance, d’avoir la paix dans sa tête et dans sa vie.

Les lois cosmiques sont plus grandes que l’illusion de l’Homme face à la manifestation créative de son ego via la forme. Brièvement, tous les anciens paramètres de la conscience de l’Homme involutif doivent être restructurés selon des principes de vie intégraux et absolus en intelligence. C’est ce qui donnera à l’Homme – donc au surhomme – la capacité de ne plus jamais donner un intérêt subjectif à sa vie, ou à réfléchir la vie de manière à se restituer en ce qu’il était auparavant. C’est ce que l’Homme appellera « se créer un destin ».

Ainsi, le destin réel de l’Homme est son évolution vers sa cosmicité – donc vers la grandeur de ce qu’il doit réaliser qu’il est. La grandeur réelle de l’Homme, c’est de savoir que sa vie est l’expression libre de son esprit dans la forme, et que la forme devra toujours lui servir dans l’expansion de ce qu’il est au travers son mouvement. Le surhomme est ainsi intouchable au niveau de sa conscience, et sa direction de vie est intouchable, puisqu’il sait qui il est et saura toujours où il s’en va.

— Sandra Vimont, 2012


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE