Le tatouage


Bonjour Sandra,

Je voulais demander quel effet a un tatouage sur la peau d'un individu. Je sais que ça densifie dans la matière, mais qu'est-ce que cela veut dire clairement ? Et comment je pourrais l'expliquer pour que la personne (l'homme ou la femme) saisisse tout l'impact que cela fait dans son corps et dans sa vie ?

Merci,

Hélène (Québec)



Bonjour Hélène,

Les tatouages densifient une forme quelconque dans la matière, et plus précisément, sur la peau. Cette forme est issue du plan astral et se manifeste sous la forme d’une image ou d’un symbole quelconque. Cette forme est souvent polarisée, et c’est là que se joue l’aspect le plus occulte. Par exemple, un tatouage plus « spirituel », comme une fleur de lotus ou un ange, est la matérialisation du lien entre la personne et des entités du haut astral. Un tatouage plus « noir » ou « bestial », comme un crâne ou un monstre, lie l’individu à des entités du bas astral. Le pigment utilisé pour faire le marquage n’est donc pas le point central à soulever – la difficulté en lien avec le tatouage réside surtout au niveau de l’énergie polarisée que véhicule l’image ou le symbole inscrit sur la peau, et les entités qui y sont liées. Ainsi, le tatouage peut facilement devenir une sorte de couloir occulte entre l’individu et le plan astral. La difficulté subséquente qui découle de ceci provient de la permanence du marquage : le lien astral qui est établi persiste avec le temps. Enfin, il est adéquat de mentionner les tatouages peuvent occasionner des blocages d’énergie, en particulier si le pigment est situé au niveau d'un organe vital.

Il est nécessaire de comprendre les autres versants du phénomène du tatouage afin de ne pas stigmatiser le tout. L’individu qui n’est pas dans un développement de conscience et qui se fait tatouer vivra cette expérience comme une manifestation matérielle d’un aspect de sa conscience. Le tatouage lui permet donc de se sentir plus défini dans son identité qu’il manifeste – et même si cette identité n’est pas réelle, en ce sens qu’elle peut être interférée par la polarité du monde astral. Ce tatouage devient donc l’extension de qui il pense être, et cela est correct.

L’individu conscient, de son côté, n’est généralement pas intéressé à graver une forme sur ces cellules physiques, car l’extension de son identité est davantage situé au niveau de sa conscience multidimensionnelle que sur le besoin de s’identifier à une forme. Simplement, il n’a pas besoin de se donner une définition de lui-même via un tatouage. Et s’il en a déjà un, il a le choix de le garder ou de le faire enlever, et ceci dépend de sa propre vibration et de sa capacité à transcender la valeur des formes.

Enfin, beaucoup de discernement et de respect est requis lorsque ce sujet est adressé avec autrui ; il est inadéquat de sous-estimer les besoins d’autrui, et ce, même si ses besoins ne sont pas nécessairement alignés avec son identité propre. Autrement dit, tout phénomène énergétique occulte que cette personne sera appelée à vivre fait partie de ce qu’elle a besoin d’expérimenter dans la matière. Toutefois, informer l’autre est adéquat si cette personne est apte à contenir ce qui est dit pour ensuite prendre ses propres décisions en lien avec le sujet.

Au plaisir,

— Sandra Vimont, 5 mars 2016



RETOUR EN HAUT DE LA PAGE