Le phénomène occulte derrière la maladie


Bonjour Sandra,

Au début des années 80, Bernard de Montréal avançait que « la cause du cancer chez l’homme est émotionnelle » et que « l’être humain se donne le cancer à force de vivre des émotions à mauvais escient ». À l’époque, faut-il le rappeler, Bernard de Montréal fumait et ne se souciait guère des effets nocifs du tabagisme sur sa santé, de sorte qu’il dû subir, plus tard au cours de sa vie, une transplantation pulmonaire avant d’être emporté, étrangement, par un cancer (du côlon) en 2003.

Selon les recherches, la seule créature terrestre à être complètement immunisée à toutes formes de cancer serait l’éléphant. Comment expliquer que même avec un double éthérique et un niveau de conscience très supérieur à celui des pachydermes, l’être humain ne jouisse pas d’une telle immunisation ?

À votre avis, les émotions sont-elles effectivement à l’origine du cancer ?

Luc (Québec)



Bonjour Luc,

Chez l’être humain, toute forme de maladie physique a comme visée évolutive de favoriser l’intégration de l’énergie d’un ou de plusieurs alephs, ou alors de grandir en définition identitaire. Un individu qui a un double éthérique a intégré deux alephs ou principes universels, soit ceux de la Volonté et de l’Intelligence. Ceci sous-entend qu’il a encore cinq principes à intégrer afin de ne plus diffracter sa lumière prépersonnelle, et donc afin de complètement cesser de polluer ses éthers physiques et psychiques.

La conscience de soi est un mouvement d’énergie expansif caractérisé par la gestion intelligente et créative des formes qui servent à parfaire sa vibration identitaire (ces formes incluent la maladie physique). La forme du corps physique sert de véhicule temporaire : il permet à l’être de passer de la période de l’involution psychologique vers la période de l’évolution psychique à l’intérieur de ses corps. En créant son double éthérique, l’individu devient immortel, mais il n’est pas encore intégral en conscience. La maladie physique peut alors être utilisée afin de lui permettre d’intégrer le principe de l’Amour, soit l’établissement d’une connexion psychique avec autrui sur le plan supramental. Afin de vivre ce principe sur la Terre, l’énergie de ce principe doit non seulement habiter le double éthérique, mais aussi, elle doit descendre dans la cellule humaine. Le cancer peut donc servir de relais afin de préparer la personne à absorber cette forte énergie face à la réalité de qui est l’autre.

Toute personne qui n’a pas intégré la totalité des sept alephs peut être aliénée dans son corps physique à travers une forme de maladie, puisqu’elle diffracte encore un ou plusieurs aspects de sa lumière prépersonnelle. Cette diffraction peut en outre être vécue à travers une émotivité astrale, et à travers une raison pervertie par un manque de compréhension de qui est l’autre. Le cancer n’est pas toujours lié à un excès d’émotivité : il peut aussi servir de plateforme afin de grandir en définition identitaire sur le plan supramental.

Il est important de souligner que l’émotion n’est jamais un problème comme tel, c’est la récupération de cette énergie par les forces descendantes qui est retardataire (ce sujet est développé dans mon livre « Entrer dans le réel », au chapitre 2). La nuance est importante, car toute retenue émotive se cristallise dans le corps, d’où le besoin éventuel d’intégrer le réel de cette énergie afin de pouvoir grandir en conscience.

Tous les événements qui surviennent doivent s’intégrer à la continuité psychique de l’être, ce qui permet à l’ego de se libérer de la domination des formes factices sur sa conscience. La maladie ne doit donc pas être perçue comme une fatalité, mais plutôt, comme un moyen pour aller chercher une plus grande mesure de soi sur les hauts plans de la conscience. Elle devient alors une opportunité pour mesurer sa capacité croissante à contenir sa lumière.

Dans le cas de Bernard de Montréal, il est intéressant de savoir que le poumon et le côlon sont étroitement liés au niveau énergétique (une énergie faible dans le poumon crée des complications dans le côlon). Ceci dit, le point important à retenir n’est pas la maladie comme tel, mais le tremplin psychique qu’elle lui a donné afin qu’il puisse entrer dans son Couple cosmique sur le plan supramental.

Au plaisir,

— Sandra Vimont, 10 mai 2017



RETOUR EN HAUT DE LA PAGE