Le jugement, l’astral et les ténèbres


Salut Sandra !

1. Est-ce que Jésus Christ parlait de la domination du plan astral sur l’être humain lorsqu’il disait qu’il ne faut pas juger ?

Ou en d’autres mots, est-ce qu’il voyait l’emprise du plan astral sur l’égo de l’humain à travers les polarités de nos pensées ? Et disait-il alors de ne pas juger pour que l’être humain ne nourrisse pas ce plan?

2. Et est-ce qu’il parlait de la source ou de son double lorsqu’il parlait de son père ?

3. Est-ce qu’il parlait du plan astral lorsqu’il parlait du monde des ténèbres ?

Merci Sandra !
Cati (Canada)



Bonjour Cati,

Merci pour vos questions, qui m’amènent à définir la conscience à travers un regard différent de ce que je publie habituellement sur Internet. Voici les réponses, en trois volets.

1. Ne pas juger nécessite effectivement que l’ego ne soit pas dominé par le plan astral, ce qui confirme vos dires. Un ego qui juge autrui émet un constat subjectif et coloré, et se coupe instantanément de la réalité de qui est l’autre. Ce qui est intéressant à savoir, c’est qu’occultement, il se coupe aussi de sa propre réalité sur les hauts plans de sa conscience. Une capacité absolue de ne pas juger est liée à l’intégration du principe de l’Amour, ainsi qu’à l’entrée de sa conscience dans le plan supramental. Ce passage requiert une compréhension totale de qui est l’autre, et donc une incapacité de le juger.

Jésus Christ voyait l’emprise du plan astral sur les egos humains, et comment ces derniers se faisaient polluer dans leur aura en croyant leurs pensées. Il a dit aux gens de ne pas juger afin d’ouvrir une porte dans leur psychisme, ce qui permettrait aux générations futures de graduellement pouvoir s’ouvrir à l’intégration de leur lumière supramentale. Ceci demanderait que plusieurs siècles d’expériences soient traversés afin que les egos soient prêts à intégrer leur Volonté, leur Intelligence, et enfin, l’Amour universel.

2. Lorsque Jésus Christ parlait de son Père, il référait à la manifestation exprimée de la Source originelle, soit le Père absolu qui faisait aussi partie de sa conscience intégrée. Dans mon livre « Entrer dans le réel », une représentation imagée de la structure de la conscience universelle est faite, incluant la réalité du Père absolu (voir schémas 8 et 35). Il est à souligner que la présence du Père absolu dans la conscience humaine implique que l’être doit avoir intégré la totalité de sa lumière prépersonnelle, et qu'il ait un centre de gravité absolu. À ce moment, sa conscience inclut la réalité du Père universel (intégration de l’aleph de la Science du mental) ainsi que celle du Père (intégration du principe de l’Intelligence, d’où la création du double éthérique). Bien sûr, sa conscience inclut aussi la réalité de la Mère universelle (intégration de l’aleph de l’Harmonie par la lutte) et de la Mère (intégration du principe de la Volonté), sans oublier l’intégration de la conscience de la Mère absolue, de la Fille universelle et du Fils.

3. Le plan astral correspond à l’extension des forces descendantes dans l’individu, dont les origines sont les ténèbres. Les ténèbres ne correspondent donc pas exactement au plan astral : au sens strict du terme, elles correspondent au trou noir yin, soit au non-lieu caractérisé par la non-manifestation de l’esprit dans la forme. Toutefois, dès que les ténèbres se manifestent, elles incluent tous les plans où il se produit une diffraction de la lumière prépersonnelle de la conscience, ce qui inclut la réalité du plan astral. Pour plus de détails, vous pouvez vous référer au chapitre 11 de mon livre.

Au plaisir !

— Sandra Vimont, 4 juin 2017



RETOUR EN HAUT DE LA PAGE