La nature occulte de la femme et de l’âme


Bonjour Sandra,

J’ai écouté l’extrait de votre conférence du 18 juin 2017 et à la fin, vous mentionnez que "si quelqu’un dit que l’âme c’est de la merde, ben la femme c’est de la merde". C’est la première fois que j’entends ça.

Je me suis posé la question et la réponse que j’ai eu est que vous parlez de l’âme lumière. J’ai toujours pensé que l’âme retarde l’évolution de la conscience. Quelle est la fonction de l’âme créativement parlant ?

Y-a-t-il une différence entre l’âme de la femme et celle de l’homme, une fonction différente... ?

Qu’est-ce que l’homme doit faire pour que sa femme soit toujours bien, car je trouve difficile de vivre en couple dans un processus d’évolution de conscience. Il y a toujours quelque chose qui s’immisce pour créer un éloignement et ça prend beaucoup d’effort et d’énergie pour retourner à l’harmonie.

Merci beaucoup Sandra de prendre le temps de répondre aux questions, c’est très apprécié.

Mario (Québec)



Bonjour Mario,

Lorsque mon livre sortira, plusieurs constateront que j’exprime la vie (ou l’univers de la conscience) dans une perspective actuelle, à savoir où les gens sont rendus aujourd’hui. Certaines choses doivent être dites différemment que dans le passé afin de parvenir à toucher à une perspective élargie du réel.

L’âme est de la lumière, en effet ! C’est elle qui structure tout ce qui existe. Sans âme, il n’y aurait pas de corps pour accueillir la conscience de l’esprit ou de l’ego qui évolue. Pas de corps physique, éthérique, astral, mental, pas de double éthérique, etc. Elle est l’énergie parfaite qui correspond à l’image, à la forme et à la mémoire que l’esprit a besoin pour évoluer en conscience.

Là où il y a de la confusion, c’est que l’âme est souvent associée à la manifestation astrale et polluée dans l’ego. En effet, il y a de la pollution dans le corps astral de l’ego involutif, et ce corps est associé à l’âme à travers le bagage mémoriel qu’elle y cristallise. Il doit être compris que cette pollution, ou cristallisation de formes, est nécessaire pour protéger l’ego de sa lumière prépersonnelle qu’il ne peut pas contenir. En d’autres termes, les mémoires que présentent l’âme à l’ego sont là pour le protéger de son incapacité à s’habiter – et donc à habiter ses sept principes solaires (ou alephs). La lourdeur de l’âme dans l’ego involutif reflète l’incapacité de l’individu à intégrer le réel de qui il est.

Le bagage mémoriel qui pollue les corps inférieurs de l’ego est la partie que ce dernier doit identifier en lui-même afin de parvenir à sortir de l’état de quarantaine que subit sa conscience… et qui pollue sa réalité. L’ego est prisonnier à l’intérieur d’un entortillage de mémoires que l’âme lui présente afin qu’il parvienne à intégrer sa lumière dans ses corps. La pollution astrale est une étape temporaire, mais nécessaire, afin que l’individu puisse graduellement intégrer sa réalité solaire. Lorsque sa conscience évolue, son âme peut lui présenter de nouvelles formes qui correspondent davantage à son nouveau taux vibratoire. C’est alors que l’être peut accéder à la manifestation de plans plus subtils du réel, et subséquemment, à ses nouveaux corps de lumière. La réalité de l’âme n’est donc pas limitée à ce que nous appelons la mémoire involutive astrale. Par exemple, elle inclut aussi les mémoires solaires universelles qui chapeautent la conscience des mondes en évolution. L’âme présente toujours à l’esprit ce dont il a besoin, en fonction de l’évolution de sa conscience.

La femme correspond à l’aspect yin de la vie, et aussi, à l’âme. Elle est liée à la Lune et à l’introspection. L’homme correspond à l’aspect yang de la vie, et aussi, à l’esprit. Il est lié à l’énergie du Soleil et à la manifestation. Leurs corps subtils respectifs sont différents, et ils réagissent différemment aussi, car leur structure psychique diffère. Comprendre la nature intrinsèque de l’âme permet de saisir la nature véritable de la femme ; comprendre la nature fondamentale de l’esprit permet de savoir qui est l’homme. Ne pas comprendre la nature de l’âme signifie que l’être ne comprend pas le réel de qui il est sur les plans supérieurs de sa conscience, car il n’accède pas à l’harmonie du yin et du yang qui caractérise sa conscience universelle. Ce sont les forces involutives qui occultent ce qu’est l’âme afin que le réel de qui est la femme ne soit pas dévoilé – ce qui retarde l’évolution de la conscience humaine sur la Terre.

Au niveau de la relation entre la femme et l’homme, chacun a un dessein unique à réaliser. La femme est amenée à faire le ménage dans les énergies polluées de la Terre afin d’en purifier les éthers. À travers ceci, elle doit parvenir à exprimer sa sensibilité sans en douter et sans se faire rabrouer par une raison pervertie, c’est-à-dire apprendre à définir sa parole avec nuances et clarté à travers ce qu’elle vit sans se refermer sur elle-même, ni exploser avec émotivité devant ce qui dépasse son entendement. Elle doit parvenir à utiliser l’énergie yang de la colère de manière à protéger son identité de conscience face à l’Invisible, ce qui lui permet de se rapprocher de son centre de gravité universel face à elle-même et face à l’autre. À ce moment, aucun bagage mémoriel ne peut être utilisé contre elle, contre son expansion de conscience.

De son côté, l’homme doit parvenir à utiliser le miroir qu’est la femme pour avoir une mesure de plus en plus réelle de lui-même. Sa colère devient alors de plus en plus objective (plutôt que subjective), d’où l’intégration de l’énergie de son esprit. La colère de l’homme deviendra un jour si grande et réelle qu’elle ne servira plus jamais à brimer l’autre, ni à déphaser la femme. Il prendra le contrôle de cette énergie de manière à ne plus faire payer à l’autre le prix de ce qu’il ne maîtrise pas en lui-même. L’énergie manifestée de l’homme servira alors à protéger la femme de toute intrusion des forces descendantes (énergies astrales et autres) ; ce sera son bouclier psychique contre les forces involutives millénaires qui tentent de le pénétrer. Ceci lui permettra de graduellement éliminer le dominium des forces descendantes sur son psychisme. En s’ouvrant de manière continue à la femme, il commencera à toucher aux souffrances millénaires que cette dernière transporte, et pourra mieux la comprendre, et réalisera alors l’ampleur de son travail occulte sur le globe. Ceci lui permettra de s’approcher de l’intégration du principe universel de l’Amour.

C’est à travers le principe de l’Amour que l’homme et la femme pourront réellement se rencontrer car, à ce moment, chacun sera à l’intérieur de son identité véritable face à lui-même et face à l’autre. Chacun aura une compréhension totale de la souffrance incarnationnelle de l’autre, et accédera la réalité de la conscience universelle qui caractérise leur nature cosmique commune.

Ceci est évidemment un résumé, le sujet est développé en profondeur dans mon livre.

Au plaisir et merci pour la question !

— Sandra Vimont, 22 juin 2017



RETOUR EN HAUT DE LA PAGE