Le rapport à l’autre : décalage vibratoire et solitude

impressions
Bonjour Sandra,

Pas de soucis pour tes délais de réponse, il va de soi que tu ne peux pas être dans l'immédiateté face aux mails que tu reçois. C'est déjà très appréciable que tu prennes le temps d'y répondre.

Je viens d'écouter ta vidéo avec Nathalie, les schémas étaient bien pratiques pour y voir un peu plus clair sur cet espèce d'ordre qu'on suit malgré nous, dans la descente (par rapport à ton schéma) et qu'on remonte ensuite au fur et à mesure qu'on est capable d'absorber de la conscience en notre esprit.

Quant à ta réponse sur l'amour, je n'en suis pas encore "à toucher à leur réel intrinsèque", disons que l'absence de conscience m'est parfois difficile à supporter chez les autres. J'éprouve comme une sorte d'intolérance, d'agacement par moment parce que l'absence de conscience rend les gens parfois tellement "stupides" au sens conditionnés, comme une incapacité à réfléchir par eux même, rabachant ce qu'ils ont appris.

Pour exemple, mon ami semble être dans une "pseudo- conscience" que je ressens comme passant par ma propre lumière, et non par la sienne et si je coupe le robinet, en fait, je me rends compte qu'il est comme sur un rail, il ne bouge pas, n'évolue pas. Puis quand il se rends compte (+ ou -) que je prends de la distance alors là, doucement, il se remets un peu en mouvement pour se rebrancher sur sa propre énergie, une énergie "vitale" qui manque de peps, liée certainement à son éducation, sa maladie . Seulement moi, je n'ai pas envie d'être SA centrale d'énergie sur laquelle il se branche. Alors je le laisse se dépatouiller et je prends mes distances. Avant j'aurais été dans la culpabilité, maintenant plus du tout. Je me dis que ça lui appartient et que moi, ce n'est pas "open-bar" mon énergie, ma conscience. C'est peut être un peu dur, mais c'est là que ma "sur empathie" s'est transformée en quelque chose de + juste pour moi.

Parfois je pense à ce que disait BdM sur la 4ème et 5ème race, et je me dis qu'il y a une forme de division qui s'opère sous mes yeux, des personnes dont on sent qu'elles n'accèderont jamais à la conscience, ou alors dans des centaines de vie sur terre. Et dans ce cas là, j'ai l'impression d'être bien seule sur mon chemin, mais heureuse de l'être parce que je me sens comme connectée à moi même, dans ma forme originelle.

Désolée, j'ai été un peu longue... mais ça fait du bien d'exprimer des choses difficiles à partager avec des personnes autour de moi.

J'espère avoir l'occasion de participer un de ces jours à l'une de tes formations en France quand tu pourras venir.

Au plaisir,

Fanny



Bonjour Fanny,

Oui, c’est parfois difficile de supporter le manque de conscience chez les autres, et encore plus particulièrement si ce manque vient avec un prix à payer pour nous. Par exemple, le vampirisme, la domination, la condescendance ou la manipulation qu’autrui peut nous faire subir à la maison, au travail, etc. Il va donc de soi que l’Intelligence de l’esprit doit s’exprimer ou s’actualiser dans ce type de circonstances.

Dénoncer les entités de ceux qui nous abusent, ou qui abusent, est la voie à privilégier pour traverser ce type de tension. Nous devons donc être capables de dénoncer les entités qui chevauchent ces personnes en utilisant notre pensée exprimée télépathiquement, ou alors en utilisant notre parole audible si nous sommes seuls et ne dérangeons personne. Parfois, nous devons aussi parvenir à parler à l'autre avec une autorité vibratoire qui inclut respect et compréhension... et qui inclut aussi l'ouverture de se remettre en question. Pourquoi cette ouverture ? Parce qu'une personne peut être utilisée par son esprit pour nous mettre en vibration ou sous tension, en dehors de l'intervention d'entités malicieuses. Enfin, nous devons savoir que notre esprit est toujours d'accord avec les expériences oppositionnelles que nous vivons, dans la visée que nous puissions acquérir une plus grande définition de conscience.

L’intolérance et l’agacement qui peut être ressenti face à l'autre doit devenir le signal qui nous amène à dénoncer le mensonge, l'entité ou le manque de clarté dans la vibration qui nous sépare de l’autre afin d’y voir plus clair. Malencontreusement, ce qui est vécu ne peut pas toujours être bien exprimé à l'autre, ni bien reçu par l'autre. De plus, ce ne sont pas tous les gens qui sont ouverts à ce type d'étude sans se sentir forcés à monter les barricades de leur personnalité subjective. Dans ce cas, nous devons faire notre possible pour avoir une communication bidirectionnelle sensible, authentique et juste avec l'autre, et dans le cas échéant, nous devons dénoncer le mensonge que nous percevons de manière discrète et individuelle, pour enfin recevoir des réponses claires de notre esprit. Une fois que la tension est évacuée suite à l'échange avec notre esprit, il devient plus facile de maintenir un rapport tolérant face à l'autre, et aussi, de maintenir une communication agréable avec nos semblables.

Dénoncer les entités chez l'autre est une belle façon de réellement aimer l’autre. Brièvement, nous pouvons toujours aimer le réel chez l’autre, mais il n’y a aucune bonne raison d’aimer les entités chez l’autre. Aimer les entités chez l’autre, c’est comme aimer la diffraction qui empêche la personne d’être vraie… ça ne fait pas de sens.

Dénoncer une entité chez autrui doit toujours se faire avec la conscience élargie du réel de ce qui se passe. Entre autres, nous devons savoir que cette personne peut encore avoir besoin de l'entité en question pour palier à son incapacité à supporter sa propre lumière. Il devient alors possible de ressentir une certaine compassion, un respect, ou même un amour envers elle, qui est aveuglée par sa propre lumière. C’est toujours cette partie sensible qu’il faut chercher à reconnaître et à ressentir chez l'autre, malgré ses dérives ou ses failles psychiques.

Évidemment, lorsque le décalage vibratoire entre deux personnes est trop grand, cela devient plus difficile d’avoir des relations de proximité avec l'autre, car l’ego le plus éveillé est continuellement obligé de dénoncer le mensonge et les entités qu'il perçoit, d’où une plus grande difficulté à pouvoir se reposer et à être bien en présence de l’autre. S’il ne dénonce pas les entités ou le mensonge, l'ego supportera psychologiquement le décalage, et cela peut devenir très lourd à porter.

Il devient effectivement important de protéger son énergie et sa vitalité, car des personnes vampiriques, il y en a beaucoup. Ça prend une grande définition de conscience et aussi de la compassion envers l’autre pour parvenir à trouver l’équilibre parfait dans chaque circonstance de vie avec l'autre. Parfois, une fin de relation peut s’imposer, et d’autres fois, c’est un mouvement de va-et-vient qui s’installe, comme pour continuellement tenter de rétablir l’équilibre énergétique dans les échanges. Les initiatives que prend l'ego dans son quotidien doivent lui permettre de placer ses limites inhérentes à sa définition de conscience, tout en aimant l’autre en lui permettant de devenir autonome dans ses énergies.

Il est normal de se sentir très seuls dans notre conscience lorsque nous réalisons que notre parole et notre vibration n’est pas bien reçue, ou lue, par autrui… Lorsque nous devons nous censurer pour respecter le positionnement psychologique de l’autre… Lorsque l’autre interprète nos mots plutôt que de les vibrer... Lorsque l’autre laisse entrer des entités dans son canal mental et nous accuse en lien avec ses propres blessures non intégrées… Lorsque l’autre ne nous parle pas vraiment, mais laisse parler ses entités… C’est effectivement très difficile de réaliser que nous parlons à des entités et non à une personne réelle, et de devoir tenter par tous les moyens possibles de ramener la personne à elle-même. Ça prend beaucoup d’amour dans le temps. Il est donc très normal de chercher à s’entourer de gens qui vibrent comme nous, pour pouvoir réellement nous reposer… avec le plaisir de vibrer avec l’autre, et jamais contre l’autre.

Le fossé vibratoire s’accentue dans la société, oui, c’est bien réel. Pourquoi ? Parce qu’il y a de plus en plus de lumière qui arrive sur la Terre. Et cette lumière, si elle n’est pas absorbée par les egos, elle est diffractée, rejetée, perdue. La conséquence à cela est qu'il y a de plus en plus d’énergie qui est perdue… et donc beaucoup d’entités qui sont nourries par les énergies diffractées. Ceux et celles qui parviennent à intégrer les énergies prépersonnelles qui descendent sur la Terre, pour leur part, s’élèvent très rapidement en vibration. Le fossé se creuse donc entre ceux qui absorbent les énergies prépersonnelles et ceux qui les diffractent. Alors oui, la solitude… je comprends bien…

Au plaisir,


— Sandra Vimont, 14 juin 2020