Transcription de l’enregistrement de Sandra et Nathalie :
Webinaire "S'aimer pour semer"


Note :
Cette transcription a été faite par Malia Pipiena Lie Mackenzie. Merci beaucoup pour ce travail collossal !!!
N'hésitez pas à me contacter s'il y a des corrections à apporter.




Sandra Vimont : Je m'appelle Sandra Vimont, je suis auteure d'un livre qui s'appelle "Entrer dans le réel" qui est disponible sur mon site web www.supramental.biz. Je ne suis pas seulement auteure, je suis aussi conférencière et je suis formatrice, donc je donne des formations aussi dans des petits groupes autant au Québec qu'en Europe, (France, Belgique, Suisse) je me promène beaucoup dans la Francophonie.

Je travaille dans un domaine où, je dirais qu'on n'est pas beaucoup, on n'est pas très nombreux, ça se compte sur les doigts d'une main ou deux. C'est quoi ce domaine-là? Il y a plusieurs noms qui sont donnés, en fonction de ce que les gens tentent d'exprimer. Si je le décris, ben je travaille dans le domaine de l'étude de la psyché humaine. Il y en a qui vont appeler ça le domaine "du supramental", il y en a qui vont appeler ça "la supraconcience", peu importe comment on l'appelle, ça revient au même, chacun dans le domaine va parler en fonction de sa propre vibration. Ultimement, il serait pas supposé avoir de contradiction si la parole est ajustée ─ ça, on pourrait en parler un peu, déjà là, peut-être que je vais en perdre quelques-uns, "Comment ça, parole ajustée, qu'est-ce qu'elle veut dire?" ─ Je pense que j'ai une bonne heure là pour vous en parler, donc vous allez voir un peu ce que c'est, ce domaine-là.

J'avais envie d'introduire, on est quand même dans un webinar qui s'appelle "S'aimer pour semer", là, je me disais en plus "semer pour s'aimer", j'aime bien ce petit jeu de mots qu'on peut faire avec ça. Donc, mon travail, je dirais, pour aimer l'autre, qu'est-ce que c'est ? Ben c'est vraiment rendre les gens autonomes psychiquement pour pas que/ pour qu'ils se soutiennent eux-mêmes, pour qu'ils soient capables de supporter leur propre lumière, je vais tout vous parler de ça un peu plus loin. Ça serait quoi la meilleure façon de supporter sa lumière? Je dirais, ça serait de toujours d'être capable de garder un équilibre entre le pôle de l'intelligence et le pôle de l'amour. Donc, concrètement là, pratico-pratique, simple_simple_simple, qu'est-ce que ça voudrait dire, ça ? Ben quelqu'un qui n'aime, disons, pas assez, que le pôle de l'amour, il est insuffisant, qu'est-ce qui arrive ? On va avoir quelqu'un de très froid nécessairement. Après ça, s'il est débalancé de l'autre côté, on pourrait dire "Mais est-ce qu'on peut trop aimer ? Mais voyons ", là on se gratte la tête. Je dirais qu'on peut mal aimer. C'est plus ça qu'on voit, les gens, en général, aiment très mal. "Je t'aime aujourd'hui, je ne t'aime pas demain parce que tu ne fais pas ce que je veux", donc déjà là, on n'est pas dans un amour qui est grand, on est dans un amour conditionnel à nous-mêmes, donc déjà, il y a un déséquilibre dans le rapport à l'autre. Comment on peut mal aimer? Aussi comment on peut être en déséquilibre face à nous-même dans l'amour? Par exemple, quelqu'un qui dit "Ben moi, j'aime_j'aime_j'aime" mais la personne aime tellement, ça serait comme dire "Je laisse ma porte de résidence ouverte et tout le monde peut rentrer "Servez-vous, prenez mes meubles, ma nourriture", donc là, on dit "Ben non là". Il y en a qui vont être dans un amour qu'on appelle "style bisounorus", qui vont comme trop aimer, donc ils perdent leur équilibre intrinsèque, donc ils perdent une partie de leur identité. Donc là, on voit que oui, on peut être trop dans l'amour. Donc il y a un déséquilibre si l'intelligence pour soi n'est pas suffisante.

Donc mon travail vraiment est de permettre aux gens de bien se situer dans cet équilibre-là tout le temps, au gré des évènements, parce que les évènements arrivent dans la vie et (c'est comme) il faut toujours renouveler ce positionnement-là, il n'y a pas un positionnement qui est bon tout le temps, c'est de rester dans le centre des deux. Donc d'être assez dans l'amour et d'être assez dans l'intelligence pour qu'on puisse dire "Ben il y a une fine ligne entre les deux et on marche dessus" et la ligne se déplace des fois, elle se promène en fonction de l'évènementiel.

Donc si je vis des oppositions, je ne vais pas vivre la vie de la même façon que si je suis sur la plage avec une sangria, alors si, par exemple, j'ai un accident de voiture, il y a quelqu'un de saoul qui me percute, ben l'équilibre va être différent, donc je vais avoir de la colère, je vais avoir quelque chose qui monte et comment je peux vivre cet évènement-là de manière parfaite, donc dans l'intelligence et dans l'amour pour l'autre? Donc ce sont vraiment des exemples comme ça qu'on va apprendre à explorer et à voir, quelle est la dynamique psychique parfaite pour moi pour garder mon équilibre entre l'intelligence et l'amour dans un contexte comme ça.

Donc là je parlais un peu d'amour. Qu'est-ce qui arrive quelqu'un qui a trop d’intelligence, est-ce qu'on peut être trop intelligent ? Je le vois beaucoup dans mon domaine justement, on va se retrouver avec beaucoup de personnes qui ont développé beaucoup_beaucoup leur pôle "intelligence" et qu'est-ce que ça fait? Ben ça fait des gens froids, des clones, des automates, ça n'a pas de regard pour l'autre "Fais comme moi et tu vas être correct". Donc là? on voit que quelqu'un qui est dans ce pôle-là, c'est quelqu'un qui a beaucoup d'esprit mais qui manque d'amour, donc il n'est plus dans son équilibre. Alors qu'est-ce qu'on peut retrouver dans des exemples faciles qu'on peut comprendre : quelqu'un qui est trop dans une intelligence froide et qui manque d'amour, on va parler du fameux pervers narcissique, ça a des intelligences, ces personnes-là, c'est fou, c'est rusé et c'est capable de contrôler, de manipuler beaucoup_beaucoup.

L'exemple classique qui est utilisé en psychiatrie pour décrire un pervers narcissique, par exemple, il va vous dire "Bon ben, je vais t'offrir ce soir un clou pour souper". Alors toute personne intelligente, censée, qui a une tête sur les épaules va dire "Ben voyons donc, on ne mange pas des clous !" et là il va dire "Ben regarde, j'ai toute la liste des ingrédients des clous et je vais te montrer la liste des ingrédients de tes suppléments alimentaires et tu vas voir que le fer, c'est extrêmement important, telle chose, c'est important, donc un clou, c'est bon pour toi". Donc, ça a une intelligence mais complètement pervertie et il va réussir à faire en sorte que l'autre va se mettre en doute, beaucoup, donc ce n'est pas que la personne est neuneue, mais il a une logique implacable et la seule façon de défaire ces logiques implacables-là, c'est vraiment d'être capable d'aller intégrer l'amour pour l'autre et dire "Ben regarde, oui, ça a l'air bien intelligent ce que tu dis, mais ça ne tient pas la route", donc sans rentrer dans le doute de soi et sans tomber dans l'assujettissement, parce que c'est très facile d'être assujetti par quelqu'un qui a une grande intelligence. Les gens vont faire "wow", ils vont être/ le phénomène du gourou, souvent il est facile à aller chercher. T'as le gourou qui veut avoir raison sur l'autre, qui veut/ occultement beaucoup de gourous ont besoin de la lumière des autres pour être capables de se supporter eux-mêmes. Donc on voit qu'il y a un déséquilibre inhérent à la nature du gourou, il y a quelque chose qui ne marche pas, comme par exemple le prêtre ou le gourou qui est devant une salle mais juste pour aller chercher la vitalité des gens. Donc ça, ça arrive, il ne faut pas se fermer les yeux, c'est très facile d'être naïf quand on ne comprend pas le réel, c'est facile de penser que tout monde est bon, mais ce n'est pas réel que tout le monde est bon, dans son expression, dans le quotidien.

Je dirais, la nature humaine, tout le monde est bon. Dans le fond du fond_du fond, c'est certain que tout le monde a une beauté, tout le monde a quelque chose d'extraordinaire, mais il y a un problème. C'est quoi le problème? C'est que les gens ne sont pas capables d'habiter qui ils sont complètement.

Donc mon travail est beaucoup dans cette optique-là de voir "Mais qu'est-ce qui n'est pas moi dans mon quotidien? Qu'est-ce qu vient interférer dans mon identité?" Donc souvent je fais un lien entre la personne et la personnalité. Donc, il y a la personne réelle, ce qu'on est dans nos tripes quand on ne se ment pas à nous-même et qu'on ne ment pas à l'autre, il n'y a pas de manipulation, il n'y a pas de contrôle, il n'y a pas de vampirisme, donc il y a une authenticité, une sincérité, une compassion mais qui n'est pas colorée, qui n'est pas subjective. Donc c'est vraiment cet état-là qu'on veut rechercher, qu'on recherche et dire "Ben ok, qu'est-ce qui fait que je ne suis pas capable d'être toujours authentique? Pourquoi je vais fuir la communication avec un ami, un conjoint ou l'autre parce que j'ai peur d'entendre ce qu'elle a à dire, mais pourquoi je ne suis pas capable de dire que j'ai peur, que ça me crée une tension? Donc il y a toutes sortes de mécanismes psychologiques qu'on peut appeler aussi "des mécanismes de défense" qui se créent et qu'il faut être capable d'identifier avec le temps. C'est vraiment ça le plus grand piège, je dirais. Donc comment on peut réussir à identifier ce qui n'est pas nous ? Ça fait drôle à dire, mais il y a réellement une partie qui n'est pas nous.

Pendant que j'attendais mon tour pour parler, j'ai décidé de vous faire un petit dessin, un petit schéma que ça fait des années que j'enseigne dans mes formations. Donc ceux qui connaissent mon travail vont le reconnaître. Ça fait des années et des années que je parle de ça...

De toute façon, je vais le décrire avec des mots. Donc, ça devient intéressant de comprendre d'où vient l'être humain, d'où vient la psyché humaine parce que sans ça, c'est très difficile de comprendre ce qui est nous et ce qui n'est pas nous. Donc ce début de schéma-là vient exprimer un peu d'où on vient, comment on fonctionne. Alors d'où vient l'être humain tel qu'on le connaît, qu'on le voit aujourd'hui ? En fait, il y a une partie physique et il y a une partie qu'on pourrait dire "psychique", on peut parler de conscience ; il y a toujours les deux sur tous les plans d'existence, il y a une conscience et il y a une forme, ça va ensemble. Les chinois l'ont compris le symbole yin-yang, donc c'est indissociable. Alors, sur le plan qu'on pourrait appeler "le plan originel", il y en a qui vont l'appeler "la Source" dans le domaine de la spiritualité, on va souvent utiliser le terme "soleil central", dans le domaine du supramental, on va parler de la Source, des origines, on peut parler de la Génèse. Tous les termes sont corrects. Moi j'ai tendance à utiliser les termes qui vont être les moins colorés possible, qui ont le moins d'interprétations possible, pour qu'on puisse délaisser un peu la coloration ou l'image qu'on se fait qui n'est pas toujours réelle.

Donc on provient de la source. Alors, j'ai fait un petit rond noir avec un point blanc. Alors, le soleil qu'on appelle "soleil central" ou autre est dans le centre. Ce n'est pas un soleil matériel, on est vraiment dans l'invisible et autour, le rond noir, qu'est-ce que c'est ? C'est un trou noir. Donc on provient d'un soleil qui est dans un trou noir. Quand on parle dans le milieu spirituel de soleil central, de la source, ça se comprend bien. Donc l'aspect de la conscience, c'est ce qui/ en fait, la conscience dort dans la Source ; c'est ce qui fait qu'il y a un trou noir, parce que la conscience n'est pas manifesté. On est vraiment dans la source dans un plan non manifesté. Donc il n'y a rien pour/ il n'y a pas de matière dans ça, c'est vraiment des potentialités. Les taoïstes appellent ça "le tao", donc on est vraiment dans un non-lieu en terme matériel, on est plutôt dans un espace de possibilités, donc de potentialités. Alors cet espace-là de potentialités du plan originel, qu'est-ce qui arrive ? Ben un jour, il a besoin de se manifester. Donc, c'est comme, on pourrait dire, le mouvement d'un pendule : il bouge et quand il arrive au bout de son mouvement, il s'arrête, puis il bouge et là tout d'un coup, il s'arrête encore. Donc c'est vraiment ce mouvement-là qui fait en sorte qu'à un moment donné, la source est non manifestée et à un certain moment, oups, il y a comme un besoin de pulsions, de mouvements, donc le pendule prend son mouvement, donc on se retrouve dans la manifestation de la Source sur le plan supramental. Donc déjà, on pourra faire le lien entre leurs termes et mes mots en termes de noms des plans . Pour moi ce n'est pas important le terme qu'on utilise, c'est vraiment la vibration qui compte, la compréhension, alors on a sur le plan supramental la manifestation de la source qu'on appelle "l'esprit universel". Pratico-pratique, c'est quoi l'esprit universel ? Comment je peux reconnaître ça? Qu'est-ce que ça mange? Qu'est-ce que ça fait ? Ben on pourra dire que c'est le soleil, mais le soleil vraiment qu'on voit dans le ciel et même plus loin que ça, tous les soleils qui sont reliés entre eux. Alors, notre conscience provient du plan supramental qui est un plan solaire. Donc on est loin de "parler" (dire) qu'on vient du singe, on vient du soleil ─ pour faire une petite parenthèse, "Les merveilleuses (mystérieuses) cités d'or", il y a toutes sortes d'émissions pour enfants et autres qui vont vraiment référer à cet aspect-là de la nature solaire de l'être humain.

Alors, qu'est-ce qui arrive par la suite ? L'esprit universel devient esprit. Comment l'esprit universel peut devenir un esprit ? Ben il faut retirer quelque chose. Donc jusqu'à maintenant, on voyait la Source qui est complète en elle-même, l'esprit universel qui est tout simplement sa manifestation, mais sur le plan de l'esprit, on commence à dire "Ben là, on a enlevé quelque chose à l'esprit universel", parce que si, disons, un esprit était parfait, ben il serait un esprit universel, on revire les choses un petit peu à l'envers. Donc qu'est-ce qu'on a enlevé? Moi j'appelle ça "la diffraction". Donc qu'est-ce que c'est la diffraction? C'est une perte, un retrait, on a/ on rejette une partie de notre lumière pour créer une nouvelle réalité. Donc qu'est-ce qu'on perd entre le plan de l'esprit universel et le plan de l'esprit, ben on perd l'amour. Donc le principe de l'amour. Est-ce que ça veut dire qu'on n'aime plus? Ben non, ça veut dire qu'on ne sais plus comment aimer, on perd l'essence. Donc ça revient un peu à ce que je disais tantôt, "C'est quoi perdre l'essence ?" Ben soit que l'amour, on le prend pour nous-même, donc là on devient orgueilleux, ou bien on se soumet à quelque chose de plus grand que nous qu'on ne comprend pas, donc on se met à genoux devant des dieux, des déités, mais devant des gourous aussi, parce qu'on ne comprend pas, on ne sait pas que nous sommes cette lumière-là lorsque nous sommes capables d'intégrer nos énergies, donc notre lumière. Quelqu'un qui intègre la totalité de son esprit universel, ben il intègre l'amour à un niveau total et absolu, mais en général, ce n'est pas ce qu'on voit. Pourquoi ce n'est pas ce qu'on voit ? Ben c'est retiré. On l'a enlevé, on ne peut pas naître sur la terre avec l'amour. Pourquoi? Ben parce que c'est retiré. On ne serait plus ici ─on va en parler tantôt ─ donc il y a quelque chose qui est retiré donc on n'arrive plus à le vivre parfaitement. On en vit des bribes, on en vit des morceaux, mais on n'est pas capable de vivre dans une continuité de conscience dans le quotidien.

Alors là, on se retrouve avec un esprit qui n'a plus le principe de l'amour, donc on peut appeler ça "des principes universels, des alephs", ce sont des synonymes. Dans l'esprit, il n'y a pas d'amour, donc pas un amour complet, intégré, on va parler d'un amour diffracté, partiel, subjectif, coloré, ce serait tous des termes pour définir cet amour-là, amour planétaire, ça pourrait être un autre mot pour le dire, donc ça ne veut pas dire qu'il n'y en a pas mais il n'est quand même pas tout à fait ajusté. Alors quelle est la grande qualité toutefois de l'esprit? Ben lui, il a l'intelligence. Il a l'intelligence complète. Donc on pourrait dire que ce sont des êtres, des consciences extrêmement intelligents qui ont des différentes technologies, qui comprennent beaucoup et en fait notre esprit ─ parce qu'évidemment tout le monde a un esprit, tout le monde a un esprit universel et tout le monde provient de la source ─ donc l'esprit, quel est son rôle dans la vie de chacun ? Ben en fait lui, il va créer les évènements. Donc tout ce que vous vivez dans votre quotidien a été accepté par votre esprit, même si l'évènement est casse-pied. Donc là, oups, ça commence à changer quelque chose et on se dit "Là si j'ai un accident de voiture, c'est mon esprit qui a décidé?" Ben oui. "Ben pourquoi il ferait ça? C'est un con ?" Ah ben peut-être qu'il y a une raison intelligente pour vous faire vivre ça. Donc on va explorer tranquillement pourquoi l'esprit nous crée des oppositions. Pour comprendre ça, il faut aller un petit peu plus loin, donc il faut positionner, disons, l'être humain, l'individu dans le schéma, donc l'esprit, un jour, ben il est devenu l'ego, il s'est incarné sur la terre.

Alors, pour créer un ego, c'est quoi la recette ? Ben on enlève encore une fois de l'énergie. Donc on enlève de la lumière, on enlève une partie de lui-même. Qu'est-ce qu'on enlève ? Ben là, on enlève l’intelligence. Donc là, ça vous ramène un petit peu ─ tantôt je parlais d'intelligence, d'amour ─ donc rendu à l'ego, on a enlevé l'intelligence de l'esprit, puis on a enlevé l'amour du plan supramental. Donc ce que ça fait, on se retrouve avec des ego qui se sentent complètement perdus, qui cherchent des réponses, qui cherchent_qui cherchent_qui cherchent mais qui ne trouvent pas, qui vivent du doute, qui tombent dans des croyances parce que il n'y a plus l'intelligence de l'esprit et c'est quoi avoir "l'intelligence de l'esprit" ? Ben c'est de toujours savoir pourquoi on vit ce qu'on vit. Chaque évènement a une visée évolutive. Il n'y a pas de hasard, jamais_jamais_jamais et l'esprit, en fait, l'ego doit être capable de comprendre pourquoi il vit la vie qu'il vit et avoir des réponses, parce qu'on se retrouve avec des êtres humains, des ego qui n'ont pas de réponse et les gens cherchent et cherchent et qu'est-ce qui arrive ? Ben on se retrouve devant toutes sortes d'informations qui sont foncièrement contradictoires. Pourquoi contradictoires? Ben je me rappelle pendant quatre, cinq ans, j'étais allée à fond dans la spiritualité, j'avais beaucoup de questions et je réalisais que tout le monde ont leur soupe qu'ils vous servent et finalement, ça ne tient pas la route parce que tout ça se contredit ; puis moi, ça, ça me créait beaucoup de tensions et je me disais "Il doit y avoir un réel derrière ça. Pourquoi tout le monde essaie de me vendre sa salade ? Pourquoi tout le monde essaie d'être gourou? Pourquoi tout le monde pense qu'ils ont compris, qu'ils ont une réponse ?" Et finalement, en dedans de moi, ça fait bien mal parce que l'énergie, elle ne passe pas. Telle personne me dit telle chose "Oui ok, ça passe bien", telle autre personne me dit quelque chose, "C'est intelligent mais ça ne tient pas la route", donc comment on fait le ménage de tout ça ? Comment on trouve où est le réel. Donc c'est vraiment ça l'axe de l'étude du supramental, "Il est où le réel ?"

Alors quand on comprend la descente de l'ego dans la matière, on comprend qu'il y a eu deux pôles de diffraction. La perte de l'énergie de l'esprit, donc de l'intelligence, la perte de l'énergie de l'esprit universel, donc de l'amour, donc on se retrouve avec un ego qui habite des plans inférieurs parce que la descente s'est faite quand même pendant très longtemps, il y a eu développement de plusieurs corps avec les années, "quels sont ces corps-là?" On peut parler du plan mental inférieur. C'est quoi le plan mental inférieur ? Il y en a qui vont que c'est l'intellect, la réflexion, notre capacité de réfléchir, on apprend un logiciel, on apprend une langue, on va à l'école, donc c'est important le plan mental inférieur pour être capable un jour de développer des corps qui permettent de fonctionner ou d'aller chercher des types d'informations ou de vibrations différentes. Donc c'est pour ça qu'on envoie nos enfants à l'école, pour développer le plan mental inférieur. C'est comme notre dictionnaire, notre structure.

Ensuite, ben l'ego, il a quoi? Il a le plan astral ─ Il y en a qui l'appellent le corps émotif, le corps de désir, il y a toutes sortes de termes, tous les synonymes pour moi sont valides─ donc dans le plan astral, en fait, la conscience de l'ego, c'est ce plan-là qu'il habite. Donc il habite le plan astral, ce qui fait que l'être humain va être beaucoup assujetti à la mémoire, donc vraiment le plan astral, c'est un plan mémoriel qui va être très axé sur la forme, la mémoire. Donc notre conscience, quand on naît, vibre astralement. Donc c'est comme ce qu'on appelle notre moi, donc c'est qui mon moi, disons de la vie de tous les jours ? Ben il vibre astralement jusqu'à tant qu'un jour, ben le moi devienne un moi supérieur qui s'intègre dans le moi inférieur ─ ça on va le voir tantôt. On n'est pas obligé de passer notre vie à vibrer astralement, c'est un peu ça que je suis entrain d'exprimer.

Ensuite il y a le plan vital. Donc le plan vital, c'est comme une copie du corps physique mais en énergie, donc qui permet de nous donner une certaine vitalité. Donc quelqu'un qui tombe malade, c'est toujours énergétiquement que ça se passe avant, donc il y a un trouble dans le plan vital, donc pourquoi les soins énergétiques fonctionnent, ben c'est parce qu'on travaille l'énergie qui va ensuite se cristalliser vers la matière. Donc si on corrige quelque chose sur le plan vital ou même astral, mais éventuellement, ça descend ver le plan physique qui est le prochain plan dont je voulais vous parler qu'on appelle le plan physique, plan matériel, encore une fois tout fonctionne, on connaît bien notre corps physique en général, parce que je dirais que c'est plan avec lequel l'ego a le plus d'affinités dans le sens "Ben mon corps, c'est mon corps, je le vois", tandis que le corps vital, à moins d'avoir des perceptions extrasensorielles, on ne le voit pas.

Le plan astral, même chose, donc les plans, il y en a qui voient, il y en a qui ne voient pas, ce n'est pas important de voir ou pas, je dirais, l'important c'est de ressentir, d'être vraiment branché sur notre ressenti, trop voir, ce n'est pas un cadeau. Moi je me suis mise à tout voir dans tous les plans. Je voyais jeune. Beaucoup de gens vont avoir certains souvenirs de monstres dans leur garde-robe et nos parents qui nous disent "Non non il n'y a rien dans la garde-robe, tout es beau" et tranquillement, ça se referme, puis parfois, ça revient. Donc dans mon cas, dans la vingtaine, je me suis mise à vraiment voir tous les plans, puis d'avoir personne finalement avec qui échanger ou pour vraiment pouvoir dire "Moi je vois ça_je vois ça_je vois ça, toi est-ce que tu le vois? " puis finalement personne ne le voyait jusqu'à tant qu'un jour, je rencontre des gens qui voyaient exactement la même chose que moi, donc ça vient, à l'époque, c'était venu en quelque sorte confirmer ce que je voyais, finalement quand on perçoit dans l'invisible, tout le monde perçoit des choses similaires.

Ensuite sur mon petit tableau, j'ai ajouté/ on pourrait parler du plan cellulaire, donc toute une vie cellulaire, on pourrait parler du plan atomique aussi qui fait partie du corps physique, qui nous relie finalement avec l'énergie de la source. Donc quelqu'un qui est totalement en phase avec son énergie atomique, va être totalement en phase avec l'énergie de la source ─ il y en a qui l'ont appelé l'énergie divine, peu importe les mots que vous utilisez, l'important c'est de ne pas colorer les mots, mais on parle vraiment de la même chose. Donc ça, c'est vraiment la descente de l'ego vers la matière.

Alors je vous disais tantôt qu'il y a une partie de nous-même qui n'est pas nous, qui fait partie de ce qu'on appelle "la personnalité", donc d'où ça vient cette interférence-là? D'où ça vient cette partie-là qui n'est pas nous, qui n'est pas réelle ? Ben en fait, ça va venir de nos énergies qu'on a diffractées, qu'on a perdues. Alors on dit "Ah bon? Ok, c'est quoi qui arrive quand on perd de l'énergie?" Ben c'est assez facile de se dire "Ben il n'y a rien qui est perdu_perdu dans l'univers, si on perd de l'énergie, ça va quelque part. Donc où elle va cette énergie-là? Est-ce qu'elle flotte comme un nuage? Non. Cette énergie-là, depuis la descente de l'esprit universel dans la matière, a créé des mondes finalement. Alors l'énergie de l'esprit universel qui a été diffractée, qui a été perdue est allée nourrir des êtres sur le plan surmental, donc on pourrait dire des esprits, des races, peu importe le terme qu'on a envie d'utiliser, qu'on pourrait appeler "extraterrestres". Ah bon? Ah bon? Ça existe ces affaires-là? Ben oui, ça existe. Je ne suis pas là pour convaincre personne, ceux qui le ressentent intérieurement le savent même s'ils en ont pas vu, ceux qui ont besoin de croire par la vision, l'expérience, ben chacun a son temps et c'est correct. Moi je ne suis pas ici pour imposer quoi que ce soit, je suis vraiment ici plus pour parler, pour vous faire vibrer à votre réel à vous, donc de voir vraiment ce qui vous parle et moi je n'ai pas de problème qu'il y en a qui disent "Ben non, ça n'existe pas !" Dans votre perception, ça n'existe pas et c'est parfait, pour moi tout est bon. Donc dans mon cas personnel, je les vois comme je vois une table, une chaise, un chat, comme je peux vous voir aussi.

Donc cette énergie-là que nous avons diffractée, perdue sert à nourrir des êtres dans le plan surmental, donc des êtres extrêmement rusés, extrêmement intelligents et qu'est-ce qu'ils font ensuite ces êtres-là? Ces êtres-là font partie de votre psychisme. Je sais que ça fait un peu bizarre à dire, mais ils font partie de votre canal mental, parce qu'ils se nourrissent de votre énergie, de votre lumière, que vous avez perdue ou diffractée. Donc il y a des êtres dans votre tête qui vont vous envoyer des pensées qui correspondent à votre incapacité à supporter votre lumière, parce qu'elle est diffractée, donc les gens reçoivent des pensées qui ─ là on est vraiment dans la diffraction de l'amour ─ donc qui vont déformer l'amour, donc ce qui fait qu'un jour j'aime, l'autre jour, je déteste. Je blâme l'autre pour ce que je vis. C'est de sa faute. C'est la faute de mes parents, c'est de la faute de... Donc c'est vraiment cette diffraction-là qui fait qu'on perd notre centricité entre notre intelligence et notre amour. Donc ça, tranquillement, il faut être capable de l'identifier. Comment on identifie les pensées diffractées, donc l'interférence d'êtres du plan surmental dans notre psychisme ? Ben tout ce qui n'est pas dans un respect total de qui est l'autre, une insensibilité face à l'autre, ben on pourrait dire "Ben là, je suis chevauché psychiquement", ça ne veut pas dire "possédé", ça veut juste dire je suis chevauché dans le sens que je ne suis pas totalement moi. Je pense que c'est moi. Pourquoi ? Parce que je crois ma pensée. Ça, c'est drôlement important de le comprendre. Alors là, on dit "Quoi? Mes pensées ne sont pas toutes à moi? Hii woh là, one minute !" Je dirais "Vos pensées, il y a des pensées qui sont à nous et il y en a qui ne sont pas à nous."

Les pensées qui sont à nous, ce sont celles qui proviennent de la source, de l'esprit universel, de l'esprit et qui rentrent dans l'ego, ça fait partie de notre lumière. L'ego ne génère pas de pensées. Il y en a qui trouvent ça dur à avaler mais je vais vous dire, je vais vous donner un exemple simple que je donne dans mon livre : comptez de un jusqu'à cinq sans aucune interférence dans vos pensées. Si vous réussissez, vous êtes bons, parce que tout d'un coup, vous allez penser à votre épicerie, vous allez penser à votre chum, à votre blonde. Il y a une pensée "Ah mais écoute donc, vais-je y arriver ?" Ben déjà, vous n'êtes pas entrain de compter. Donc on perçoit très rapidement que l'ego ne contrôle pas la pensée. C'est comme avoir une chanson dans la tête qui se répète_qui se répète_qui se répète, ben ça vient d'ailleurs, cette pensée qui se répète. Ce n'est pas l'ego qui décide d'avoir une chanson qui le fatigue dans sa tête. Donc tranquillement, on commence à dire "Hé oui, c'est vrai que ce n'est pas tout moi qui décide ce que je pense là, ouh" Donc oui, la pensée vient d'ailleurs, on va se faire parler, on est comme une radio et on reçoit différents postes radio, donc on reçoit le poste de l'esprit, de l'esprit universel puis de la source, mais le problème, on reçoit aussi des postes qui "grichent" (grincent), des postes diffractés, donc des postes qui font partie de l'énergie qu'on n'est pas capable de supporter en nous-même, donc ça prend une autre couleur, une autre forme pour nous piéger et l'ego pense que c'est lui parce que de toute façon, il n'est pas capable de supporter qui il est, donc il est certain que ces pensées diffractées-là sont à lui. C'est tranquillement qu'on apprend à faire le tri entre les pensées.

Donc une pensée qui n'est pas dans le respect, la compréhension du réel de l'autre, de la souffrance de l'autre, ben on sait déjà que on est possédé par des pensées ou par des êtres sur le plan surmental qui viennent nous jouer des tours. Alors tantôt aussi, je parlais qu'il y avait un autre niveau de diffraction. Donc qu'est-ce qui se passe avec cet autre niveau de diffraction-là? Comment ça travaille? L'énergie de l'esprit qui est diffractée, donc l'intelligence de l'esprit qui est diffractée, ben ça va amener toutes sortes de pensées qui empêchent l'ego d'être défini dans son individualité de conscience, de comprendre ce qu'il vit, pourquoi il le vit, d'être défini dans qui il est. Donc un exemple de pensées, ça pourrait être "Je suis con, je suis stupide, je n'y arriverai jamais", donc là on dit que c'est l'intelligence de l'esprit qui n'est pas intégrée dans l'ego, donc là, ben il se produit qu'il y a une vibration qui rentre, l'ego n'est pas capable de la supporter. Pourquoi? Ben parce qu'il est incarné, parce que justement, il y a eu cette diffraction-là, sinon on ne serait pas incarné, donc c'est naturel et normal. Donc il ne faut pas se culpabiliser, il ne faut pas se dire "Ben là, écoute donc, je suis de la merde". Ben non, tout le monde est dans le même bateau, parce qu'on est incarné, tout simplement.

Alors l'ego se retrouve avec des pensées diffractées qui viennent le sortir de son identité. Donc l'exemple, je vous disais tantôt : je laisse ma porte ouverte, ben tout le monde vient se servir chez moi, tout le monde profite de moi, ben je ne suis pas assez définie dans mon identité pour dire "Ben non, toi dehors ! Ben non, tu ne prends pas ma maison". Parce qu'on laisse notre porte ouverte, à un moment donné, les gens, ils veulent même la maison, ils prennent des gros camions et ils vont prendre la maison, ils vont la mettre dans un camion et ils vont partir avec. Donc c'est un peu ça, de dire que si on n'est pas assez dans notre identité, on se laisse vampiriser. Et par quoi on se fait vampiriser ? Ben par les entités des autres. Si je laisse ma porte trop grande ouverte parce que j'ai un amour bisounours, ben je n'ai pas d'identité, donc je n'ai pas assez de colère ou d'identité pour dire "Ben non, là t'es chez nous, sors !" Donc si je n'ai pas cette énergie-là à l'intérieur de moi et que tout est beau, tout n'est pas grave, ce n'est pas grave_ce n'est pas grave_ce n'est pas grave, ben le "ce n'est pas grave", c'est encore une fois des entités dans votre tête pour que vous ne rentriez pas dans votre identité de conscience, pour que vous ne rentriez pas dans votre esprit.

Donc on voit comment le piège va loin. Souvent, on va utiliser le terme "la quarantaine", l'ego est comme mis en quarantaine, il n'est pas informé. On se dit "Ben toute ma vie, j'ai fonctionné comme ça et ça ne marche plus. Ah merde !" C'est comme il faut tout d'un coup tout réinventer, on se dit "Tout ce que j'ai fait, tout ce que j'ai dit, tout ce que j'ai appris là, c'est comme si ça ne tenait plus. On se dit "Aïe aïe aïe, hé", c'est comme dire qu'on refait un revirement complet du tout au tout, qu'on dit "Ok, bon ben là, tout d'un coup, il va falloir que je la dresse (la vie) différemment, il va falloir que je perçoive la vie différemment puis tout ce que je fais, tout ce que j'ai dit, tout ce que j'ai cru, ben on va le réinventer, on va le définir différemment puis on va commencer à apprendre réellement à se connaître, ce que j'appelle "entrer dans notre réel", donc ça revient au titre de mon livre "Entrer dans le réel" donc on veut entrer dans le réel de qui on est. La seule façon d'y parvenir, ben c'est de comprendre d'où on vient, d'où vient notre conscience puis quelles sont les interférences qui nous assujettissent à quelque chose qui n'est pas nous, donc à notre incapacité à supporter notre lumière. Donc c'est normal de s'incarner en étant incapable de supporter notre lumière, c'est normal et naturel. C'est tranquillement, ceux qui sont prêts. Souvent les gens vont faire un cheminement dans la spiritualité et ensuite, ils vont tranquillement tomber dans cette science-là du supramental, je dirais c'est un peu l'ordre de ce qu'on voit normalement moi j'ai fait quatre, cinq ans de spiritualité qui m'ont vraiment servi, qui ont été utiles par rapport à mon rapport à l'invisible, puis ensuite rentrer dans l'étude de moi-même pour aller chercher le réel, ben c'est comme dire que ça a été une phase subséquente, la phase suivante. Je n'aurais pas pu passer directement à ça. Quelqu'un qui passe directement à ça, ben il y a toujours des risques de se faire piéger, d'aller chercher une intelligence très froide de l'esprit puis finalement, ben il se fait piéger aussi parce qu'i y a vraiment moyen de se faire piéger en intégrant trop le pôle de l'intelligence. Donc c'est vraiment de dire tranquillement, on va intégrer et l'intelligence et l'amour. Il faut vraiment aller chercher l'équilibre entre ces deux pôles-là. J'ai fait un autre petit dessin qui est ici. Donc en fait, j'ai fait une copie du premier dessin mais j'ai ajouté quelque chose parce qu'au fond...

Nathalie Bellerose-Hamel : Je peux te poser une question, Sandra ?

Sandra Vimont : Oui oui, vas-y.

Nathalie Bellerose-Hamel : L'âme, c'est quoi l'âme ? Je ne sais si tu l'as mise quelque part...

Sandra Vimont : Elle où l'âme là-dedans là ? C'est une très bonne question. C'est important de comprendre c'est quoi l'âme. En fait l'âme, c'est de la mémoire, l'âme c'est tout ce qui est mémoire, tout ce qui est forme, tout ce qui est réceptacle, tout ce qui est véhicule, tout ce qui est ADN, tout ce qui est génétique, tout ce qui est programmation, donc ta question est extrêmement pertinente parce que j'ai justement commencé en disant qu'il y a la conscience, puis il y a un véhicule. Il y a toujours un véhicule, il y a une forme. Au niveau de la source, ben là on est dans le non-manifesté, la conscience dort, donc la forme dort. Donc on pourrait dire, ben on est vraiment dans le yin, dans la source. Le yin de la source s'est manifesté et il est devenu yang, donc il est devenu l'esprit universel. L'esprit universel, je vous ai dit, c'est un soleil. Donc le soleil a une forme, il a une forme sphérique. Donc l'âme, c'est la forme du soleil, c'est la sphère, donc sur le plan de l'esprit mais l'esprit a un véhicule aussi, a une forme, et dans le cas de l'ego, ben on a tous nos corps inférieurs qui sont aussi l'âme, donc autant la cellule, autant le corps physique, le corps astral, donc tout ça, c'est l'âme.

Dans le domaine du supramental, les gens ont tendance à associer l'âme à l'astral, et ça c'est une grave erreur parce que l'âme est sur tous les plans de conscience. Oui il y a de l'âme en astral mais il y a de l'âme sur tous les plans de conscience, c'est comme dire que sur le plan, disons, si on va dans le macro, on va dire qu'il y a un mouvement des planètes. Donc dans notre système solaire, ces planètes-là ont un mouvement, ont une programmation, ben là on est dans l'âme des planètes parce que s'il n'y avait pas de véhicules ni de programmations, ben on dirait "Oulala, ben déjà, il n'y aurait pas de/ on ne serait dans le non-manifesté et qu'à partir du moment où il y a une planète, ben il faut qu'il y ait une programmation parce que sinon tout rentrerait en collision. Donc ça serait un chaos, donc le chaos, il peut arriver des accidents, entre guillemets, qui ne sont pas des accidents. Donc s'il arrive certains évènements de collision, ben c'est voulu pour avoir un effet sur toute la chaîne de conscience subséquente. Donc on comprend que vraiment ─ donc ceux qui font de l'astrologie font cette étude-là de la programmation, donc de tout ce qui est l'âme mais sur tous les plans de conscience. Donc c'est pour ça que quelqu'un qui est astrologue peut parvenir à définir beaucoup de choses, parce que ça fait partie de nos origines, nos origines cosmiques. Donc très bonne question, l'âme, c'est le véhicule sur tous les plans de conscience. Alors...

Nathalie Bellerose-Hamel : Merci.

Sandra Vimont : Ben oui, ça me fait plaisir, c'est une bonne question. Donc on disait que la source devient l'esprit universel, l'esprit universel devient esprit qui a un véhicule, ensuite l'esprit devient ego, c'est important de mentionner qu'il y a toujours une partie qui reste sur son plan de conscience. Donc ─ je n'irai pas profondément dans ça, mais j'appelle ça "la loi des possibles" ─ il y a une partie de la source qui reste à la source et il y a une partie qui descend ; il y a une partie de l'esprit universel qui reste là, et il y a une partie qui diffracte et qui descend ; ensuite l'énergie de l'esprit, il y a une partie qui reste là et il y a une partie qui diffracte et on se retrouve sur le plan de l'ego, parce que si tout était descendu, on serait bien mal pris, on n'aurait pas d'esprit ni d'esprit universel puis plus de source. Donc le fait que c'est juste une partie qui descend, on peut dire "Ben je peux parler à mon esprit, je peux parler à mon esprit universel, je peux parler à la source" non pas être assujetti à, mais je peux dire "Ben je peux entrer en communication parce que ça fait partie d'un plan de conscience qui me caractérise et ceux qui parlent de multidimensionnalité de conscience, ben c'est vraiment de ça dont on parle. On est des êtres multidimensionnels, donc pratico-pratique, qu'est-ce que c'est ? Ben j'ai un esprit, j'ai un esprit universel et je proviens d'une source. Ce sont ces trois pôles-là qui m'envoient de la lumière que moi je dois, en tant qu'ego humain, apprendre à contenir.

Donc c'est quoi le but ? Pourquoi l'ego humain est sur la terre? C'est quoi sont but ultime? C'est d'intégrer sa lumière, donc les fameuses questions existentielles : qu'est-ce que je fais ici? Pourquoi etc ? Ben c'est dire qu'il faut être capable d'intégrer le réel de qui nous sommes. Donc il faut que je sois capable de supporter l'entièreté de l'intelligence de mon esprit, il faut que je sois capable de contenir l'entièreté de l'énergie de l'esprit universel et ultimement d'être dans la fluidité de la source pour être un être total, intégré, on va parler souvent d'être intégral dans le domaine de la conscience. Donc on parle beaucoup aussi du phénomène de fusion. On parle pas de fusion dans la spiritualité, on va parler plutôt d'ascension. C'est un terme qui va être utilisé mais qui n'est pas compris en profondeur. C'est comme dire, on nous dit "Oui un jour, faut ascensionner" mais on nous donne pas la recette puis on à l'impression que c'est en méditant et en suivant des gourous qu'on va y arriver. Je dirais que cette période-là est importante et intéressante parce que ça nous ouvre à l'invisible, parce que ça élève notre taux vibratoire, donc il y a vraiment un cheminement qui se fait, mais ce n'est pas suffisant parce que quelqu'un qui fait ça toute sa vie, qu'est-ce qui arrive? Ben il va mourir comme tout le monde. "Mourir comme tout le monde", qu'est-ce que je veux dire par là? Lorsqu'il va quitter son corps physique matériel, ben sa conscience va aller où elle a vibré pendant toute sa vie. Donc où est-ce qu'on vibre pendant toute notre vie, je vous disais tantôt, les gens normalement vivent, vibrent sur le plan astral. Donc quelqu'un qui décède, monsieur tout le monde, va partir avec son corps astral et aller sur le plan astral en attente d'une nouvelle réincarnation, pendant le temps qu'il attend pour une nouvelle réincarnation, ben il se perfectionne puis travaille dans le mémoriel astral. Donc l'astral, c'est aussi le monde du rêve, pour vous donner un peu des parallèles que vous connaissez. Donc on se retrouve dans ce monde-là, "le monde de la mort" qu'on peut aussi l'appeler, puis qu'est-ce qu'ils font ces ego-là? On appelle ça des ego morts, parce que ce sont des êtres décédés qui ne sont plus en lien avec l'esprit, mais qui sont en lien avec des mémoires, comme dans le rêve, donc ces êtres-là, soit ils s'occupent d'eux-mêmes au niveau mémoriel, donc un perfectionnement au niveau mémoriel et non pas un perfectionnement intelligent d'esprit ou d'amour, donc il y a pas vraiment d'évolution, à part dans la forme dans la mémoire qui se fait sur le plan astral.

Et qu'est-ce qu'ils font ces êtres-là aussi? Ils vont prendre les énergies diffractées des gens qui ne sont pas capables de supporter le réel de leur esprit, donc de leur intelligence et ils vont vous envoyer des pensées mensongères qui font partie du mémoriel. Donc tantôt, je vous disais "Mais la diffraction de l'esprit universel, c'est qui qui se nourrit? Bon ben, ça va être des êtres du plan surmental, donc on va souvent parler d'extraterrestres et ensuite, c'est qui qui se nourrit de l'énergie de l'esprit diffractée? Ben ce sont des ego morts, donc des gens décédés. Alors la personne qui n'a pas d'estime pour elle-même "Je ne suis pas bonne, je n'y arriverai jamais, tatata", ben c'est que je ne suis pas capable de supporter l'énergie l'énergie intelligente de mon esprit, donc ce sont des entités qui vont me servir, qui vont m'aider, dans le sens qu'ils vont prendre l'énergie que moi je ne suis pas capable de prendre, ils vont la transformer et ils vont m'envoyer une pensée colorée. Si je pense que cette pensée-là, c'est moi ,ben c'est là que je suis faite, dans le sens que c'est là qu'on pourrait dire que ne suis pas capable de supporter l'énergie de mon esprit. Donc tous les ego morts, tout ce qu'on peut appeler les extraterrestres ─ et il y en a qui aiment bien parler de toutes sortes de choses, de reptiliens, de petits gris, d'archontes, nommez-les, on s'en fout de la race parce qu'il y a plein de race, on ne peut pas dire que ce plan-là se limite à une race ─ c'est aussi le plan des esprits notre esprit est là aussi, donc il y a toutes sortes de races, comme sur le plan matériel, il y a plusieurs races sur la terre, on pourrait même dire qu'il y a des êtres humains mais il y a aussi des animaux, c'est très varié, ben c'est la même sur le plan de l'esprit, c'est très varié, pensez au film Star Wars, c'est un peu ça qui se passe sur le plan de l'esprit. Il y a des êtres de toutes les formes, de toutes les couleurs qui fonctionnent différemment, et il y en a qui sont plus, entre guillemets, gentils que d'autres, pourquoi? Parce que l'amour n'est pas interprété de la même façon. Donc on peut s'attendre à ce que (chez) tous les esprits, il y a un défaut dans l'amour, donc soit qu'ils se mettent à genoux devant quelque chose qu'ils ne comprennent pas, devant quelque chose qui est plus grand, devant les dieux, devant peu importe quoi ou bien ils prennent pour eux et on rentre dans le pôle inverse, l'orgueil, le narcissisme etc.

Donc l'ego doit parvenir à identifier ce qui n'est pas lui, les interférences autant des ego morts qui sont dans le monde de la mort et eux-autres sont pas mal intentionnés, ils font leur job, c'est-à-dire de supporter la lumière que vous n'êtes pas capables de supporter, parce que le jour où vous êtes de supporter l'énergie de l'esprit, ben c'est ça qu'en spiritualité on appelle "l'ascension", il y a une première fusion. Donc dans le domaine du supramental, on utilise le terme "fusion", pourquoi? Parce qu'il y a vraiment fusion entre les énergies de l'esprit et les énergies de l'ego. Donc les deux deviennent un et on pourrait dire que l'ego supporte l'entièreté de l'intelligence de son esprit. Donc quand il vit évènement, ben il parvient à comprendre pourquoi il le vit. Alors qu'est-ce qui pourrait être, disons un exemple, je dirais que c'est surtout la colère qu'on va travailler, qui est le pôle le plus important à comprendre. Donc quelqu'un qui vit une colère, donc qu'il arrive un évènement, il y a une tension, donc je dirais que votre moment-clé, c'est quand vous vivez une tension, qu'est-ce qu'on fait avec ça ? Donc l'exemple de se faire frapper par un véhicule ou quelqu'un nous dit quelque chose, ça nous crée une tension, il y a une tension qui génère une colère. Alors est-ce qu'on fait le bisounours et qu'on dit que ce n'est pas grave, ben là, c'est une entité de l'esprit universel qui vient nous piéger. Donc là, la réponse n'est pas là parce qu'elle a la colère. Donc comment je peux vivre la colère sans tout briser, sans diffracter les énergies ? Ben on pourrait dire que cette colère-là doit être vécue un premier temps en compréhension que c'est l'esprit qui a créé l'évènement, donc l'accident de voiture, il a été programmé par mon esprit, arrangé avec mon esprit avait la personne qui m'est rentré dedans, donc il y a comme un/ on se met en termes de "les esprits se mettent ensemble autour d'une table et ils disent qu'il va arriver telle chose_telle chose_telle chose, puis ensuite, on crée l'évènement qui se produit dans le plan matériel, donc il se produit l'accident." Donc qu'est-ce que je fais en tant qu'ego ? Ben là, c'est à moi de dire à mon esprit "Bande de sales" ou je m'adresse à mon identité d'esprit, je peux parler à l'esprit universel, c'est pour ça que souvent, je le mets au pluriel "Bande de sales, qu'est-ce que vous faites de me créer des oppositions comme ça ?" donc ma colère, je la canalise et je la renvoie à mon esprit. Qu'est-ce que ça fait? C'est-à-dire que l'énergie qui descend, la lumière, je commence à être capable de la supporter, donc je supporte l'énergie ─ parce que l'émotion est toujours correcte, ce qui n'est pas correcte, c'est de la refouler ou de la réfléchir puis la transformer en mécanisme psychologique. Donc le "ce n'est pas grave", c'est un mécanisme psychologique et autant dire "Ben là, c'est de ta faute là, t'as fait ci, t'as fait ça" et là je blâme l'autre chauffeur, ben ça, c'est encore un mécanisme psychologique lié à la forme parce que je viens d'oublier que c'est mon esprit qui a créé l'évènement. Donc si je comprends que l'esprit a créé l'évènement, ben ma colère, c'est à lui que je la renvoie et qu'est-ce qui arrive quand je la renvoie à l'esprit ? Ben que je suis capable de supporter l'énergie de mon esprit parce que c'est lui qui nous envoie la colère, il nous crée l'évènement et il nous envoie la colère et puis après ça, il nous teste un peu, c'est ça le rôle de l'esprit, il teste l'ego à dire "Es-tu capable de supporter ta propre lumière ?" Donc il te crée un évènement, en bon québécois "qui fait chier", il t'envoie une colère et après ça il te regarde "Es-tu capable de traverser cet évènement-là en ne diffractant pas ?" Donc tu ne rentres pas dans le "ce n'est pas grave", tu ne rentres pas dans "chialer après l'autre". Donc tu lui renvoies son énergie, tu lui dis "Hé c'est pas mal chiant ton affaire !" tu parles à ton esprit, soit tout haut ou dans ta tête, ça revient au même, puis ensuite, ben l'esprit c'est comme si à ce moment-là, il nous répondrait "Hé écoute donc, il était temps que tu commences à me parler, je te fais chier depuis tellement d'années pour que tu commences à me parler et là d'un coup, tu viens de comprendre, en::::fin !" C'est ça qui se passe énergétiquement quand on commence à parler à notre esprit, quand on commence à dénoncer ce qu'il nous fait vivre et plus on dénonce ce qu'il nous fait vivre quand on vit des oppositions, qu'est-ce qui arrive ? Ben l'énergie de la colère, j'aime parler de la colère parce que c'est vraiment l'énergie la plus forte que nous envoie l'esprit en termes de flux énergétique, c'est comme dire toute cette énergie-là rentre dans nos systèmes énergétiques et qu'est-ce qui se passe? On crée un nouveau corps. Donc on crée un corps sur le plan de l'esprit, sur le plan surmental, c'est ce qu'on appelle dans le domaine "le double éthérique", peu importe le nom que vous lui donnez, ce n'est pas grave. Donc on ne naît pas avec un double, on le crée. Comment on le crée ? Par ce que j'appelle "le rapport de force avec l'esprit", tension-communication avec l'esprit_tension-communication avec l'esprit, c'est vraiment cette mécanique-là qu'on développe pour créer un nouveau corps qui et le double, ça c'est un corps qui est sur le plan surmental qui se déplace. Donc, c'est pas un corps qui est fixe comme par exemple le corps astral, il est fixe autour du corps physique et quand on rêve la nuit, ben le corps se déplace mais avec une sorte de corde liée à notre corps physique, ça se déplace et ensuite quand on se réveille, ça revient. Si on se réveille trop vite, le téléphone nous réveille, ben des fois, on va se retrouver à se cogner dans le coin de la porte parce que notre corps astral n'est pas encore bien placé autour du corps physique. Donc ça, c'est un peu le parallèle entre le corps astral et ce nouveau corps-là qu'on crée qui lui est toujours en déplacement, et son déplacement, il se fait, je dirais, pour aller chercher les informations, des vibrations pour l'ego. Donc quand on parle de parole, quand je dis, disons que j'ai un contact intérieur, ben je dis que mon contact, c'est toutes mes origines de vies cosmiques (la source, l'esprit universel, l'esprit) qu'il faut toujours que moi, en tant qu'ego, je maintienne un équilibre entre ces pôles-là et ma parole provient de ma capacité à supporter ma propre lumière, parce qu'évidemment quand on parle, ben on parle en fonction de notre capacité à supporter notre lumière. Si on n'est pas capable, ben tout le monde nous fait chier, c'est la faute de tout le monde et on perd notre sensibilité face à l'autre, on se traite de pas bon, donc la parole est toujours le résultat de qui on est ou de qui on pense être. Alors, plus on avance en conscience, plus on développe une communication avec l'esprit, qu'est-ce qui se produit? Ben si je parle à mon esprit, ben tranquillement, je vais créer mon double donc à travers les évènements positionnels que je vis, je crée mon double et ce double-là va se déplacer pour aller me chercher des réponses. Donc plus j'avance dans la création du double, plus ce double-là va se déplacer beaucoup et vite et plus je vais avoir des réponses pour ultimement un jour, ne plus avoir de questions mais seulement des réponses, dans le sens que si je reçois une question, je sais que la question provient de mon esprit pour que mon esprit puisse ensuite y répondre et m'informer du réel de la vie. Donc mon livre, c'est comme ça que je l'ai écrit, c'est toujours en rapport avec mon contact intérieur, donc ma propre lumière qui devient ma parole, donc qui devient aussi mes écrits, donc, c'est comme ça que j'ai vraiment pu explorer mon propre cosmos intérieur, si on veut, puis mon cosmos intérieur correspond au réel du cosmos dans lequel on vit, parce qu'on vient de là et tout le monde a ça en-dedans d'eux mais je dirais que c'est très ardu d'être capable d'intégrer ces énergies-là parce que souvent, l'être humain va avoir tendance à trop rentrer dans un pôle. Donc si on est trop dans l'amour, qu'est-ce qui arrive? Ben on n'est pas capable de rentrer dans la colère de l'esprit pour créer notre double et ce qui est difficile, je dirais, et beaucoup dans le milieu de la spiritualité, qu'est-ce qui se passe? Ben ils vont manquer beaucoup d'esprit. Il y a beaucoup d'esprit universel, il y a beaucoup d'amour mais il n'y a pas assez d'esprit, donc pas assez de définition de conscience, ce qui fait que les gens vont toujours répéter ce qu'ils ont lu, ils vont dire "Ben j'ai lu tel écrit, j'ai lu le livre d'Urantia, j'ai lu tel maître, tel gourou et je retransmets une instruction" mais qui vient de l'extérieur, ça ne vient pas de nous. C'est un peu ça le piège de la spiritualité, mais un jour, il faut rentrer dans une spiritualité réelle, parce que c'est quoi une spiritualité réelle ? Il y a le mot "spirit" dedans, l'esprit, il faut prendre contact avec l'esprit. C'est quoi prendre contact avec l'esprit? C'est de rentrer dans une identité de conscience, donc de ne pas nier les tensions quand on en a, de ne pas nier la colère mais de l'utiliser pour créer un nouveau corps qui est le double éthérique sur le plan surmental, puis la spiritualité, je dirais, elle est très bonne parce que dans un premier temps, elle va amener beaucoup d'amour pour que l'être ne se perde pas quand il va commencer à faire des rapports de force avec l'esprit, parce que quelqu'un qui passe outre la spiritualité et qui rentre directement dans l'étude de la conscience supramentale, qu'est-ce qui arrive ? Ça fait des gens très froids qui ont compris le fonctionnement psychique de leur identité mais pas le rapport à l'autre, donc c'est magnifique de passer par une période de spiritualité pour développer l'amour et le rapport avec l'autre pour être capable de dire "Je vais rentrer dans l'amour, semer quelque chose en-dedans de moi, sans jeu de mots, pour rentrer dans mon identité et après dire "Ben mon identité, elle va être parfaitement équilibrée avec l'autre, je ne vais pas faire chier tout le monde par mes rapports de force".

Donc cet amour-là, il est extrêmement important pour être capable de garder l'équilibre quand on passe à l'étape de dire "Ben là, je crée mon double". Donc l'ascension, c'est ça, ce n'est pas un phénomène spirituel qu'on s'élève en astral, ça donne quoi de s'élever astralement, une ascencion astrale ? Ben vous allez mourir comme tout le monde. Donc comment on sort du cycle de la réincarnation? C'est de dire que je vais arrêter de mourir comme tout le monde et que je vais intégrer l'énergie de mon esprit en créant mon double et c'est normal qu'au début, l'esprit ne réponde pas, dans le sens "Ben je lui parle mais je parle tout seul". Mais pourquoi vous parleZ tout seul ? Parce que votre double, il n'est pas assez créé et tranquillement, vous allez commencer à avoir des réponses. Mais pourquoi c'est long? Ben parce qu'il faut que vous épuriez votre doute. Un moment donné votre esprit va dire qu'il faut épurer le doute. Donc si le double commence tout de suite à vous donner des réponses, ben vous n'allez pas douter de l'existence du double et à un moment donné, il faut passer par le doute de l'existence du double pour être capable de dire "Ben je m'en fous, je le sais que ça existe et allez chier ! et c'est (comme) ce passage-là, le "Allez chier" qui va dire ben là, c'est comme t'es au bout du bout de ta colère et tu le sais que c'est réel puis c'est comme dire mais c'est vraiment là que tu traverses le doute pour être capable de vraiment consolider ton double.

Donc il y a vraiment tout un processus qui est extrêmement initiatique qui n'est pas nécessairement facile, mais qui nous permet vraiment d'intégrer l'énergie de l'esprit et le fait d'avoir été suffisamment dans l'amour, ben on ne dérape pas. Puis ensuite, comme je l'ai mentionné sur le petit dessin, ensuite il y a une autre étape. Ce n'est pas la finalité de créer notre double sur le plan surmental. Ensuite, on intègre l'énergie de l'amour, ce qui nous permet de créer un nouveau corps encore une fois, un corps sphérique qui est ce qu'on peut appeler un vaisseau, donc je dirais, ceux qui s'intéressent au phénomène extraterrestre (OVNI etc) ben, il y a des vaisseaux. Mais qu'est-ce que vous allez créer comme vaisseau? Ben ça ne sera pas un vaisseau qui est différent de votre corps, ça va être un vaisseau qui est votre véhicule sphérique, mais qui fait partie de votre corps. Donc c'est comme dire "Un jour, ben j'ai constaté qu'il y avait une aberration de prendre ma voiture parce que ce n'est pas mon corps", c'est comme dire "Ben un jour, nous allons habiter un véhicule et ça va être notre corps qui va se véhiculer et non pas une voiture" mais bon, ça, ce n'est peut-être pas tout de suite là, mais un jour on va se véhiculer dans ce corps sphérique-là. Donc c'est ce que j'appelle "le couple cosmique". Pourquoi "couple cosmique" ? Et là on se dit "Mais couple, c'est deux, alors c'est quoi le rapport? C'est quoi l'histoire derrière ça? Je ne vous l'ai pas dit, en fait, il y a un petit bout qui est quand même important : quand l'esprit universel est devenu esprit, il y a eu une scission, parce qu'on est vraiment passé d'un corps sphérique à un corps de forme humanoïde, alors qu'est-ce qui s'est passé entre les deux? Ben c'est-à-dire qu'on a séparé le yin du yang, donc le féminin du masculin. Donc quand l'esprit universel a eu une scission, il y a eu évidemment diffraction comme je vous ai dit tantôt, il y a énormément de souffrance, c'est comme le plus grand pôle de souffrance que transportent tous les ego sur la terre. Pourquoi on souffre? C'est parce qu'on se rappelle de ces souffrances-là, de notre déchirure entre le plan supramental et le plan surmental. Donc cette déchirure-là fait extrêmement mal, parce qu'on a séparé notre féminin de notre masculin. Donc la déchirure, elle résulte non pas à un esprit comme j'ai sur mon petit dessin mais de deux esprits, un homme et une femme ; donc il y a vraiment les deux. Alors pour être capable de remonter, il faut faire le chemin inverse, c'est-à-dire, qu'il faut être capable de se retrouver avec deux esprits qui ont un corps, donc un double qui se rencontrent et qui re-fusionnent pour recréer un corps sphérique. Donc là ça rejoint, dans la spiritualité, on va souvent parler de flammes jumelles, alors dans le domaine supramental, on va souvent davantage parler de contrepartie cosmique mais on parle de la même chose, c'est juste que là on comprend vraiment la mécanique en arrière, donc tout ce qui était véhiculé, oui, c'était réel mais on n'avait pas la recette, on n'avait pas le réel du fonctionnement pour être capable de faire cette réunification-là. Donc un jour, l'ego humain crée son double, les deux doubles se rencontrent, on n'est pas obligé d'être en couple, planétairement parlant, donc deux doubles se rencontrent et il y a un nouveau corps qui se crée sur le plan supramental. Puis ensuite, cette sphère-là éventuellement va rencontrer d'autres sphères qui vont fusionner ensemble, ils vont ─ ça j'ai plus de détails dans mon livre ─ donc ils vont créer des vaisseaux jusqu’à tant de pouvoir réintégrer l'entièreté de ce que je vous disais au début, du soleil, parce qu'un jour notre conscience va redevenir solaire, parce que c'est sa nature. Donc il y a vraiment un processus qui doit se faire. Donc on est déjà diminué, dû à la diffraction et le travail de l'ego humain qui est prêt, c'est d'être capable de dire "Bon ben, je réintègre mes énergies diffractées pour être capable de remonter. Oui, question.

Nathalie Bellerose-Hamel : Oui, j'ai une question : pourquoi est-ce que ça s'est diffracté ? Pourquoi on n'est pas juste resté la source? Pourquoi on n'est pas juste ça ? Pourquoi tout ça ?

Sandra Vimont : Ok. Pourquoi ça s'est diffracté ? C'est que ça revient au pendule du début, il y a un besoin de manifestation. Donc la source a eu besoin de se manifester. Pourquoi elle a besoin de se manifester ? Ben pour se connaître, c'est sa seule façon de se connaître, c'est de se manifester.

Nathalie Bellerose-Hamel : Faire l'expérience d'elle-même.

Sandra Vimont : Voilà, c'est très bien dit. Ensuite, ben il y a eu diffraction parce qu'on ne peut pas créer un plan de conscience sans changer quelque chose dans les ingrédients. Donc pour être capable de s'incarner sur la Terre, il a fallu enlever un ingrédient, donc qui était l'amour, qui était l'intelligence. Donc pourquoi tout ça ? Ben c'était pour faire l'expérience de nous-mêmes. Donc jusqu'au fond du fond, donc c'est dire que l'ego humain se retrouve complètement démuni devant une vie qu'il ne comprend pas, il ne sait pas pourquoi il vit ce qu'il vit, il ne comprend pas la souffrance de l'autre, il ne comprend pas, il y a plein de choses qui ne sont pas comprises, d'où tous les mécanismes et toutes les recherches qui sont tellement valables parce que c'est important, c'est comme le premier signe d'un éveil de conscience, c'est de chercher des réponses et tous les gens qui ont écouté ce qui s'est fait aujourd'hui, ben ce sont des gens qui recherchent des réponses, parce qu'ils ont quelque chose en-dedans d'eux, dans leurs tripes qui dit "Mais il y a quelque chose de réel et j'ai soif_j'ai soif de savoir" et c'est ça qui amène la personne à commencer à chercher et c'est cette recherche-là qui est ultimement importante. Moi je l'ai fait le processus de la spiritualité et j'ai dit "Il y a trop de contradictions, il est où le réel, il est où le réel ?3 Et ça m'obsédait même de dire qu'il y avait quelque chose, c'était comme une volonté en dedans de moi de savoir qui dépassait tout et j'étais prête à n'importe quoi pour être capable de comprendre le réel, et ça a pris des années. Pour vous donner des ordres de grandeur, disons pour créer mon double, ben ça m'a pris quinze ans, quinze ans d'étude du psychisme puis je dirais aujourd'hui, c'est une science qui est avancée, qui a beaucoup d'informations de disponibles et quelqu'un qui vraiment s'adonne à ça d'une manière qu'on pourrait dire, sérieuse ou qui a beaucoup de volonté de dire "Ben moi ça me parle tellement, il faut que j'aille par là", ben grosso modo, cinq, six ans, il y a moyen de créer son double et de par la compréhension de l'énergie de la colère, d'être capable de vivre l'émotion, peu importe ce qu'elle est. Donc j'avais donné l'exemple de la colère, mais ça peut être la joie, mais pas faire semblant qu'on est joyeux si on ne l'est pas. Ça peut être la tristesse ou de besoin de pleurer; Quelqu'un pourrait être en dépression et créer son double. Tu sais ça va jusque là, parce que c'est qui la dépression ? Parce qu'au fond la science du réel, il faut que ça explique tout. Donc c'est quoi la dépression ? Ben c'est votre déchirure que vous recommencez à ressentir et des fois il y a un évènement pour le déclencher, donc quelqu'un disons, se fait laisser dans son couple, ça l'amène dans sa déchirure, donc ça l'amène dans une intégration qui est extrêmement importante, donc c'est pour ça qu'il y eu rupture dans le couple et on fait "Ayay ben oui, ok ça tient la route, il y a une intelligence en arrière", c'est cette intelligence-là qu'on veut comprendre. Donc la dépression nous amène dans ce sentiment-là parfois d'abandon, de rejet, des fois de culpabilité, donc ça vient définir tout ce qui s'est produit en termes de diffraction de l'énergie quand l'esprit, votre esprit universel est descendu vers la matière. Donc c'est obligatoire que sur le chemin de retour, il y a de la souffrance qui doit être intégrée puis idéalement, ce n'est pas retomber dans le piège que l'évènement, "Ben c'est de la faute de l'évènement, et c'est de la faute de l'autre, ben c'est lui qui m'a laissé, c'est de sa faute, alors maintenant je souffre, ben c'est à cause de lui", mais on retourne vraiment à soi et dire "Bon ben le réel de ma souffrance, c'est parce que je suis entrain d'intégrer ma déchirure, donc je suis entrain d'intégrer plus de lumière, donc elle est vraiment importante cette déchirure-là puis l'expérience de m'être faite crisser là, en bon québécois, est importante". Donc on n'est plus dans "Ben ce n'est pas grave" puis on avale notre malaise, puis bon ben ça va s'arranger mais ça ne s'arrange pas puis les pensées qui reviennent et toutes les mémoires, tous les souvenirs qui remontent, à un moment donné on va dire "Ben ok, je vais intégrer ma déchirure", donc c'est comme dire "Mon esprit utilise les images et les pensées qui reviennent continuellement dans ma tête pour être capable d'aller très profondément dans ma déchirure, pour être capable d'intégrer ma lumière", parce que c'est vraiment ça la visée de l'être humain, ce n'est pas d'être bien tout le temps sur la plage avec sa sangria, la visée de l'être humain, c'est d'intégrer notre lumière, donc de comprendre les interférences puis d'utiliser tous les évènements à notre faveur, si on veut, tout doit servir ! Donc ça, c'est vraiment une phrase que je répète souvent dans mes conférences, dans mes formations, il faut TOUT utiliser pour grandir en conscience.

Si ça nous sert pas, on est en diffraction. C'est là qu'il faut le comprendre, la dépression doit servir, l'anxiété doit servir. Si on dit "C'est quoi l'anxiété? " Il faut être capable de tout comprendre et si je demande à mon esprit "C'est quoi l'anxiété ?", ben il va dire "C'est tout la lumière qu rentre dans ton corps, c'est tellement puissant dans ton système électrique que ça crée une fébrilité intérieure", donc c'est pour ça qu'on peut pas avancer trop vite en conscience parce qu'à un moment donné, le système nerveux, il n'en peut plus parce qu'il y a un corps aussi, faut garder un équilibre avec notre corps, faut prendre soin de notre corps, d'où l'importance de justement d'aller se faire masser, de prendre du temps pour soi, de s'occuper de nous parce qu'on ne peut pas être tout le temps dans la conscience, sinon le corps, il va court-circuiter. Donc c'est dire qu'il y a vraiment un équilibre tout le temps_tout le temps qu'il faut être capable de garder ; donc l'évènement doit me servir puis si je n'arrive pas à intégrer aussi vite que je le voudrais, ben oui je peux faire des rapports de force avec mon esprit et dire "Oui c'est long ton affaire, tu me parles pas, ça fait deux ans que je te parle, tu ne me réponds pas !" puis si vivez des tensions, transformez-les en rapports de force. C'est vraiment avec le temps qu'à un moment donné, vous allez avoir des petits oui, des petits non, d'un coup, il commence à répondre, tu sais, des petits bouts de phrases. Il y a quelqu'un récemment qui m'a dit "Ben moi, mon esprit, il me parle en texto" et j'ai trouvé ça super drôle, c'est comme dire "Ben au début, c'est très court, c'est bref, c'est oui, c'est non, oui oui, t'es sur la bonne voie, tu intègres ta colère, c'est bon", tu sais, tout petit_tout petit et c'est avec le temps que le texto, il devient plus grand, plus long et là, tout d'un coup, c'est un long courriel et tout d'un coup, ça se met à parler_parler_parler. Donc moi, quand je vous parle comme ça, je ne prépare rien et ça parle tout seul. Je ne sais même pas de quoi je vais vous parler, mais ça parle. Oui.

Nathalie Bellerose-Hamel : Bon, si l'esprit est sur le même plan que les autres égrégores là comme tu as dit, ben d'autres entités, d'autres esprits en fait, comment on différencie la voix de notre esprit avec les autres? Comment on fait pour savoir qu'on n'est pas biaisé par un autre ?

Sandra Vimont : Oui, bonne question. Si c'est mon esprit qui parle, c'est intelligent. On pourrait dire ça.

Nathalie Bellerose-Hamel : Ok.

Sandra Vimont : Si ce n'est pas totalement ajusté, je vais vivre une tension. Moi je le vis souvent dans mon corps, c'est comme dire "Là, il y a une tension, je suis tellement "croche" (mal) dans mon corps qu'il y a quelque chose comme si l'énergie ne circule pas, c'est comme un malaise, tu l'as dans les tripes, le malaise, tu dis "Il y a quoi?", c'est comme dire "C'est totalement intelligent parfois et puis il y a un malaise "Ah non c'est quoi le problème ?" Comme l'exemple du clou tantôt, tu sais? C'est totalement intelligent puis il y a un malaise. Donc dès qu'il y a un malaise, il y a un mensonge. C'est tout le temps ça la réponse. Donc si mon esprit me dit quelque chose et que c'est intelligent et que je n'ai pas de malaise, ben je sais que ça vient de mon esprit. Si ça vient de mon esprit mais qu'il y a un malaise, ça se peut ça aussi, hein, ben là je pourrais dire "Ben là c'est le rapport à l'autre qui est déséquilibré. Donc là, c'est mon esprit universel qui m'envoie une tension et me dit "Hé attends une minute là, es-tu ajustée face à l'autre ?" Donc on voit qu'il y a quand même/ c'est simple et complexe à la fois, donc c'est de dire "Ok, est-ce que mon intelligence est parfaite face à moi-même?", ça pourrait être la première question qu'on se pose, "Est-ce qu'elle est parfaite par rapport à l'autre?", donc "Est-ce que mon rapport à l'autre est correct? " Donc ça revient à ce que je disais au début : si vous restez toujours entre l'équilibre entre l'intelligence et l'amour, vous allez être correct, c'est fluide puis dès que vous vivez une tension, que ça soit dans quelque chose que vous dites, que vous faites ou que vous voyez chez quelqu'un. Donc moi, par exemple, je dois vous avouer que je n'ai rien écouté de ce que les gens ont dit avant moi pour ne pas être influencé dans ma parole, pour ne pas/ protéger, tu sais, donc il y a quelqu'un qui tombe dans un des schémas que je dénonce, ben je ne veux pas le faire consciemment concernant, je ne veux viser personne, donc mon amour pour l'autre, c'est dire "Ben je préfère pas écouter, parce que si j'écoute l'autre, je vois le mensonge et je suis obligée de le dénoncer et j'aime assez l'être humain pour dire "Ben moi j'aime les gens qui ont parlé avant, je les aime assez pour dire : Ben je respecte totalement où ils en sont et c'est beau ce qu'ils font". Et c'est sûr qu'il y a beaucoup d'amour pour justement s'inscrire dans un webinar comme ça et je trouve que c'est important l'amour et le respect de l'autre, toute cette harmonie-là avec son prochain, c'est tellement fondamental, donc c'est sûr que tout le monde a de la beauté, puis si'l y a des gens qui se font piéger quelque part dans leur psychisme, ben je ne veux pas/ justement je ne l'ai pas écouté pour ne pas m'adresser, pour ne pas dénoncer, c'est comme dire "Ben moi je ferai le rapport de force pour eux" et souvent, ben c'est comme ça que je vais écrire des articles, je vois quelque chose ou je reçois des fois des questions puis c'est comme dire "Ben je dénonce continuellement le mensonge et pourquoi on dénonce le mensonge? Ben c'est parce qu'on aime l'être humain, parce qu'on veut que chacun intègre sa lumière, on ne veut pas descendre l'autre et dire qu'il n'est pas bon, qu'il n'est pas ajusté. On veut dire "Hé j'aime tellement l'être humain que je vais tout donner ce que je peux pour que ceux qui sont prêts à intégrer une plus grande lumière, qu'ils puissent le faire et qu'ils puissent vivre" c'est comme une deuxième naissance, je le sens vraiment comme ça, dire "C'est une chose de donner naissance à un enfant, mais il y a aussi donner naissance, dans le sens de sortir du cycle de la réincarnation, donc de devenir immortel en conscience, parce que l'esprit, c'est immortel en conscience. On ne meurt plus et on ne se réincarne plus, on n'est plus dans le cycle "mort-naissance_mort-naissance". A partir du moment où on a un double, ben on vit encore sur une ligne de temps mais il n'y a plus de décès. Puis ensuite, quand on crée le couple cosmique, on intègre l'amour, ben là, on est dans l'éternité de la conscience, on sort du temps, donc on va encore plus loin et quelqu'un qui, je dirais, réussit à créer son double, c'est déjà extraordinaire et il y a des milliers de personnes déjà qui ont des doubles au Québec et ailleurs en Europe, partout. Il y a des gens qui s'intéressent à ça partout sur la planète, que ça soit en Afrique, en Australie, partout_partout. Donc je me dis qu'il y a vraiment un processus, il y a une croissance, il y a de plus en plus de gens qui sont prêts, puis d'être capable de véhiculer et dire "Ben moi, je vais parler, je vais instruire, je vais écrire pour rendre cette instruction-là accessible à ceux qui sont prêts puis chacun va parler en fonction de sa capacité, de son contact. La plupart des gens qui débutent publiquement, ben ils vont travailler avec le matériel des autres, ça, on peut le dire comme ça. Moi, il y a beaucoup de gens qui font du plagiat sur mon travail, mais j'en suis consciente, qui vont utiliser mon matériel et qui vont essayer de le mettre avec leurs mots, c'est comme dire qu'ils vont prendre mon matériel et ils vont le parler en l'intégrant en fonction de leurs vibrations, et souvent souvent il y a encore des mensonges parce que le rapport à l'autre n'est pas encore ajusté, mais dans le rapport de l'intelligence, il y a quelque chose, et les gens qui les écoutent font comme "Ah mais il y a quelque chose là-dedans, ça me parle", tu sais, donc peu importe qui parle, il y a quelque chose de réel dans le fond puis on dit "Ça, ça me parle_ça, ça me parle" et des fois on rencontre des gens et on dit "Il y a une partie qui me parle tellement, il y a une intelligence, puis une autre partie qui me crée des tensions. Il y a de quoi de pas encore totalement ajusté, mais il y a vraiment quelque chose de beau dans ces personnes-là, il y a une sensibilité qui est belle et plus la personne va être capable d'intégrer sa lumière, ben plus ça va être fluide et moins, ça va vous créer de tensions pour ultimement que ça n'en crée plus du tout. Donc quelqu'un qui est totalement dans sa lumière, qui n'a plus de diffractions, donc qui n'a plus d'interférences, ben ça se ressent, il y a comme une sensibilité qui est là, il y a une beauté et on fait "Wow c'est fluide_fluide_fluide" et si on vit des tensions face à une parole comme ça, ben c'est parce qu'on a nos propres concepts dans notre tête, donc on croit la parole de l'autre au lieu d'être dans la vibration de l'autre, alors je dirais qu'il resterait ça comme piège lorsqu'on écoute une parole qui est ajustée. Donc notre piège provient de notre propre besoin de croire la pensée de l'autre. Donc c'est pour ça que moi, je dis aux gens "Ne me croyez pas, vibrez à ce que je dis et regardez dans vos tripes si ça passe ce que je dis ou s'il y a un malaise et peut-être qu'aujourd'hui, ça ne passe pas puis dans deux mois, vous allez dire vous allez dire: Ah mais oui, ok, c'est moi qui résistais à quelque chose parce que ça vient chambouler toutes mes croyances ce que tu dis là, ça me rentre dans le cadrant solide là, tout de suite il y a un mécanisme psychologique qui vient rejeter" et qui est normal et naturel et très bon pour être capable de protéger le système nerveux d'un surplus de lumière que la personne ne pourrait pas contenir. Donc on voit comment tout est correct, tu sais. Il n'y en pas d'erreur, donc quelqu'un qui dirait "Ah ben, Sandra Vimont, ce qu'elle fait, c'est de la merde !", ben c'est parfait, tu sais, et je les encourage à rester dans leur positionnement, le temps qu'ils en ont besoin, parce que moi, je suis là pour convaincre personne. Si j'essaie de convaincre quelqu'un, ben déjà, mon positionnement, il n'est pas bon parce que je veux prendre/ je veux assujettir l'autre à qui je suis et ça c'est une grave erreur. Chacun doit bâtir sa propre identité de conscience, raffiner son rapport avec l'autre. Donc on n'a plus un maître au-dessus de nous, on devient notre propre pôle de conscience intégrée. Ça doit faire au moins une heure que je parle là [Rires] On en est où là, je peux parler encore ? Mais on a fait le tour.

Nathalie Bellerose-Hamel : Ça fait une heure et vingt.

Sandra Vimont : Oh wow [Rires] C'est ça, le/ tu sais, quand ça parle_ça parle.

Nathalie Bellerose-Hamel : Je trouve ça vraiment super intéressant et au moment où, ben ce que je pensais là dans le moment présent, c'était : j'ai l'impression, là dans mon temps de vie, ok, j'en suis à/ on dirait que tout ça, tout ce que tu expliques, je l'ai juste fait tout le temps intuitivement sans savoir avec la raison, mais là, en t'écoutant, c'est comme/ puis bon, c'est drôle parce que mon chum avait lu ton livre et il me disait "Crème, il va falloir que tu le lises parce qu'elle te ressemble tellement !" sauf que moi, je n'avais pas ces notions que tu expliques là, ça se peut que d'être dans l'intuitif de vivre ça mais sans avoir les mots, ben j'ai pas fait ces études-là et finalement quand je t'entends, je fait "Ben oui, c'est tout simplement ça, mais moi en étant sur une autre forme, une forme moins/ toi, c'est supramental ─ je ne dis pas que tu n'es pas dans l'intuitif, pas du tout ─ mais je parle de mon point, ben je faisais comme ça sans savoir ces notions-là intuitivement, donc il y a des gens qui peuvent intuiter, juste être ça sans savoir le pourquoi du comment ?

Sandra Vimont : Ben en fait, c'est comme dire ce que je dis, ben toi, tu le sais intérieurement. T'es vraiment/ c'est ça la beauté de ces études, c'est dire "Ben la parole, les gens finissent par dire "Ben ça vibre en-dedans de moi, c'est fluide et c'est comme si je l'ai toujours su, c'est comme naturel, mais maintenant, j'ai des mots pour le définir".

Nathalie Bellerose-Hamel : Oui, c'est ça, oui.

Sandra Vimont : Et quand on mets des mots, ben ça permet après ça d'aller chercher des nuances et de le travailler et de dire "Ah ben oui, des fois, je le diffracte et c'était subtil, ben ok, je le vois que la colère, ce n'est pas tout à fait ajusté, parce qu'au fond, je ne voulais pas éclabousser l'autre avec ma colère, je ne voulais pas nécessairement là garder en-dedans de moi, mais je ne savais pas quoi faire avec cette énergie-là." C'est comme dire "Ben là, on donne des mesures concrètes et dire que oui, des rapport de force avec l'esprit, tu renvoies à l'esprit, donc tu n'éclabousses personne et l'énergie circule. Si elle ne circule pas, ben là, il y a des gens qui se créent des malaises intérieurs et c'est là qu'on devient malade là.

Nathalie Bellerose-Hamel : C'est ça, ça amène une compréhension de savoir "Ah pourquoi, ok j'ai réagi comme ça, mais qu'est-ce qui m'avait amené à réagir comme ça, pourquoi? Je trouve ça vraiment SUPER intéressant.

Sandra Vimont : Ben c'est comme dire, tu te choques là et là tout d'un coup, quelqu'un va dire "Ben là, choque-toi pas !" mais toi, tu vas être capable de dire "Ben, c'est important que je me choque, parce que c'est ce que je ressens mais quand je me choque, ce ne sera jamais contre quelqu'un. Ça va être contre mon esprit et plus loin que ça, je ne vais jamais gueuler contre mon esprit devant toi et que t'aies un prix à payer, dans le sens que je respecte mes enfants, mon conjoint, mon environnement pour que ça n'éclabousse pas. Donc c'est vraiment un apprentissage de gestion de ces énergies-là dans le quotidien et on met des mots dessus. Ben c'est comme dire "Ha ya, c'est comme je l'ai toujours su ce que t'as dit, ben là, il y a des mots et je vais apprendre à le parler puis à le verbaliser, autant dans ma relation de couple qu'avec mes amis proches, d'être capable de rentrer dans une communication tellement précise de la vie pour comprendre ce qui se passe puis on dit "Ok, bon ben là on rentre dans une démarche "Bon ben ok, je crée mon double puis je suis capable d'assumer tout ce que je fais parce que j'assume ma lumière. Je sais qui je suis", tu sais la fameuse phrase "Know yourself, apprends à te connaître toi-même" est tellement importante, parce que toute l'évolution humaine vient de là. Je n'ai pas vu la personne qui faisait de la peinture avant, mais pour donner l'exemple, c'est comme dire "Bon ben une personne pourrait par exemple faire de la peinture pour exprimer, soit un ressenti, une émotion, mais il y en a qui font de la peinture, qu'ils vont dessiner différents mondes que leur conscience habite dans différentes lignes de temps ─ là je rentre dans d'autres sujets ─ mais tu sais on est tellement grand en tant qu'êtres, en tant qu'individus et plus on rentre dans la fusion avec l'esprit, avec l'esprit universel, ben plus on prend conscience de la grandeur de qui on est. Ça ne devient pas jute une vision non intégrée, parce que souvent c'est une vision qui n'est pas intégrée, dans le sens qu'on n'a pas les corps correspondants. Donc on a une intelligence mais on n'a pas le double pour supporter l'entièreté de notre intelligence, parce que des fois on dérape, on ne comprend pas notre vie, on ne sait pas pourquoi on vit notre vie, donc il y a un trou encore. Puis même chose avec le corps du couple cosmique, ben on a de l'amour mais on n'a pas le corps encore pour supporter la grandeur de notre être. Donc si on n'a pas le corps, ça veut dire qu'il y a encore quelque chose qui n'est pas intégrée, qui n'est pas comprise et on ne peut pas intégrer l'amour avant d'intégrer l'intelligence, c'est pour ça que la spiritualité est importante pour être capable de préparer le terrain, de semer une bonne graine pour qu'ensuite, lorsque la fusion se fait, ben qu'il y ait toujours cet équilibre-là entre l'esprit et l'esprit universel parce que l'esprit fait en sorte que notre chemin, il est intelligent ; l'esprit universel fait en sorte qu'on respecte l'autre ; et ensuite il y a la source qui, elle, amène une sorte de/ en fait c'est la naissance de la volonté, je dirais le premier pôle ou le premier aleph qu'on vit, c'est la volonté, donc une ouverture à l'invisible mais cette volonté-là, il faut être capable de la faire grandir pour qu'elle habite le double, pour qu'elle habite le couple cosmique, donc c'est comme dire qu'on retourne à l'origine d'une volonté tellement grande qui nous amène à être capable de vivre ou traverser un évènement extrêmement difficile sans diffracter nos énergies, donc de rester dans le pôle de l'intelligence, de rester dans le pôle de l'amour, mais t'es à côté sur le mur, tu sais, t'es au bout du bout, tu vis un évènement abominable, le pire du pire et puis t'es capable d'accepter de le vivre parce que c'est comme ton test face à toi-même, comment ne pas diffracter tes énergies, parce que c'est toujours dans la position qu'on a une mesure de qui on est, ce n'est pas quand ça va bien. Alors, vous voulez connaître quelqu'un ? Ben regardez-le dans un contexte d’opposition et vous allez avoir une mesure de sa conscience.

Nathalie Bellerose-Hamel : Hé, merci beaucoup Sandra, j'aurai encore_encore et encore des questions, par contre je vais me limiter et puis ça pourrait être intéressant si je fais un autre webinar, mais en tout cas, je t'ouvre la porte si tu veux discuter d'autres choses parce que c'est super intéressant puis sinon, je t'écris quand même en privé et puis oui, c'est ça, Sonia, elle a fait une toile intuitive, je me permets de le dire parce qu'on en a parlé tantôt, puis là, ben je vais retourner avec elle parce que là, après ton partage, ben ça va être comme la toile terminée, de voir ce que ça va avoir apporté.

Sandra Vimont : Je lui ai donné beaucoup de temps, je suis contente ! [Rires]

Nathalie Bellerose-Hamel : Oui parce qu'elle avait eu peur de manquer de temps, mais je pense que/ elle avait fait un petit commentaire "Ai-je assez de temps?" mais là, elle va avoir eu assez de temps.

Sandra Vimont : C'est ça la beauté du travail commun, elle, elle voulait être sûre d'avoir assez de temps, donc moi, j'en ai pris un peu plus, et... [Rires]

Nathalie Bellerose-Hamel : OUi, vraiment je trouve... et hé, j'avais "pigé" (tiré) une carte pour toi.

Sandra Vimont : Ah bon ?

Nathalie Bellerose-Hamel : C'était : Savourez chaque minute...

Sandra Vimont : Ah oui !

Nathalie Bellerose-Hamel : "Remercie d'être au moment présent, beaucoup de ton temps est perdu dans le temps, c'est pourquoi tu trouves que le temps file, qu'il t'échappe. Si tu sais ça vaut chaque minute que Dieu te donne, tu bénéficieras d'une amplitude de vie infinie, ici et maintenant. Bénis ce don de vie que Dieu t'as confié, c'est un privilège.

Sandra Vimont : Ben oui, donc de vivre à chaque instant, pour moi, ce qui me résonne, c'est d'être capable de rester dans sa lumière de chaque instant, donc de ne pas déraper. C'est ça qu'exprime cette carte-là, de rester dans/ tu sais si on est dans, disons une pensée du passé qui revient_qui revient_qui revient, ben pour moi, être dans le moment, c'est d'être capable de dire "Ben là, je suis tanné d'avoir cette pensée-là, va te faire foutre !" parce que là, je sais que c'est une entité qui me répète la même chose pour que je rentre dans mon individualité de conscience, "Ben là, fais de l'air là !" Donc ça c'est si je suis dans l'intelligence de l'esprit, je vais dire "Ben fais de l'air parce que là, tu me crées une tension, parce que tu me répètes telle chose_telle chose_telle chose " mais je peux aussi comprendre que, par exemple, une pensée qui m'amène de la souffrance, qui me fait pleurer, ben elle va m'amener dans ma déchirure, donc, c'est toujours de comprendre ce qui se passe dans notre psyché, plutôt que de tomber en réaction psychologique. Je trouve que c'est vraiment ça qui s'exprime d'être dans le moment, d'être dans le temps, parce qu'il y a plein de théories de "vivre dans le moment présent", mais les gens vivent le moment présent avec des mécanismes psychologiques, des mécaniques de fuite. Tu ne vois plus dans le moment présent si t'es en fuite face à toi-même. On peut être vrai, authentique dans l'énergie qui nous traverse, la vie, cette énergie-là, complètement. Donc il y a plein de pièges, tu sais plus on voit, plus on nuance, plus on fait "Ayay, mais oui il y a des pièges mais partout_partout_partout, incluant dans "vivre le moment présent"... mais c'est don bien bourré de pièges, cette expression-là, parce qu'on ne la comprend pas occultement, on la comprend psychologiquement.

Nathalie Bellerose-Hamel : C'est ça, oui oui, c'est une phrase qui a pris de l'ampleur, qui est à la mode, prise au mot, mais il y a toute l'expérience de/ si t'es dans l'émotion déjà en passant, t'es dans le passé aussi.

Sandra Vimont : En fait, dans l'émotivité... parce que l'émotion est toujours correcte.

Nathalie Bellerose-Hamel : Oui, c'est ça, c'est l'émotivité, voilà.

Sandra Vimont : Dans le domaine, on nuance l'émotion et l'émotivité. L'émotivité, c'est l'émotion diffractée.

Nathalie Bellerose-Hamel : Oui, TRES intéressant, merci de cette rectification.

Sandra Vimont : C'est l'émotivité qu'il faut surveiller. L'émotion est toujours parfaite, c'est de comprendre pourquoi on l'a, comment on la vit, puis de rentrer dans la fluidité. La tristesse, c'est la déchirure, la colère, c'est l'identité, donc l’intelligence de l'esprit pour créer son double, ben la joie , mais regarde, profitez-en, la vie, ça ne peut pas être juste que l'opposition sinon les gens deviendraient fous. Tout le monde se suiciderait, façon de dire, mais le suicide c'est quoi? Ben c'est une interférence, donc l'énergie diffractée qui vient te dire que tu n'es pas bon, tu n'es pas capable, donc faut que tu dises "Allez donc tous vous faire foutre avec vos pensées de merde ! Je vais vous utiliser pour créer mon double ! Il faut les utiliser pleinement pour grandir en conscience, ça va jusque là. Nathalie Bellerose-Hamel : Ah c'est super, c'est vraiment très intéressant Sandra, merci beaucoup_beaucoup_beaucoup. Sandra Vimont : Ça me fait plaisir, ben oui on pourra se reprendre si jamais tu as envie de me lancer avec plein de questions. Moi, j'adore les questions, souvent je fais des vidéoconférences "questions-réponses" et je n'ai aucune idée de quoi je vais parler et je tripe tellement parce que/ je ne peux pas préparer parce que sinon, si je prépare quelque chose d'avance, je suis faite. Je vais couper la libre circulation de ma parole et je trouve que c'est cette fluidité-là qu'il faut réussir à aller chercher, donc moi j'adore les sessions "questions-réponses" où justement je n'ai aucune idée de quoi on va parler, des nuances qui vont être apportées, les sujets, que ça soit/ tous les domaines, je les aime, on peut me parler d'abduction, on peut me parler de sensibilité, on peut me parler d'émotion, on peut me parler de diffraction, on peut me parler d'exemples précis, comment traverser un évènement qui semble non conciliable avec la non diffraction et dire "Mais, elle est où la petite ligne du centre, comment on réussit à aller le chercher. Donc on peut parler de tout finalement.

Nathalie Bellerose-Hamel : Eh bien, merci beaucoup Sandra, très intéressant. Je vais avoir certainement d'autres questions à poser.


— Sandra Vimont et Nathalie Bellerose-Hamel, 30 mai 2020