Les dieux

La vie humaine sur Terre est la réaction d'un certain nombre d'hommes qui vivent dans un autre espace-temps, loin de la Terre, et qui ont donné à la cellule invisible une image de son devenir dans le temps par l'expérience avec un lien solide, condensé, lourd et marqué par le temps que nous appelons le visible, la matière, la cellule humaine.

Les vieux textes disent : "Et Dieu créa l'homme à son image". Savoir ceci est suffisant; il n'est pas utile de mentionner l'historicité du début de la Genèse jusqu'à l'apocalypse.

Le terme de dieu ou du divin est une pièce à conviction. Il est par lui-même un champ de batailles qui a grandi avec l'incompréhension des nations à travers les âges car, sans exception, tous ont voulu se l'approprier. Il est devenu un bouclier spirituel de batailles qui cache en réalité la petitesse de la vie ici sur Terre pour la constitution immense de la cellule, telle qu’elle a vu le jour sur le plan de l’éther, et d’où les créateurs dits les dieux, ont donné expérience à une vie matérielle.

Les dieux, tels que décrits par l’homme dans le passé, étaient nécessaires pour encourager des âmes humaines découragées, fatiguées, écoeurées, à ne pas abandonner leurs buts, c’est-à-dire leurs images, et à se recréer à la hauteur de ces images.

Bien sûr qu’il y a des dieux pour les gentils ! Bien sûr qu’il n’y a qu’un seul Jehovah, un seul Bouddha, un seul Yahve, un seul Dieu en trois personnes, et encore... Les hommes ont donné des noms à leurs dieux. Tout ceci était utile dans l’involution, tous ces noms renferment des vérités et nécessitent des cultes pour ceux qui les adorent.

L’histoire est longue et parfois fragile, car dans sa croyance l’homme ne veut plus souffrir du lien qu’il a finalement trouvé avec un quelconque dieu. L’homme trouvera un dieu qui convient à son image. Tout a été inversé : l’homme a toujours voulu, par un service extraordinaire de dévotions, de pénitences, par des rituels de nourriture et ainsi de suite, devenir semblable à Dieu. Et selon la croyance à son rituel, il purifie son temple vivant pour tôt ou tard recevoir le divin.

La cellule de vie divine et universelle ou cosmique est trop grande pour la petitesse de l’esprit mortel. La preuve est que les peuples n’ont jamais cessé de se tuer entre eux, par petitesse d’esprit, pour s’attribuer le divin. Ils ont conquis le divin comme s’il s’agissait d’un terrain sur lequel ils ont bâti leur armée pour faire la guerre à ceux qui viendraient s’y opposer. Ainsi a parlé le dieu des armées fait à l’image de l’homme.

Pour l’ego, le concept de dieu est important lorsqu’il entre dans des recherches pour retrouver un lien avec ce curieux personnage qui a fait tellement de ravages dans l’involution entre les gens qui devaient divinement, racialement, marqués la Terre de leur passage.

L’homme nouveau est différent, il ne se prétend pas être dieu car ce n’est pas important pour lui, puisqu’il ne soulève aucun drapeau spirituel.

— Michel Dow


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE