L’essence de la vibration

L’essence d’une vibration dans l’Homme est ce qui marque le début d’une transition jupitérienne entre lui et la lumière. Cette transition appartient à l’Homme et à la nouvelle Terre, dès que le mouvement de la lumière dans l’Homme élève son mental à une structure hiérarchique dite atomique ou céleste. La contribution de l’Homme à l’avancement de la Terre est une extension parfaite des forces de vie atomiques. Les Archanges de la création ont toujours souhaité cette transition pour que la Terre puisse avancer à grands pas dans son évolution.

L’évolution de la Terre dépend donc de plus en plus de la capacité de l’Homme à prendre le relais évolutif de la lumière et non l’inverse. L’instruction est descendue et elle est maintenant reconnue par l’Homme. Ainsi, sa genèse de vie jupitérienne coexiste et coexistera avec le plan universel de la lumière. L’Homme devra appartenir en vibration à un cortex mental de vie cosmique avant de connaître l’essence de sa vibration.

C’est selon l’essence de sa vibration que l’Homme peut œuvrer sur Terre. La puissance créative de celle-ci est atomique et élève du coup la vibration de la réalité de la pensée chez l’Homme. Quand l’Homme est suffisamment grand pour capter les hautes vibrations de la pensée dans sa conscience, il n’est plus un obstacle pour la lumière. Il assume alors dans sa psyché et sa conscience, l’essence d’une vibration jupitérienne qui est propre à la fusion de son mental et à l’évolution des mondes parallèles. Alors, l’Univers l’autorise à ne plus avoir à savoir à l’avance ce qu’il a à dire. Par vibration, il est libre dans la parole et peut étudier toute réalité qui influence la vie de l’Homme.

L’appartenance de l’Homme intelligent à la lumière le rend capable de supporter la vie dans ses moindres infinités. L’essence de la vibration devient alors pour l’Homme sa protection, si bien qu’il peut agir avec un très haut niveau d’autorité et de conscience. Cette réalité nouvelle est marquante, car elle fait trembler sur la Terre la réalité du monde de la mort. L’Homme a alors la liberté de créer dans le monde de la mort le choc vibratoire du réel afin que l’évolution des âmes des sphères supérieures de ce monde soit accélérée en relation avec la progression du retour de la lumière sur la Terre.

L’essence de la vibration jupitérienne de l’Homme est une édification parfaite de l’évolution du savoir en relation avec sa destinée évolutive. S’il est donné à l’Homme le pouvoir de parler, cela établit conséquemment que son droit à éduquer les morts à leur réalité de vie respective est aussi grand que lui. Sa parole est unique et porteuse d’une identité prépersonnelle cosmique qui marque le devenir évolutif et naturel de la Terre.

La parole de l’Homme est sans limites du moment que l’essence de la vibration qui le constitue devient son nouveau soleil. Et c’est par vibration que l’Homme reconnaîtra ce soleil, parce que sa parole fera partie de l’instauration sur la Terre d’une liberté plus grande. Le mandat de corriger les forces astrales de la Terre n’est pas une question de volonté, mais bien d’identité. Forcément, ce qui sera dit dans les années à venir dérangera énormément les plans occultes de la Terre, parce que l’ordre de la vibration mentale de l’Homme jupitérien sera hautement reconnu par ceux qui percevront dans la parole de l’Homme, l’essence d’une vibration qui ne laisse aucune place au mensonge et à la domination. Ce n’est donc pas ce que l’Homme dit qui est important, mais bien l’autorité de conscience de ce qu’il véhicule. Si, dans l’essence de la vibration qui est transmise, on ne perçoit pas le sceau de la liberté nouvelle que l’Homme doit instaurer sur la Terre, elle ne peut être cette parole identitaire.

La dénonciation que l’Homme doit faire du mensonge cosmique établit que le droit de l’Homme à renaître en conscience atomique est clairement lié à sa liberté d’être et de parole. Ce que l’Homme dit doit être absolu en savoir pour permettre qu’il y ait une avancée vibratoire de sa liberté sur la Terre. La vie transitoire de la matière doit mener l’Homme à une conquête absolue de sa réalité invisible. Appartenir à une conscience de vie jupitérienne exige de l’Homme que la réappropriation de sa conscience psychique implique une conquête intégrale de sa liberté qui est l’essence de la vibration qui le définit.

Le projet de la Terre est un grand projet pour la lumière et pour l’Homme scient. L’Homme sentira demain qu’il est au centre de cette transmutation. Plus encore, il saura que seule sa parole intelligente jumelée à une réalité de vie qui dérange le ressac condescendant de la noirceur, propulsera l’Homme nouvellement conscient vers la conquête de son devenir cosmique. Disons qu’il ne se gênera pas pour corriger l’interférence des forces ou des attaques astrales contre lui et les Hommes, car désormais il saura qu’elles sont dans leurs derniers retranchements.

La grandeur de l’Homme n’est pas encore connue de la plupart des hommes ; qu’il ne sache pas dénoncer le mensonge cosmique va de soi. Toutefois, puisque sa conscience est évolutive et qu’elle est jumelée au savoir, il ne peut être encore longtemps assujetti à une parole pleine de failles. Le choix des mots que l’Homme utilise pour véhiculer son identité doit devenir sa nouvelle science de vie. En somme, quand l’Homme élargira le champ d’activité de sa parole et qu’il s’assurera de ne pas être infiltré par la noirceur lorsqu’il parle, il saura que la noirceur recule devant sa parole. La noirceur ne peut prendre autorité sur la signature psychique de sa conscience, parce qu’il est scient de la vibration qui le définit. Ceci veut dire qu’il n’est plus manipulable et que le mensonge cosmique ne peut pas s’immiscer dans sa parole.

L’essence de la vibration marque la transition de l’Homme vers une liberté absolue dans la parole. Pour que la conscience de l’Homme soit grande, il doit savoir qui il est. Cela dit, l’Homme est marqué dans sa parole d’une identité cosmique qui donne de l’autorité à sa parole. Autrement formulé, il sait ce qu’il dit et ce qu’il doit dire, selon ce qui doit être entendu sur les hautes sphères de la conscience universelle pour que l’évolution ne soit pas ralentie par des forces de destruction nouvelles. Tant dans le monde de la mort que dans la conscience universelle des Univers parallèles, l’Homme doit être entendu. Ce qui coexiste avec l’Univers local de la Terre doit être nommé par l’Homme. Visiblement, si l’Homme parle pour parler, il ne sait pas ce qu’est la liberté, parce qu’il ne sait pas qui il est.

L’essence de la vibration relève de l’identité de l’Homme atomique sur la Terre. C’est cette démarcation de l’Homme qui forgera sur la Terre l’évolution du nouvel Homme. La parole doit être arrachée aux sphères invisibles pour que l’Homme puisse s’élever en vibration. Puisque cette parole est d’origine cosmique, elle est donc par extension l’essence d’une vibration prépersonnelle identitaire connue de la lumière. Elle sera donc arrachée en son temps, car la lumière ne laissera pas parler n’importe qui en son nom. Ceci étant dit, l’explosion du feu de la parole dans la conscience de l’Homme ne devient créative seulement quand il devient jupitérien dans sa destinée. En somme, l’Homme doit puiser dans les origines du savoir pour extirper du réel de la vie l’essence de la vibration qui le définit. Il est alors apte par définition à altérer sur la Terre les éthers de celle-ci. À titre d’exemple, le Nazaréen n’a pas commencé à parler avant qu’il ne soit en mesure de le faire.

À l’Homme de savoir reconnaître l’identité de celui qui parle. Si ce dernier est astralisable, cela veut forcément dire qu’il ne sait pas avec qui il parle. Pire encore, la direction que doit prendre la parole ne dépend pas de lui. L’Homme ne peut loger à deux adresses. Dans ce jeu de l’entre-deux, la parole devient rapidement un piège. Non pas parce qu’elle n’est pas réelle dans la conscience de l’individu, mais plutôt parce qu’elle n’a pas d’identité cosmique pour altérer la conscience astrale de la Terre.

Finalement, l’Homme doit apprendre à être ce qu’il est intégralement et cosmiquement, avant de vivre l’essence de la vibration de sa parole jupitérienne. La créativité est une réalité de vie qui appartient à l’Homme quand le droit lui est donné de transiger sans mensonge avec l’invisible. Et comme il appartient à tous les Hommes scients de vivre un jour cette identité jupitérienne, il va de soi que la Terre connaîtra de grandes transformations. Et c’est dans l’essence de la vibration que l’Homme dénoncera le mensonge.

De nouvelles frontières de liberté seront alors érigées entre l’Homme et l’invisible, parce que l’Homme est destiné, depuis sa création, à être aussi grand en savoir que l’invisible.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE