Les courants astraux des mondes inférieurs

Les mondes inférieurs de la Terre savent formidablement composer avec la nature hermétique du mensonge cosmique. Avec une désinformation soutenue de la réalité de l’Homme, ces mondes exercent une continuelle pression sur la psyché de l’Homme. Virtuellement, la saveur caractérielle de leur dominion, soit la destruction de l’Homme reliée à la désinformation, revête une invitation directe à la pulvérisation d’une éclaircie intelligente dans l’Homme pour renverser le feu de la domination qu’il subit à partir de ces mondes.

Reconnaître que la pensée vient d’ailleurs sera, pour l’Homme, le début de la sensibilisation de sa réalité virtuelle. Sensiblement, l’Homme est aujourd’hui confronté à vivre sa vie comme un poisson sans oxygène. Il est, selon le spectre de la domination qui habite sa conscience, absent en intelligence devant l’intérêt de confronter à chaque instant la dimension occulte de sa pensée. Par ricochet immédiat, les mondes inférieurs de la Terre, soutenues par des énergies lucifériennes magnanimes, poussent l’Homme à s’associer à des égregores anonymes pour définir sa conscience. Cela équivaut à une rétribution directe et substantielle pour la noirceur puisque l’Homme, dans l’inconscience des mots qu’il utilise pour définir sa vie, s’associe outrageusement à la noirceur. L’exemple classique, le « c’est l’enfer », entendu ici et là.

L’héritage luciférien dans la parole de l’Homme est une arnaque puissante. Elle génère suffisament de puissance pour agrandir la force négative de la noirceur sur la Terre. Plus librement, c’est la masse psychique mondiale qui en prend pour son rhume. En somme, à chaque fois que l’ego de l’Homme inconscient se profile derrière une forme astrale pour communiquer sa réalité, une énergie concordante s’ajoute de ce pas à la lourdeur karmique de la race de l’Homme sur la Terre. C’est ce qu’on peut appeler pour les besoins de la cause, la masse psychique mondiale.

Cette masse est volumineusement extérieure à la réalité de l’Homme, bien entendu. Pourtant, elle est aussi intérieurement tributaire de la capacité intrinsèque de maintenir sur la Terre le désordre. Puisque l’Homme ne sait pas que ce qu’il dit est sujet à nourrir ce gigantesque corridor de la noirceur sur Terre, parce qu’enregistré comme énergie dans les annales de la Terre, il lui est alors presque impossible d’avoir du discernement face à la réalité de la noirceur sur la Terre. Un simple exemple : une jeune fille se suicide et laisse comme empreinte la réalité que la société l’a indirectement poussé à agir de la sorte. Cela peut être réel à un certain point, en raison de la nature nocturne de certaines personnalités qui contribuent par la parole à utiliser un discours nourri par la destruction. Réciproquement, que la machine Facebook s’active telle une chasse aux sorcières va de soi. Le mouvement en question ici est uniquement astral parce qu’à la base, l’entrée de la force de destruction par le suicide est une négation de la vie qui rejette l’impuissance que l’ego a de gérer sa vie avec intelligence.

La négation est au centre de la force luciférienne. Elle est, cette force, si grande en destruction que l’Homme non ajusté à la réverbération microscopique de la réalité qui y est cachée, peut y perdre momentanément puissance de discernement. Simplement, nombre d’individus qui touchent à la magie noire ou blanche ont beaucoup de difficulté à se relever de cette expérience. Âprement, leur discours ne s’en remet jamais, car à un stade ou autre de leur vie, ils feront l’erreur de donner une forme non réelle à cette dimension de la vie qu’ils n’ont jamais totalement compris.

La vie est sans mystère pour l’Homme qui voit. Les vastes points d’énergies que supposent un égregore sur la vie de l’Homme sont plus grands qu’il ne peut se l’imaginer. En extension, le mouvement hitlérien relève strictement de forces animales, courants astraux des mondes inférieurs qui, par interposition de la réalité d’un seul homme programmé pour nourrir la noirceur, aura permis à la noirceur de chevaucher la conscience d’une masse psychique. L’expansion de la masse psychique mondiale concède à la noirceur un voile sophistiqué permettant une opacité satanique à la désinformation de l’Homme versus sa réelle genèse. Prestamment, la haine de l’Homme est tournée contre l’Homme et atteint, dans le spectre de certaines abominations planétaires, un vol de la conscience de l’Homme à plusieurs égards. Notamment, quand l’Homme ne sait pas que Facebook peut amplifier systématiquement, par son attrait voyeur ou surnaturel, la dimension omniprésente d’un mensonge totalement abyssal. Prendre la parole sous le sceau de la haine contre l’Homme, c’est diminuer l’Homme dans ce qu’il est et non le construire.

La haine hitlérienne était une haine dont la missive cherchait à établir contre l’Homme une société dépourvue d’Amour pour l’Homme. Les points d’énergies abyssaux du monde luciférien ne provenaient pas nécessairement du continent européen, car cela aurait été trop évident pour tous. Pour ce, seulement quelques individus le moindrement avertis de ce qui se préparait en Allemagne ont quitté celle-ci avant qu’il ne soit trop tard. En résumé, la sophistication de la noirceur à parfaire sa mouvance sur la Terre dans des courants astraux imperceptibles ne fera que grandir dans le dernier combat de l’Homme contre la noirceur sur la Terre. Les énergies inférieures du monde de la mort s’unissent et se collent à la dimension inconsciente de l’Homme face au réel de l’avenir de la Terre. Par défaut, l’Homme est donc dans son insconscience circonspect devant le choc du suicide d’une jeune fille. Mais réél il y a, et c’est uniquement ce réel qui compte pour l’Homme scient, car le reste n’est qu’une montée inévitable de la noirceur sur Terre, parce que l’Homme ne sait pas la vie, il la réfléchit.

La noirceur ne peut pas se réfléchir, elle se sait. Que l’Homme apprenne à gérer sa parole et les mots qu’il utilise pour parler et définir la vie, constituera le premier rayon intelligent qui émanera de sa conscience pour renverser, sur la Terre, les courants astro-rythmiques de la masse psychique mondiale sur sa conscience. Savoir cela, c’est déjà agir indirectement sur la pensée et savoir, petit à petit, ce qui entre dans sa tête – parce qu’en somme, c’est via la volonté de gérer sa parole que l’Homme érigera entre lui et les courants astraux des mondes inférieurs, le mur de la dénonciation du mensonge cosmique.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE