Actualiser l’autorité de sa conscience dans la matière

L’interface de la matière représente une réelle mesure de l’autorité de l’Homme sur les plans invisibles. Si vous ne pouvez pas être en autorité face à ce que vous vivez, vous êtes manifestement assujettis au départ à des forces occultes qui se moquent de vous.

Avoir de l’autorité, ce n’est pas une panacée. L’Homme est beaucoup plus en position d’autorité qu’en autorité. Cela dit, il exerce outrageusement son droit à être en tant qu’ego, et rarement, il arrive à définir ce qu’il est, parce qu’il sait que trop peu de choses de la vie. Dans un autre ordre d’idées, il est prestement pourchassé dans ses rêves par des entités – voire un amalgame de manifestations de toutes sortes, sous formes démoniaques ou angéliques – qui le gardent dans ses impuissances face à la vie. Ce sont ces impuissances qui, durant le jour, sous l’exponentialité des craintes que l’Homme vit quotidiennement dans la matière, deviennent demain, sur les plans, sa prison. En ce sens, sous une telle mise en demeure, l’Homme n’a que très peu d’autorité de parole pour s’actualiser, tant dans le rêve que la matière. En somme, l’Homme devient donc, dans la matière, la sombre équation d’une vie nocturne, parce qu’il n’a jamais été apte à devenir, dans sa tête et dans sa vie, le sceau actualisé de son intelligence, qui est sa parole.

L’Occulte, le monde de la désinformation, sait très bien que l’Homme scient s’en vient. Il sait depuis 1969 que l’ordre des lois de la vie ne sont plus les mêmes, soit que l’Homme éveillé en conscience possède la réalité froide d’actualiser son autorité sur tous les plans de sa conscience. En outre, qu’il peut par sa parole les mettre au pas. Et forcément, la mesure concrète de cette parole possède une dimension concrète dans la vie de l’Homme, tant dans le rêve que dans la matière, car là où l’Homme exerce son autorité, il n’y pas de mensonge.

C’est dans un ordre d’autorité individualisé que l’Homme conversera avec la vie. Sa parole éduquera les morts et aveuglera ceux qui ne peuvent le rencontrer. Tel un soleil aveuglant, son autorité sera si grande que jamais plus il ne vivra dans la matière l’absence de ne pas savoir ce que c’est d’être intelligent de la vie. La demeure universelle de l’Homme scient est un habitacle de vie qui s’habite dans la matière et dans le rêve. Tous ces plans de conscience sont alignés à ce qu’il est, et non le contraire.

L’exercice de l’autorité de la parole de l’Homme doit lui permettre, dans sa vie personnelle, d’actualiser son autorité. Cela veut dire qu’il sait ce que signifie vivre sa conscience avec autorité. Fondamentalement, l’individu est dans son autorité lorsque l’ego possède, dans la transparence de l’esprit, la puissance, le feu, d’établir pour lui-même qu’il n’y personne de plus grand que lui. Vivement, si la femme savait cela, si elle pouvait s’approprier cette réalité, jamais elle ne laisserait l’ego d’un homme la dominer. Mais puisque nous vivons à l’aube de cette intelligence, l’homme non intelligent de la vie domine ce qu’il pense être son autorité de vie.

Mais puisque nous vivons à l’aube de cette intelligence, l’Homme non intelligent domine alors dans la vie selon ce qu'il pense être. Sa personnalité est omniprésente, car absent est l'esprit dans sa réalité pour actualiser le réel de la vie, soit de se savoir intelligent quand tout autour de soi est opposition. Par extension, il va de soi qu’il ne fut jamais à la portée de la femme ou de l’homme de réaliser que tout ce qu’un homme fait pour sa femme est rarement de l’intelligence, si d’abord il ne lui a pas demandé ce qu’elle veut. En ces mots, l’autorité de l’homme et de la femme s’actualiseront au rythme de leur capacité à abattre leur propre impuissance – et ceci est le défi qu'exigera la descente d'une intelligence qui ne pose point d'obstacle à la mise en puissance de ces individus dans leur vie et sur les plans invisibles.

Vivre de son autorité relève du droit inconditionnel de l’Homme à toujours être intelligent de la vie. Cette intelligence s’actualise par le feu de la parole dans l’individu, parce qu’elle représente la plus haute vibration à laquelle l’Homme a droit sur Terre, lorsque scient de la vie. L’Homme qui a actualisé l’autorité de sa conscience ne souffre pas, parce qu’il sait et parle la vie sur le tas. Il sait que la souffrance sert à la mise en puissance de l’esprit dans l’ego, ce qui veut dire que sans la souffrance, l’Homme n’évoluerait que très peu vers de l’individualité. Qu’est-ce que de l’individualité ? C’est être l’autorité de sa conscience dans sa parole en tout temps, donc forcément toujours intelligent de la vie, dans sa vie. Parallèlement, cet homme ou cette femme ne souffre pas dans la vie parce qu'elle la met au pas de par son autorité individualisée.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE