La compression

Il est âprement difficile pour l’ego de vivre la compression. Comme la compression restreint l’individu dans ce qu’il peut être, elle ne lui donne pas forcément un passage exclusif et direct vers ce qui doit être. La force active de la compression se situe dans l’activité de la lumière sur l’ego pour forcer, un jour, la pénétration du double selon un grand niveau d’électrification des cellules mentales de l’Homme. C’est lorsque l’ego entre en relation avec une genèse plus grande de la vie qu’il corrige, par sa volonté, ce qu’il ne veut plus être. Et cela est ardu pour l’ego, car accepter et intégrer l’exercice de la compression équivaut aussi à l’anéantissement des désirs de l’âme dans sa vie, en plus de la compréhension absolue de sa programmation.

La compression correspond à enlever à l’ego l’ensemble des portes de sortie qu’il se donnait jadis pour se construire un avenir glorieux – non nécessairement intelligent – mais fort utile à son ego pour se donner l’illusion d’avancer dans la vie. Bref, tant qu’il y a dans l’ego de l’espoir ou le soubresaut d’une volonté astrale, l’âme est heureuse. Mais en ce temps, l’Homme ne peut connaître ce qu’il doit être, parce que les acquis victorieux de l’ego sur son passé ne le libèreront jamais des craintes qu’il a face à la vie.

La compression est orchestrée dans la programmation de l’ego pour corriger l’Homme et ce, afin qu’il se libère de la crainte. L’âme aime se jouer de l’Homme pour lui faire croire que la compression est un exercice de dépassement de l’ego. Il n’en est point. La compression, c’est systématiquement de la désinformation. Ni plus ni moins, cette mascarade est reliée à une programmation pour isoler l’ego, nonobstant ses craintes.

La compression est toujours assortie d’une illusion pour cacher à l’Homme le réel de ce qu’il est. Sans la compression, l’ego ne se réinventerait jamais, car l’accès à de nouvelles bases de configuration de la vie – en rapport avec sa destinée cosmique – ne serait jamais arraché de sa part. Pour que l’ego arrache le réel, l’entremise d’un dialogue d’égal à égal avec le double doit s’ériger dans l’Homme ; ceci lui permettra d’exiger que la vie lui soit présentée sans mensonge.

L’esprit servira à restructrer le mental de l’Homme selon l’assise transparente d’un ego nouveau. Cet acquis de l’ego est nécessaire pour permettre à l’Homme de tourner la page sur son passé. Ainsi, la force de la compression agit sur l’ego pour minimiser le pire de l’ego, même si esprit il y a. Pourquoi ? Parce que la vie est grande, et que la programmation de l’Homme à la vie de l’âme peut être incomprise. Ni plus ni moins, les décisions qu’un individu peut prendre dans la vie peuvent, certes, être bonnes – sans forcément être intelligentes. En ce sens, le positionnement de l’Homme face à la vie ne doit jamais être un aperçu de ce qui doit être, mais un regard profond et continu sur les caractéristiques de la vie qui le noue à sa programmation.

La distinction entre ce que votre ego doit faire, et ce qu’il pense qu’il doit faire, se situe toujours dans l’état vibratoire de ce que vous devez être. Sans cette définition, il peut y avoir, dans la volonté de votre ego, la nécessité de poser un geste rapide pour contrer la compression. Mais si ce geste va à l’encontre de ce que vous devez être, vous ne le saurez que très peu, sinon jamais, à moins que vous ayez un dialogue absolu avec le double qui vous habite. C’est à travers le double que l’Homme se réinventera. Se réinventer est intrinsèquement lié à la nature restreinte de la compression sur sa vie, pour que se mettre rapidement en place l’essence de l’expansion à lequel vous avez droit. En ces mots, lorsque l’intelligence est tassée dans l’Homme, c’est une volonté astrale de l’ego qui s’orchestre en lui en lien avec sa programmation. L’expansion est ici tournée en dérision, car l’ego croit qu’il est dans le droit de critiquer la vie, alors qu’il est noué à l’exercice laborieux d’une nouvelle compression. Cette compression est simple, et ce, pour forcer l’ego à réaliser que le joug de la programmation est inévitable.

La programmation fait partie de la vie de l’Homme. Ce sont les énergies de l’âme qui s’activent et suffisent à construire, dans l’ego, l’impression de vivre le savoir – pour lui faire jouir d’un certain équilibre de la vie dans la matière. Mais en fait, lorsque l’Homme est très conscient, il réalise tôt que ce segment paradoxal de la vie le poussera un jour ou l’autre à vivre à nouveau de la compression dans sa vie. Pourquoi ? Parce qu’ultimement, tout semblant d’expansion face à soi-même est, tôt ou tard, un affront à son intelligence. Cette désillusion est naturellement ce qui force l’Homme à être dans la volonté réelle de son identité cosmique, son intelligence.

Il ne suffit pas de vouloir faire la bonne chose pour se sortir de la compression. Il faut arriver à désactiver, dans son mental, la structure égoïque de l’âme qui pousse l’ego à ne pas réaliser qu’il y a, dans l’Homme, plus d’ego qu’il ne le pense. Réaliser qu’il existe des milliards de stratagèmes dans la pensée pour piéger l’Homme est le début de la réinvention de l’ego pour se sortir de la compression. Par exemple, une personne emprunte de l’argent pour s’assurer de ne pas être bousculé par la compression. Ne sachant pas que le fait de subir de la compression équivaut à ne pas savoir ce qui est, ceci exercera une pression astrale sur la conscience de l’individu, de sorte que les craintes de l’ego seront à leur paroxysme – faisant oublier à ce dernier qu’il vit de la programmation.

La compression n’est pas forcément intelligente. Elle n’est qu’une singularité de la vie dont l’ego doit composer avant d’être intelligent tout le temps. Ce que l’Homme doit saisir, c’est que pour outrepasser ses craintes, il faut que l’esprit le pénètre dans sa conscience en permanence. C’est seulement cette pénétration qui forcera l’ego en lui à s’harmoniser avec la vie, soit que toute éventuelle reconnaissance du réel de la vie doit le mener à une plus grande définition de ce qu’il est. Tout ce qui vient d’en haut n’est pas plus grand que soi, mais bien égal en soi, lorsque l’ego est en force d’autorité dans sa parole. Dès lors, est-ce que l’Homme peut instruire l’invisible ? Seulement s’il sait quelle est la destinée cosmique de sa conscience après la mort dans la matière. Et cela, il ne le sait qu’à 99,9 %, ce qui veut dire qu’il y a toujours place à de la compression.

La compression a pour ultime autorité d’ouvrir l’esprit dans l’Homme à une dimension de l’énergie qui le redéfinit dans le pouvoir de la mise en puissance de son identité cosmique réelle. Une fois que l’ego est sorti du régistre de la Terre, il n’a plus à habiter la Terre, ce pourquoi la programmation disparaît. Mais la réalité est que le réel d’une programmation est toujours aussi grand que la volonté de l’Homme à être unidimensionnel dans la matière. Simplement dit, il est impossible pour l’Homme dans la matière de connaître, pour le moment, l’entière étendue de sa programmation parce que son énergie n’est pas suffisamment adaptée à la reconfiguration des sphères. Entre autres, qu’il ne sera pas possible pour lui d’être sûr à 100 %, qu’il est dans son intelligence, avant qu’il vive la dématérialisation ou le choc de la mort, soit le passage vers la destinée cosmique qui le définit par vibration.

Si compression il y a, c’est toujours pour redéfinir l’ego selon un apex de construction qui doit le mener au savoir réel de sa genèse. Ainsi dit, sans une intelligence pré-personnelle dans l’ego, l’Homme est jouable.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE