L’irascibilité de l’âme

Lorsque le facteur déterminant qui définit une âme est l’irascibilité plutôt que la noblesse, cela établit que cette âme ne peut pas être éduquée. Parce que le rayon de la mort lui fait subir une compression si forte, elle en vient à manquer d’oxygène pour se régénérer. Simplement, l’âme a tellement besoin d’exister que jamais elle ne peut se corriger et devenir sciente de la vie.

Vouloir exister provoquera toujours dans l’âme l’irascibilité. Forcément, cette nomenclature permet à l’ego de se fignoler un spectacle solo, auquel adhère parfaitement l’âme, parce qu’elle aura, avec les années, accumulée l’impression d’être intelligente.

Mais être intelligent, c’est d’abord une dimension de l’individu à ne jamais se soustraire de l’esprit pour s’assurer qu’il peut partager la vie avec l’Homme et non l’utiliser à des fins de domination. Somme toute, l’Homme doit réaliser que l’ego irascible est supporté par une âme inexpérimentée avec la vie. Et surtout, que les formes qui contiennent cette âme sont placées dans l’ego de telle sorte qu’il est inutile de parler avec ce type d’individu.

Afin de résorber une situation liée à l’irascibilité d’une âme, donc où une âme vibre abondamment, l’Homme aura souvent à amender sa relation avec l’autre. Parce que la compréhension de la vie ne sera jamais au rendez-vous, l’absolu de l’autre deviendra un fardeau, soit une énergie constamment axée sur le besoin d’avoir raison.

Savoir qu’il n’y a rien à dire ou à faire avec ce type d’individu est un pas dans la bonne direction, car jamais cette âme ne sera intelligente de la vie. À l’Homme de le savoir pour ne pas perdre son temps avec de la merde. En autant que l’Homme réalise que ce n’est pas l’individu qui est de la merde, mais tout ce qui se cache derrière.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE