Le trait caractériel de la génétique de l’Homme

La conscience de l’esprit n’a pas de défaut. Par contre, la matérialisation de l’âme humaine aura nécessité, de la part des Intelligences de la lumière, la création d’une fonction arbitraire propre à la race humaine, soit la génétique d’un trait caractériel. Par défaut, ce trait caractériel est ainsi devenu pour l’âme, selon la génétique de la race qui devait la contenir, un réservoir d’énergies négatives.

Le trait caractériel de la génétique de l’Homme est un sous-traitant de la noirceur, qu’on peut nommer le défaut propre de l’Homme inconscient. Ce défaut est communément une extension de l’énergie de l’âme qui aura utilisé la forme de la matière pour se densifier. Manifestement, l’âme devait nier son lien avec la lumière afin que l’intensité du rayon de la lumière soit détournée vers la construction d’un ego. Dès lors, la difficulté de l’Homme est aujourd’hui d’extirper de son ego le côté machiavel de l’âme. L’âme est liée à la génétique raciale qui doit la contenir. En ces mots, elle est devenue, avec le temps, une défectuosité permanente et prenante dans la structure de l’ego inconscient.

C’est lorsque l’esprit se manifestera dans l’Homme que le trait caractériel de la génétique de l’Homme sera dévoilé. À cet égard, il faut savoir qu’entre-temps, l’âme a une mainmise totale sur l’énergie de l’ego, ce qui génère énormément de mensonges dans la conscience de l’Homme. L’âme n’a jamais eu accès à la réalité du trait caractériel génétique de ce qu’est la race humaine, parce qu’elle n’a jamais pu supporter la lumière du savoir. Cela dit, son principal référent est la connaissance et la conception mémorielle de ce qu’elle fut avant sa descente dans la matière. À bon escient, cela la sert évidemment, car elle a autorité absolue sur la vie de l’ego. En ces termes, cela ajoute donc du poids à la consolidation du mensonge cosmique sur la Terre, parce que l’âme n’est jamais totalement comprise et sue de l’Homme.

À savoir que l’âme puise constamment dans le 0,1% de sa genèse, soit sa défectuosité, est peu su de l’Homme. Dès lors, le trait caractériel de la génétique de l’Homme, en lien avec la conscience de la race, est lui aussi incompris. Cette réalité tient l’Homme à l’écart d’une étude de la vie de l’âme, fortifiant conséquemment le mensonge cosmique. Par exemple, si vous êtes empreint à vous servir de votre intellect pour définir la vie, vous développerez alors dans votre ego la missive opératoire d’un trait dominant, soit la bravade, le beau-jeu, l’intellect rationnel et ainsi de suite. Votre parole supportera à votre insu la noirceur parce que vous ne saurez jamais que le trait caractériel de votre génétique repose sur une défectuosité de l’âme.

Depuis le début la conscientisation de l’Homme, la noirceur s’est occultée dans son volet de diffusion en utilisant pernicieusement le trait caractériel de la génétique de l’Homme. Toutefois, ce trait est minimisé lorsque la volonté de l’ego dans l’Homme se rapproche de l’esprit au lieu de la mémoire de sa race. En somme, la seule race à laquelle l’Homme doit appartenir est celle de l’Homme jupitérien, ce qui veut dire que le trait caractériel de la génétique de l’Homme est compris et su de l’ego. Il possède alors la rigueur pour amender le mensonge déployé à son égard et active la victoire de sa colère contre l’oppression et la compression, tous deux des formes de domination qui vont à l’encontre de sa liberté.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE