Perfectionner son mental

La trajectoire évolutive de l’Homme passe par le perfectionnement de son mental. À tout égard, cette capacité de parfaire sa vie relève de la fonction innovatrice que possède l’ego à élever le taux vibratoire de sa conscience. Pour ce faire, l’Homme se doit de visiter sa conscience à profusion afin de déterminer le roc de son mental. Grosso modo, l’Homme doit être apte à reconnaître tout ombrage de la présence d’une interférence astrale en lien avec sa psyché.

L’Homme doit agir sur son mental ; il en est le seul gestionnaire actif. Il ne doit pas être un passif observateur parce que toute inversion de son énergie doit être détectée, qu’il s’agisse d’une entité astrale qui le piège dans la pensée ou la simple proximité d’une émotion parasitaire qui veut se greffer à son mental pour décolorer le réel de ce qu’il est.

Ce sera dans sa volonté à redéfinir continuellement sa conscience, que l’Homme échappera aux imperfections de la construction de la vie de l’âme. L’âme est fortement conditionnée à la mémoire de la race planétaire, ce qui permet à l’Invisible de glisser des impairs dans la conscience de l’Homme. Ces impairs, qui sont des énergies astrales, interceptent et colorent le taux vibratoire de l’Homme en y juxtaposant une émotion masquée de chaleur. Cette émotion galvanise la mémoire de la race dans l’Homme parce qu’elle dégage suffisamment de doute dans sa conscience pour qu’il ne se perfectionne pas dans la conscience de ce qu’il est.

Prenons deux exemples simples. Vous êtes au travail et tout va bien jusqu’à ce qu’une émotion se glisse dans votre conscience malgré vous, car vous apprenez que des collègues de travail perdront bientôt leur emploi. L’émotion qui gravite sur le lieu de travail, c’est la mémoire de la race. C’est elle qui dicte que la vie doit être chaude et non froide. Deuxième situation, la fusillade récente au Connecticut. Or, si vous faites une lecture froide de l’événement, la réalité prenante est suffisante pour que vous passiez directement à autre chose, soit que l’individu est possédé dans sa conscience par une force de domination qui le contraint à agir selon les pensées astrales qu’il reçoit dans sa tête.

Somme toute, la difficulté à regarder ce que représente un événement détermine votre réalité. Bref, vous ne pouvez perfectionner votre mental si vous n’êtes pas scient que la mémoire de la race voudra toujours vous rattraper. Être interpellé par une émotion équivaut ni plus ni moins à la dictée d’une réalité spontanée que vous ne gérez pas. Cela ébranle subtilement le corps mental, parce que l’émotion est masquée par une impression qu’il y a une erreur dans la trajectoire évolutive de l’Homme alors qu’il n’y en a pas. Certains individus seront possédés par l’astral et d’autres moins, car tel est la souffrance qui doit être vécue dans la conscience animale de l’Homme planétaire pour qu’il évolue.

La volonté de perfectionner son mental vient donc avec le cadenas de l’intelligence dans l’Homme qui est d’être à l’affût de l’astral. C’est cela qui élève l’ego à la puissance de sa réalité cosmique. Cette soupape de sécurité dans l’ego est une intelligence renouvelée et immédiate qui repousse la mémoire de la race à l’extérieur de la psyché de l’Homme lui permettant ainsi de définir le réel sans impairs. Il ne s’agit plus pour l’ego de vouloir étudier la forme, mais plutôt de définir sur le tas ce qui est et ce, afin que la centricité de sa conscience, en relation avec tout événement, dicte à son ego le savoir de ce qu’il est, froid ou chaud, devant l’événement. Par extension, perfectionner son mental veut dire évacuer tout rapprochement de la mémoire de la race avec sa conscience. Cela implique que le mental de l’Homme est toujours intact devant la vie, l’Invisible, la mémoire de la race ou le réel.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE