L’absence d’ouverture

Lorsqu’une personne se met en opposition et qu’elle le fait avec une absence d’ouverture, il y a forcément une dimension de la personnalité chez elle qui ne veut pas se faire dévoiler. Ainsi, toutes réponses fermées à une réalité observée est une manifestation de la parole dans l’ego qui cherche à contrôler ou à décider de la relation. Cette situation est néfaste pour la relation d’échange parce qu’elle ne permet pas de partager avec l’autre son regard sur une situation.

Il est facile pour un ego de s’approprier une forme et de dire que sa façon de voir ou de faire est forcément la bonne. En somme, il s’agit ici d’une façon d’être et d’agir imposée sur l’autre, ce qui évite à cet ego de regarder ce qu’il amène. Bien sûr, ce genre de situation est fréquent, tant au travail que dans le couple, et permet de projeter sur l’autre sa volonté égoïque. Autrement dit, cette façon d’être assure à une personne le contrôle absolu de la forme ou de la situation émise.

Voici quelques répliques pouvant être associées à ce type de situation : « Ce n’est pas le bon moment pour parler de ceci. » ; « Je fais ce travail de cette façon depuis des années. » ; « Ce que tu dis ne s’applique pas à ma situation. »

Ceci dit, toutes les réponses voulant minimiser une personne dans ce qu’elle dit est un refus de rencontrer l’autre sur le chemin de sa sensibilité et de son Intelligence. Parce que l’ego est convaincu d’avoir raison, il n’ouvre pas la porte à l’autre pour regarder ce qu’il dit. En ce sens, c’est comme si on vous disait que la réalité que vous amenez ne s’applique pas, ou encore, que vous ne savez pas de quoi vous parlez.

Bref, il est toujours désagréable de vivre le refus de sa sensibilité dans un dialogue avec l’autre. Que ce discours se situe dans une relation de travail ou de couple, il est manifestement un poison pour la relation. Que l’autre refuse votre regard sur une situation équivaut à la réalité qu’il pense que vous dites des conneries. Comme cet ego veut défendre son territoire, il vous discrédite dans ce que vous dites et ce que vous êtes.

Enfin, ce n’est pas parce qu’une personne a autorité sur une situation qu’elle est nécessairement intelligente dans ce qu’elle dit. Certes, il est difficile de passer outre un tel faux pas commis dans la relation. Pourquoi ? Parce qu’une personne qui est niée dans sa sensibilité en paye un prix énorme, soit la souffrance de ne pas être respectée dans son intelligence. Cette réalité désagréable annonce alors le début de la fin de la relation avec l’autre, car un jour, la personne la plus sensible des deux ne pourra plus outrepasser le fait qu’on la prenne pour une conne – et ce, même si dans la réalité de tous les jours, le contraire est affirmé. Les « undergrounds » subsistent, et c’est cela qui devient fatiguant.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE