Les éthers cosmiques de la froideur dans l’Homme

La Lumière est une énergie froide. Si l’Homme est surpris par cette réalité, c’est parce qu’il fut habitué par l’âme à la croire chaude. Toute teinte de chaleur dans la vibration d’une pensée est singulièrement connectée à un registre vibratoire de l’âme, alors que la vibration de la Lumière correspond à une absence de réflexion dans l’ego.

La froideur ne vient pas de l’ego, ni de l’âme. Elle est une dimension élargie de la conscience de l’Homme dans son lien mental avec l’esprit. Quand l’esprit est fondamentalement présent dans l’ego, la chaleur émise par l’âme est détruite par la conscience de l’Homme. La froideur est le feu d’émission d’une compréhension absolue par l’Homme de son devenir immédiat. L’Homme doit posséder sur la structure mentale d’une pensée le droit de s’y opposer. Incidemment, il détient une ascendance totale sur l’énergie de la pensée.

La froideur de l’Homme est une représentation de l’identité de la Lumière qui habite son mental. Ainsi, pour bloquer le spectre lumineux de l’âme sur la dimension psychique de sa conscience, l’Homme ne doit laisser aucune place à la sentimentalité. L’Homme est cosmique seulement et uniquement lorsque sa conscience est froide. Cela veut donc dire que la vision qu’il détient de sa destinée est imperturbable. Cette dimension revient pour lui à vivre son Intelligence en relation étroite avec le principe cosmique de la froideur.

Ce principe est le suivant. Quand l’Homme ne peut admettre ce qu’il ne sait pas, il est autrement dit obligé de s’en tenir à son passé. Essentiellement, le futur de l’Homme sera toujours froid, parce qu’il n’y a pas de craintes ou d’émotions associées à la froideur. Il faut donc une maturité acquise à l’Homme pour admettre que ce qu’il sait est plus grand que ce que la vie lui propose. Bref, quand l’Homme est apte à exclure de sa conscience tout ce qu’il ne sait pas, il ne se fait jamais éteindre par l’astral dans son Intelligence.

À juste titre, l’Homme conscient doit être froid dans son mental. Quand il est froid, il se sait toujours dans ce qu’il sait. Il est finalement froid de la vie dans cette vibration, parce que le savoir est une propriété cosmique et éthérique de la Lumière. Il n’y a aucune séparation entre ce que l’Homme sait et ce que la Lumière établit, parce que la construction de la dimension atomique de la froideur de la Lumière dans l’Homme est une superposition de sa gouvernance sur le mensonge cosmique. Cela veut donc dire que les éthers de la liberté intégrale dans l’Homme reposent sur une absence absolue de crainte, de doute, de culpabilité ou d’orgueil.

— Marc de LaSalle


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE