L’établissement de l’Intelligence réelle

intelligence réelle L’Intelligence réelle dans l’homme et dans la femme prend départ dans la capacité de ces derniers à observer et étudier objectivement leur vie en tout temps, donc de manière froide et désengagée des interférences et des effluves qui pourraient chevaucher leur conscience. Ceci ne peut être accompli par un individu qui personnalise sa pensée – donc qui la prend pour sienne – puisque cette tangente amènera toujours l’homme et la femme à assujettir leur parole à une quelconque forme de croyance. Dès lors, l’ego ne peut être à l’intérieur de son Intelligence réelle, car il demeure absent en autorité ferme face à ce qui le domine.

Dans ce contexte, les forces astro-rythmiques maintiennent leur mainmise sur cet ego, et ce dernier ne peut faire une étude transparente et objective de ce qu’il vit, car il est incapable d’absorber la totale puissance de son Esprit. Autrement dit, cet ego ne peut toucher à sa lumière intrinsèque à travers sa parole qui définit le réel de sa conscience, car il est soumis aux forces involutives qui lui voilent la grandeur réelle de qui il est. En d’autres termes, il n’a pas l’autorité de conscience nécessaire pour dicter sa réalité aux plans qui le dominent. Dû à ce manque d’autorité, il devient inévitablement incapable de dévoiler le mensonge qui le restreint dans sa conscience. Il est donc soumis à subir le joug d’une domination satanique ou luciférienne en lui.

Regardons quelques exemples à l’intérieur desquels l’ego donne son autorité aux forces descendantes via la croyance. Un individu qui vient de perdre une importante somme d’argent reçoit une pensée, comme : « je suis déprimé », ou alors, « je vais craquer, c’est foutu… ». S’il a une autorité de conscience définie, il ripostera instantanément à l’entité qui le chevauche et qui lui communique ces propos. Ce faisant, l’ego ne donne pas son autorité aux entités, ni aux pensées mensongères. Il ne sombre donc pas dans l’état vibratoire de l’entité astrale ou surmentale. En sortant le sabre de sa Volonté intelligente devant l’entité afin de la dévoiler ou de la contourner, il s’éloigne de toute forme de croyance ou d’assujettissement de sa conscience à une autorité autre que la sienne.

Un autre exemple… Un homme devient impatient face à sa femme : il juge qu’elle prend trop de temps pour se maquiller avant une sortie au restaurant. Il lui dit : « tu n’as pas encore fini, c’est toujours trop long, ça ne finit plus, ça ne sert à rien ce maquillage de clown… ». La première pensée d’impatience n’ayant pas été identifiée et rectifiée, il la verbalise et ouvre alors la porte de l’intransigeance et du manque de respect. Non présent à lui-même – car absent en Esprit et envers sa femme –, il devient inapte à étudier le réel derrière ce qui se passe. Il ne réalise pas qu’il n’a pas utilisé son autorité de conscience pour établir ce qui est réel ou non dans sa tête. Conséquemment, il s’éloigne du réel de sa femme, qui voulait se faire belle afin de créer des éthers de beauté et d’égayer leur soirée. Clairement, sa femme n’aurait pas dû subir le chevauchement qu’il a vécu, et cela aurait évité de brimer le mouvement de sa femme vers lui.

L’homme et la femme resteront isolés dans leur conscience, et ce, tant et aussi longtemps qu’ils n’auront pas la Volonté, l’Intelligence et l’Amour nécessaires pour fracturer la domination des plans occultes sur leur conscience. La nouvelle autorité qui prendra place en eux sera un jour empreinte de l’énergie du feu, et celle-ci sera jumelée à la capacité de chacun de ces individus à être présent à qui ils sont en tout temps. Cela leur permettra de calibrer la puissance de leur Intelligence à ce qu’ils entendent devenir. Ils pourront alors se sortir de leur quarantaine qui les maintenait isolés face au réel de la vie.

— Sandra Vimont, 2012