L’âme et la Volonté

tension La Volonté réelle est le principe évolutif enregistré à l’intérieur du noyau de l’âme. Ce principe est l’énergie de propulsion qui a permis à l’âme de descendre dans la matière dense, ce qui a ouvert la porte à la maturation de l’ego humain via l’expérience de la forme. Ainsi, sans la Volonté de l’âme, il n’y aurait pas eu d’évolution possible de la conscience.

Il sera un jour su que l’émergence de l’être nouveau sur la Terre aura nécessité la fusion de plusieurs principes, car ce dernier, étant loin de l’Univers Central et de l’Esprit, n’avait que très peu de lumière pour vivre une destinée évolutive à l’intérieur de son ego. Les principes de la Volonté, de l’Intelligence et de l’Amour ont graduellement été rendus accessibles à l’être humain afin que ce dernier puisse entrer dans son être universel. Il devient alors apte à voyager dans les circuits caractérisant sa genèse et sa destinée.

Un jour, l’ego ne pourra plus sortir de sa destinée évolutive qui le relie à la vie, car il aura arraché le noyau de la Volonté à l’âme. Cela veut dire qu’il aura appris à utiliser le flux mémoriel de l’âme pour grandir en conscience, et ce, jusqu’à intégrer la Source de son réel en lui. À ce temps, il ne cristallisera plus sa conscience dans des formes mensongères, mais il vivra dans la fluidité de la vie, dans son émotion libre et dans son ressenti intérieur.

La programmation de l’âme tiendra l’ego prisonnier à l’intérieur de sa propre ignorance, et ce, tant et aussi longtemps que ce dernier réagira psychologiquement devant ce qu’il ne comprend pas de la vie. L’être humain doit apprendre à utiliser les émanations mémorielles de l’âme pour enfin les dépasser et entrer dans le réel de sa personne, plutôt que de rester dans le statut quo de sa vie psychologique et involutive. Il doit cesser de chercher un coupable quand la vie ne va pas comme il le veut, et commencer à chercher à comprendre pourquoi il vit ce qu’il vit. Il doit commencer à parler à son Esprit…

S’il n’est pas capable de contenir l’énergie de la réalité morontielle de son Esprit, l’ego n’a pas autre choix que de subir psychologiquement l’énergie des formes de l’âme et de se plier à une Volonté qu’il ne détient pas. C’est ici que la vie involutive garde son statut quo et que la conscience de l’ego est maintenue en quarantaine. Dans ce contexte, la programmation de l’âme est manifestement plus grande que le réel caractérisant cet individu.

Enfin, il est clair que l’ego doit se rendre à un point critique d’écœurement et de souffrances avant de parvenir à utiliser les événements à son avantage, c’est-à-dire de les traverser en cessant de nourrir les entités qui tentent de profiter de son incapacité à se savoir. Ce point charnière est important, car c’est à ce moment que l’ego apprend à regarder au-delà de la valeur polarisée qu’il attribuait aux formes, pour apprendre à avoir un regard plus intelligent, ou plus équilibré, sur la vie. Un regard qui n’est plus assombri par les forces ou entités descendantes, mais un regard scient de son rapport avec la vie.

La colère de l’ego envers toute force involutive qui tente de le ramener à une vie de marionnette, loin de la clarté de l’Esprit, lui permet de garder mainmise sur sa propre conscience. La Volonté que l’ego arrachera de plus en plus à l’âme lui permettra de ne plus vivre une vie psychologiquement instable ; il aura l’énergie nécessaire pour se propulser toujours plus loin à l’intérieur de sa centricité de vie. Plus rien ne pourra le sortir du réel de sa conscience. Il sera donc apte à dénoncer tout ce qui tente de le diviser dans son psychisme, c’est-à-dire tout ce qui tente d’interférer avec son unité de vie multidimensionnelle.

En somme, une Volonté parfaitement intégrée permettra à l’ego de dénoncer tous les interférents agissant sur et envers sa conscience. Il pourra alors dire qu’il aura conquis sa vie et les lois de la vie.

— Sandra Vimont, 2012