La générosité chez la femme dans le couple

Générosité La femme est naturellement généreuse de sa personne. Cela représente un aspect fondamental de qui elle est, même si, durant la période de l’involution, elle n’a pas toujours su l’exprimer selon une continuité amoureuse servant à nourrir l’unité du couple.

La femme ayant intégré sa conscience et sa féminité ne cherche jamais à brimer la vie de l’homme. En toute générosité, elle est toujours prête à aimer l’homme qu’elle a choisi. Elle permet alors à l’homme qui l’aime réellement de pénétrer le rayon harmonique de sa féminité. Mais évidemment, elle ne peut pas être généreuse et égayer perpétuellement la vie d’un homme qui ne parvient pas à s’inscrire dans une continuité de vie harmonique avec elle. La femme qui s’écoute intérieurement sait, sans aucun doute, si l’homme avec qui elle partage sa vie a la capacité de grandir avec elle ou non.

La continuité psychique de l’homme est la mesure de la femme face à l’intégrité de celui avec qui elle partage sa vie. Si l’homme n’est pas établi dans son intelligence et dans son amour, ce dernier aura de la difficulté à préserver le rayon harmonique de la générosité chez elle. Cette brèche sera telle qu’il ne pourra pas réellement l’écouter dans qui elle est. Ainsi désinformé à l’intérieur de son contact avec l’Invisible, l’homme ne saura taire en lui les infiltrations taciturnes dans son canal mental. Il va sans dire que cela ouvre la porte à des dérives en lui et dans le couple.

Un homme assis dans son intelligence et dans son amour face à autrui – et donc scient des lois de la vie – est habile à protéger la psyché de sa partenaire des interférences des forces descendantes, car il est totalement présent à lui-même et à elle. L’homme nouveau sait écouter et vibrer au réel de qui est la femme, car il s’intéresse véritablement à elle et au lien d’amour qui les unit. La volonté de l’homme de préserver la continuité et l’harmonie dans le couple fait donc partie de sa conscience, ce qui un jour lui permettra de toucher à la totalité du réel sacré de qui est la femme, et à la grandeur de sa générosité à son égard.

— Sandra Vimont, 2013